Les livres de la rentrée littéraire 2017 qui me font envie

… et que je ne lirai pas avant un moment car j’ai encore craqué mon slip ce mois-ci, donc bye bye la rentrée littéraire ! Je vais tous vous voir brandir vos découvertes avec fierté, mais si vous comptez sur moi pour en lire prochainement, laissez tomber. Vraiment.

Je ne me souviens plus du compte exact des livres pour cette rentrée littéraire, je sais juste que ça dépasse les 500… J’ai une fois vu la liste en entier et j’ai failli faire une syncope. Du coup, je me suis rabattue sur des listes plus restreintes, mais plus subjectives et pour certaines, sûrement plus soumises à l’aspect marketing…

Ceci dit, il y a au moins 5 livres qui me font très envie et je ne résiste pas à l’idée de vous les partager. (les numéros n’indiquent pas de classement de préférence)

point-cardinal-cover1 – Point Cardinal, de Léonor de Récondo

Laurent rejoint femme et enfants pour le dîner. Avec Solange, rencontrée au lycée, la complicité a été immédiate. Il s’est longtemps abandonné à leur bonheur calme. Mais sa vie bascule quand, à la faveur d’un week-end solitaire, il se travestit pour la première fois. A son retour, Solange comprend que Laurent est un transsexuel qui s’ignore. Elle va convaincre ceux qui l’aiment de l’accepter.

Normalement, on dit transgenre, pas transsexuel. Je n’ai jamais rien lu sur le sujet de la transidentité et je suis assez curieuse de lire une histoire en rapport avec le sujet. Peut-être que cela m’amènera à lire des livres plus théoriques sur le sujet. En attendant, voir comment ça peut se dérouler peut être un bon début.

funambule-sur-le-sable-cover2 – Un funambule sur le sable, de Gilles Marchand

C’est l’histoire de Stradi qui naît avec un violon dans le crâne. A l’école, il va souffrir à cause de la maladresse ou de l’ignorance des adultes et des enfants. A ces souffrances, il va opposer son optimisme invincible, héritage de ses parents. Et son violon s’avère être un atout qui lui permet de rêver et d’espérer. Roman de l’éducation, révérant la différence et le pouvoir de l’imagination.

Ça a l’air très mignon, mais plutôt dans le sens bouleversant. Le sujet m’a l’air intelligent et je suis curieuse de savoir s’il est bien traité. Et oui, ce n’est pas parce que vous comparez le style à Gary que je vais être une acheteuse satisfaite d’emblée, ça a même tendance à accroître ma méfiance. (j’ai lu ça quelque part, accompagné par Vian et Pérec, la pression quoi)

Lire la suite

Publicités

La Fin de l’homme rouge, de Svetlana Alexievitch

la-fin-de-l'homme-rouge-coverEncore une fois, je ne vais pas mettre de quatrième de couverture car celle-ci est vraiment beaucoup trop longue.

J’ai commencé ce livre suite au #BookChallengeNobel sur Twitter, mais je l’aurais certainement lu plus tard. L’autrice a parcouru l’ancienne URSS (la Russie et d’anciens pays soviétiques) pour récolter des témoignages de personnes ayant vécu l’effondrement du communisme, et donc de l’empire soviétique. (avec l’aide d’un magnétophone, d’un carnet et d’un stylo) On appelle ça une forme polyphonique, c’est-à-dire la multiplicité des narrations.

On y trouve des témoignages très différents : des gens pauvres, des personnes encore plus pauvres, mais aussi des individus plus aisés, des femmes, des hommes, jeunes ou âgés. Ils n’ont pas tous le même vécu, pas tous la même vision des choses, ni de la perestroïka, l’ensemble des réformes sociales et économiques conduites par Gorbatchev à la fin des années 80.

Je ne sais pas pour vous, mais l’effondrement de l’URSS en 1991, on nous l’a vraiment vendu comme quelque chose de positif des deux côtés durant les cours d’histoire, avec des photos de gens fêtant leur nouvelle liberté et que c’était un bienfait pour tout le monde. C’était effectivement le cas… pour deux témoignages dans ce livre. Le reste est plutôt partagé sur la question, certains regrettent même le régime soviétique…

Lire la suite

Livres d’introduction aux leaders noirs américains des années 60

Il y a une semaine, j’ai craqué dans ma librairie habituelle sur deux livres qui ont été pour moi une introduction à un sujet qu’on ne connaît que très peu en général, sauf si on s’intéresse au sujet : le militantisme noir des années 1960, et plus exactement leurs chefs de file.

