Saga La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Quatrième de couverture

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

la-passe-miroir-cover

Critique

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas eu un engouement pareil pour de la fantasy ! (je dois avouer n’en lire que très peu car j’ai peur des schémas répétitifs) Je pourrais d’ailleurs me contenter de dire « C’est de la tuerie ! » et de vous laisser avec des gifs où on saute partout de joie mais ça ne serait pas très constructif.

Mais je pense que vous avez compris l’idée : j’ai été énormément satisfaite par cette saga. Satisfaite pour le moment car seulement deux tomes sont sortis sur les quatre prévus, et non, je ne spoilerai pas le deuxième tome si la présence de sa couverture dans l’article vous inquiète.

Tout d’abord, j’ai été assez séduite par l’univers et surtout, par tout le mystère qui entoure l’origine de ces fameuses Arches. Celles-ci seraient en fait un seul et même monde qui a été divisé en plusieurs morceaux, qui sont donc appelés ainsi. Ceux qui les gouvernent sont les « esprits de famille », des être mystérieux avec des pouvoirs gigantesques. En parlant de pouvoirs, chaque être sur les Arches (à certaines exceptions) possèdent une  ou plusieurs facultés spéciales. Ceux de notre héroïne, Ophélie, sont de pouvoir lire des objets (leur histoire et celles des gens qui l’ont utilisé) et de passer à travers les miroirs. Et oui, je vous le donne dans le mille, voilà d’où vient le titre de la saga !

Fille maladroite et peu encline à l’amour, elle va pourtant se retrouver à être mariée de force à un homme d’une autre Arche qu’elle ne connaît absolument pas et qui ne la connaît pas non plus. Pourquoi elle, elle n’en sait rien. Le comble, c’est qu’elle n’apprécie pas du tout son nouveau fiancé (c’est réciproque) et qu’elle va devoir vivre avec lui sur cette Arche (le Pôle) dont elle ne sait absolument rien et où elle n’est pas la bienvenue. Et celle-ci va se retrouver aux antipodes de celle où elle a grandi, avec une hiérarchie qui va bouleverser sa vision du monde et des relations.

Je n’en dis pas plus, passons à la suite ! L’univers est original et très bien fouillé, l’auteure nous distille des informations sur ce monde au compte-gouttes et on pense en savoir plus, mais en réalité, de nouvelles questions s’imposent ! Les complots entre familles puissantes sont effrayants et accablants de cruauté. Ophélie fait d’ailleurs un peu tâche, aha. On va la suivre avec plaisir en priant pour qu’elle redouble de prudence car un seul faux pas peut lui être fatal. Elle n’est absolument pas stéréotypée, pas du style « fille canon qui devient superpuissante du jour au lendemain », ce qui est de mon avis un gros plus. Et son fiancé, Thorn, qui est très mystérieux (mais aussi un livre ouvert, paradoxe !), est assez impressionnant de par son sang-froid. Un très bon personnage lui aussi. J’ai parfois pu faire preuve de naïveté durant ma lecture… alors que c’est un livre jeunesse. Ça a au moins l’avantage de me laisser m’immerger complètement. (on va dire ça comme ça, hein)

L’écriture est fluide, rien n’est lourd et je n’ai ressenti quasiment aucune longueur. Les personnages, sans qu’on se mette forcément à les adorer, sont tous attachants à leur façon. Tout est vraiment bien ficelé et je n’ai pour l’instant relevé aucune incohérence. Et le deuxième tome a été meilleur que le premier, ce qui est une première pour une saga. Si j’ai pu trouver un défaut minime dans le premier (un petit passage m’a ennuyée), je n’en ai pas constaté dans celui-ci.

Et le problème de tout ce que j’ai écrit auparavant, c’est que je n’ai absolument pas l’impression de faire honneur à cette histoire tellement je la trouve merveilleuse. Mais je ne veux pas en dire trop sur l’intrigue non plus… Le meilleur moyen pour vous d’en juger est donc d’essayer vous-même.

10/10

Publicités

4 réflexions sur “Saga La Passe-miroir, de Christelle Dabos

  1. Je n’ai pas pu finir le premier tome à cause de l’écriture. Celle-ci semblait trop vouloir forcer l’esprit steampunk, j’étais trop consciente de l’effort de worldbuilding dans chaque phrases. Mais voilà, je suis très difficile, si j’étais plus jeune je n’aurais pas remarqué et j’aurais pu me concentrer sur l’histoire. J’aimerais quand même pouvoir suivre cette saga, tu ne trouve pas que ça ferait une excellente adaptation manga? (et en images, pas besoin de mentionner la lampe à huile et le dirigible, ils sont là.)

    Aimé par 1 personne

    • T’es pas la première à dire ça. (enfin, la deuxième sur mon compteur, aha) C’est embêtant quand il s’agit de l’écriture. :/
      Une bonne adaptation manga, oui, mais une adaptation animée me plairait dans tous les cas ! Certains fans ont mentionné un film avec des vrais acteurs, mais je ne suis absolument pas d’accord, ça rendrait le tout un peu cheap selon moi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s