Le jeu du siècle, de Kenzaburô Ôe

Oe_jeu-siecle_A17961.inddQuatrième de couverture

C’est le cahier du retour au pays natal de deux frères qui entreprennent un pèlerinage dans l’île de Shikoku au sud-ouest du Japon. Taka est rentré spécialement des États-Unis pour ce voyage qui doit lui permettre d’élucider une vieille énigme familiale datant de l’époque des révoltes paysannes du XIXe siècle et Mitsu se laisse convaincre de l’accompagner pour tenter de retrouver l’élan d’une vie nouvelle dans la forêt originelle. Il a enterré son meilleur ami qui s’est pendu à vingt-sept ans, son premier enfant vient de naître et il est né avec une malformation grave au crâne, sa femme s’en console en faisant un usage immodéré du whisky. Le Jeu du siècle est une vaste symphonie qui mêle des thèmes autobiographiques (Oé Kenzaburô est le père d’un enfant anormal), une réflexion sur les origines, des éléments de l’histoire du Japon dans le déploiement extraordinaire d’un imaginaire baroque.

Critique

Je ne pensais pas découvrir cet auteur aussi tôt. On me l’avait conseillé une fois dans un commentaire sur ce blog et cet article m’a définitivement convaincue de m’y mettre une bonne fois pour toutes. (je vous conseille d’ailleurs de faire un tour sur ce blog, j’dis ça, j’dis rien)

Et je dois avouer qu’en lisant le résumé, je ne m’attendais pas à ça. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi profond et dérangeant.

Les deux frères, Mitsu et Taka, sont différents : l’un est passif et laid, l’autre est actif et beau. Deux faces opposées d’une même pièce. Ces éléments-là à propos de ces personnages sont assez révélateurs de ce qu’on apprend à connaître d’eux, mais ce serait aussi extrêmement réducteur.

Lire la suite

Publicités