Bilan lectures #2 (décembre 2016)

C’est reparti pour un nouveau bilan mensuel ! J’ai finalement plus lu que ce que j’avais prédit. Cependant, j’avais aussi raison dans un sens : je n’ai lu que très peu de romans.

laffaire-homme-coverL’affaire homme (Romain Gary)

Ce livre contient toutes les interviews et ses articles qui ont eu lieu/ont été écrits après l’obtention de son prix Goncourt pour Les Racines du Ciel jusqu’à sa mort. (de 1957 à 1980) Ainsi, nous avons accès à son opinion sur divers sujets. (la colonisation, le racisme, les femmes, l’environnement…) Il est clair que c’était un homme qui était très intéressant et qui n’avait pas toujours fait l’unanimité ! On est à la fois admiratif de l’aspect visionnaire de certains de ses propos mais aussi un peu surpris par d’autres qui seraient aujourd’hui considérés comme réactionnaires. Et pourtant, on le voit aussi défendre des points de vue qui rentrent en contradiction avec d’autres opinions… Bref, cet homme était un vrai casse-tête ! Mais j’ai profondément apprécié cette lecture malgré mon questionnement sur certains points. (c’était à se demander s’il n’exagérait parfois pas un peu, il avait l’air assez facétieux – aspect déjà entrevu dans La Promesse de l’aube)

Cinq semaines en ballon (Jules Verne)

Lire la chronique

les-justes-camusLes Justes (Albert Camus)

Depuis le temps que je voulais lire cette pièce de théâtre ! On se retrouve au sein d’un groupe de révolutionnaires en Russie qui n’hésite pas à user de violence pour obtenir un renversement du régime. On voit ainsi à l’œuvre différents protagonistes avec des opinions proches mais aussi très divergentes, pas forcément tous d’accord sur la marche à suivre. Cette pièce nous amène donc à réfléchir sur la révolution et comment la mener. Au-delà de ce thème qui fait partie de mes favoris, les personnages sont tous très intéressants et ayant chacun leur caractère propre. Le livre est assez court et rapide à lire et même si les réflexions peuvent être considérées comme du vu et du revu, elles nous rappellent surtout qu’en attendant, on n’a toujours pas de réponse satisfaisante…

No et moi (Delphine de Vigan)

Lire la chronique

Lire la suite