Petit manuel pour une laïcité apaisée, de Jean Baubérot et Le Cercle des enseignant.e.s laïques

manuel-laicite-coverQuatrième de couverture

Étonnant paradoxe : alors que les médias en parlent constamment, la laïcité est encore très mal connue ! Sujette à des interprétations divergentes, parfois instrumentalisée ou consciemment falsifiée, elle apparaît par moments comme un principe nébuleux, ce qui place les enseignant.e.s, les élèves et leurs parents dans une situation difficile.

Cherchant à clarifier le débat, un collectif d’enseignant.e.s s’est réuni autour de Jean Baubérot, historien et sociologue spécialiste de la laïcité, pour répondre aux questions concrètes du personnel éducatif et des usager.ère.s de l’Éducation nationale. Retraçant avec pédagogie l’histoire de la laïcité et redonnant les grands principes de son application, ce petit manuel offre des clés indispensables pour comprendre la philosophie véritable de cet idéal républicain et propose des solutions pratiques pour l’appliquer sereinement.

Car ce livre est aussi un plaidoyer pour une laïcité (enfin !) apaisée et pour une école publique ouverte, capable d’offrir à tou.te.s, quelles que soient leurs origines et leurs convictions, un enseignement de qualité. La laïcité, rappellent les auteur.e.s, ne devraient pas être un instrument de stigmatisation des élèves et un casse-tête pour les professeur.e.s. Au contraire, elle peut, quand elle est bien comprise, apporter des solutions pour une vie collective harmonieuse et respectueuse des convictions de chacun.e.

Critique

Je ne vais pas me faire que des ami.e.s (moi aussi, je sais utiliser le langage inclusif comme les auteur.e.s du livre, mais ce n’est pas encore un réflexe) en annonçant que je suis en accord avec ce que dit cet essai. Oui, notre vision de la laïcité est fausse. Oui, nous sommes en réalité des intolérant.e.s à échelle variable. Oui, à échelle variable, car nous laissons le catholicisme bénéficier de faveurs qui ne devraient pas exister et tapons encore et toujours sur les mêmes – les musulmans. Et non, le voile n’est pas du prosélytisme. Mais si vous sentez que votre volonté vacille et que vous êtes prêt.e.s à devenir musulman.e juste en apercevant un voile au loin, je vous suggère vivement de travailler sur vous-mêmes. Et non, le voile n’est pas – que – sexiste. Après cette entrée en matière assez rude, vous êtes prévenus du contenu de cet article. (la suite est quand même plus… apaisée – je vous jure, je ne le fais pas exprès)

Lire la suite

Publicités