Trèfle, de CLAMP

trèfle-coverSi vous lisez des mangas, nul besoin de les présenter, mais pour celles et ceux du fond, les CLAMP sont un groupe de quatre mangakas (sept à l’origine), des femmes qui plus est ! Elles dessinent depuis la fin des années 80 et ont rencontré un vif succès avec, tout d’abord, RG Veda, X/1999 (dont j’attendrais sûrement la suite jusqu’à ma mort…), mais elles sont sûrement plus connues auprès des néophytes pour être les auteures du célèbre Card Captor Sakura. Elles ont surtout commencé à rédiger et dessiner des shôjos (mangas « pour filles ») mais se sont diversifiées vers un public plus large depuis les années 2000.

Certains thèmes sont abordés ou effleurés dans leurs œuvres (le non-manichéisme, l’amour, l’homosexualité, la volonté et le libre-arbitre…) et en général, j’ai remarqué que quand des gens lisent leurs mangas… Ça passe ou ça casse. Même si je ne peux pas me vanter de posséder toutes les œuvres (et au vu de certaines de leurs dernières sorties, ce n’est pas mon objectif…), j’avoue les avoir adorées lors de mon adolescence et de toujours beaucoup les apprécier, même si les goûts évoluent.

Je pourrais leur rendre honneur en parlant d’un de leurs mangas assez connus et populaires, mais je vais plutôt me concentrer sur une œuvre que j’adore, et ô combien méconnue et sous-estimée ! Il s’agit donc de Trèfle, manga en quatre tomes. On pourrait croire que c’est assez court mais cela suffit largement pour en connaître assez sur l’univers et les personnages, tout en gardant une zone de mystère qui correspond tout à fait à l’ambiance.

L’histoire ? Il s’agit de Suh, enfant enfermée et isolée pour des raisons mystérieuses (du moins, au début) et de Ryû Kazuhiko, ancien militaire qui se retrouve à escorter cette jeune fille jusqu’au parc féerique sans en savoir plus sur son compte. (même si les gens qui les poursuivent le savent, eux) On se demande tout le long, même si le secret ne sera pas gardé bien longtemps, qui sont les « Trèfles », de quoi sont-ils capables et en quoi sont-ils si dangereux.

On se retrouve plongés dans une atmosphère steampunk/cyberpunk (je n’ai pas réussi à trancher et j’ai vu que personne n’arrivait à se mettre d’accord là-dessus), ce qui va peut-être rebuter les réfractaires au genre. Seulement, Trèfle est bien plus que ça. Les CLAMP nous offrent quelque chose que je n’avais jamais expérimenté au sein des mangas : la poésie.

trèfle-planche2

Oui, cette histoire déborde de poésie dans la structure même des planches. Le graphisme est vraiment très épuré, les cases et les dessins ne prennent que peu de place, et même quand c’est le cas, c’est avec une certaine légèreté. La symbolique de la liberté est évidente avec la présence assez fréquente des oiseaux et des ailes, qui sont magnifiques. La place est surtout fait au texte, en particulier les paroles d’une chanson.

Je veux être heureuse – Je cherche le bonheur – Alors, emmène-moi – Emmène-moi loin d’ici

On se rendra compte que cette chanson, en plus d’apporter une atmosphère mélancolique à l’histoire, représente un lien très fort entre nos deux protagonistes principaux. Celle-ci est très importante et sa présence à quasi chaque page est de toute manière un indicateur de cet élément. Elle n’est pas là que pour faire jolie, bien qu’elle joue énormément sur le côté poétique du manga. Son rôle n’est pas qu’esthétique.

Le contexte en lui-même paraît assez particulier, mais nous évoque aussi la réalité : un gouvernement tout puissant qui règne et qui complote pour garder la main (dominé par des Sorciers), une autre nation qui est l’ennemi mais qui n’a pas l’air d’être bien mieux, mais aussi un peuple différent, à l’écart, mais qui semble vouloir se révolter. (contre quoi ? La suprématie des autres ? Leur toute-puissance ?) On observe tout ceci sans que cela soit bien développé, en arrière-plan, mais qui nous fait réfléchir sur ce monde et ses conséquences vis-à-vis des personnages qu’on suit.

trèfle-planche3

Après les deux premiers tomes qui constituent l’histoire principale, les deux derniers développent principalement l’histoire de deux autres personnages qu’on ne fait qu’apercevoir de temps à autre, ou dont on entend juste parler alors que son rôle est à l’origine très important. Cela nous permet aussi d’en apprendre plus sur la structure de cette société, sur les « Trèfles ».

Il y a d’autres sujets que je ne peux pas trop aborder sous peine d’en dire trop, notamment sur les « Trèfles », mais je trouve ce manga très intéressant de par sa structure et son ambiance. (et mine de rien, j’avais pleuré, il ne m’en faut pas beaucoup)

J’ai cru comprendre que ce manga était assez difficile à trouver maintenant (tout ça pour ça…), mais si vous avez l’occasion de tomber dessus, vous ne le regretterez pas. Un manga très beau, émouvant et poétique.

Et cet extrait qu’on peut trouver à quasiment chaque fin de tome :

Si vous trouvez un trèfle à quatre feuilles – Il vous portera bonheur – Mais ne dîtes à personne où ses fleurs blanches s’épanouissent – Ni combien de feuilles il avait le trèfle à quatre feuilles

Je veux seulement ton bonheur, sachant que je ne serai jamais à toi pour le partager

clover-planche-couleur

Publicités

18 réflexions sur “Trèfle, de CLAMP

  1. J’ai eu une grande période manga à l’adolescence, et les mangas de CLAMP sont ceux qui m’ont le plus marquée, encore aujourd’hui. J’ai adoré Tsubasa Reservoir Chronicle (malgré le côté ultra compliqué, je relisais chaque tome trois fois haha), XXX Holic et Chobits… Pas lu Trèfle, mais ça me donne envie de m’y remettre 🙂

    Aimé par 1 personne

      • Haha quand tous les personnages se dédoublent, tu dis ? x) (Quel joyeux bordel, mais en même temps tellement bien pensé !)
        Il faut que tu continues xxxHolic ! Rien que pour les liens avec Tsubasa 🙂
        Ouiii Chobits.. J’avais commencé à le relire en ligne d’ailleurs, faudrait que je reprenne 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Oui, je parlais tout à fait de ça 😛
        Oui, je saiiiiiiis, mais j’ai d’autres mangas à terminer d’abord 😥
        Oui, relis-le, il est génial ! (j’aurais pu faire ma chronique sur celui-là mais merde, Trèfle n’est pas assez connu)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s