King Kong Théorie, de Virginie Despentes – les livres féministes #5

Je reviens pour cette série sur les livres féministes avec… Non, non, pas Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, non, toujours pas, non. Pour cette fois-ci, ce sera un livre contemporain, publié en 2006, donc encore largement actuel.

king-kong théorie-coverVirginie Despentes est plutôt connue pour son franc-parler assez cru, et bien que King Kong Théorie soit le seul que j’ai lu de cette auteure, je peux confirmer ce point. Ne vous attendez pas à licornes et paillettes, à douceur et mots tournés sept fois dans la bouche avant d’être vomi sur le papier, ce n’est pas du tout le style de Virginie Despentes. Elle vous balance ce qu’elle a à dire de la façon dont elle a envie de le dire. Et non, ce n’est pas vulgaire, contrairement à ce que des critiques prétendent : ce qui est vulgaire pour vous, c’est qu’elle dise une vérité qui vous dérange. (et pim !)

Car il est effectivement question de cela : Virginie Despentes n’a pas la langue dans sa poche, comme en témoigne cet extrait, qui est tout simplement le premier paragraphe de l’introduction :

J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. Je n’échangerais ma place contre aucune autre, parce qu’être Virginie Despentes me semble être une affaire plus intéressante à mener que n’importe quelle autre affaire.

Rien qu’avec ça, elle nous démontre sa volonté de s’adresser aux femmes oubliées et méprisées, et je dois admettre que ça a été assez libérateur de mon côté. Ce paragraphe nous montre aussi une certaine confiance en soi que je lui envie. L’introduction en entier met les points sur les i sur ce qu’elle pense de la fameuse « féminité » qu’on doit toutes atteindre, sur ces pressions qu’on vit, en faisant partager ses observations à travers sa vie personnelle.

Lire la suite

Publicités