Note : je parle de blancs et de noirs en tant que groupe sociologique et non biologique, avant qu’on ne me saute dessus.

nous-les-nègres-coverPour commencer, j’ai lu un recueil d’interviews de trois grands hommes connus dans ce domaine : James Baldwin (qui était avant tout écrivain et pas le chef d’un groupe militant), Malcolm X et Martin Luther King. On a d’ailleurs l’habitude de mettre en opposition les deux derniers cités. Aux yeux des blancs, King est le « gentil » et Malcolm X le « méchant » ; au contraire, dans certains milieux antiracistes (bon, ok, sur des forums, paye ta crédibilité), on va plutôt prendre ce dernier comme un exemple d’une façon de militer plus sincère et efficace et Martin Luther King comme un bisounours au service des blancs. C’est effectivement l’image qui circule sur eux, et j’en sais finalement très peu sur ces deux hommes, mais je pense que cette impression n’en est qu’une. Leurs méthodes étaient différentes (Malcolm X appelait à la violence, quand Martin Luther King prônait la non-violence), mais je ne les trouve pas autant éloignés qu’on veut bien nous le prétendre. Mais avant d’en venir là, je vais commencer par James Baldwin.

james-baldwin-pic

James Baldwin

Comme je l’ai mentionné, c’est un écrivain (que je n’ai jamais lu) qui a mis en avant les tensions raciales, sexuelles et sociales des sociétés occidentales dans ses écrits. Il avait quitté pendant un temps les Etats-Unis à cause du climat qui y régnait pour les noirs… mais aussi pour les homosexuels, lui-même en faisant partie. Mais ce n’est qu’une brève présentation de cet homme, et le peu de choses que je sais réellement, c’est au travers de l’interview que j’ai lu de lui. Ces trois interviews ont été diffusées à la télévision américaine en 1963, et l’ordre de diffusion de ces dernières n’étaient pas complètement anodines, comme l’a aussi mentionné le préfacier. Et ce que j’en ai conclu directement à la fin de celle de Baldwin : cet homme était d’une grande intelligence et d’une triste lucidité.

Lire la suite

Challenge : lire 10 auteurs de prix Nobel

Allons droit au but : les challenges, ce n’est pas mon truc. La majorité du temps, je les trouve très contraignants, surtout le Weekend à 1000 (qui consiste à lire 1000 pages en un weekend) qui me donne personnellement des sueurs froides. Je suis assez irrégulière dans mes lectures et j’aime bien être un minimum libre, pouvoir lire ce que je veux quand je veux et ne pas avoir à devoir lire tel livre à cause d’une condition, et dans un temps imparti. Pour moi, c’est presque la définition de l’enfer livresque. (oui, carrément)

auteurs-prix-nobel-cover.png

Alors, pourquoi j’ai changé d’avis ? Parce que lire des auteurs qui ont obtenu le prix Nobel (pas forcément de littérature d’ailleurs, bien que ce soit principalement ma cible), ça fait déjà partie de mes objectifs sur le long terme. J’en ai lu, mais vraiment très peu, et je suis très curieuse d’en découvrir plus, surtout que mes dernières découvertes ont été de très agréables surprises. (Kenzaburô Ôe étant le dernier à m’avoir bluffée) Ça me foutra un gros coup de pied au cul, en passant.

Ce challenge a été lancé sur Twitter par @Celestine-Aude. Vous pouvez bien entendu participer. Ce challenge dure jusqu’au 1er janvier 2018 et vous choisissez les livres que vous voulez, tant que l’auteur/l’autrice a obtenu un prix Nobel. Le tag #BookChallengeNobel vous permet de suivre l’avancement des participant.e.s et aussi de nous donner le vôtre si vous participez !

Lire la suite

Les souffrances invisibles, de Karen Messing

les-souffrances-invisbles-cover-1Quatrième de couverture

Karen Messing a consacré sa vie à la santé des travailleurs et des travailleuses et à « l’invisible qui fait mal ». À travers le récit de son parcours professionnel, d’abord de généticienne puis d’ergonome, l’auteure démontre comment certains environnements de travail rendent les gens malades, en particulier les femmes. Des ouvriers d’usine exposés à des poussières radioactives aux préposées au nettoyage, en passant par les caissières, les serveuses ou les enseignantes, elle s’est employée à porter leur voix dans les cercles scientifiques.

L’écart entre la réalité des scientifiques et celle des travailleurs et travailleuses de statut social inférieur est d’ailleurs à l’origine de graves problèmes de santé qui sont généralement ignorés, soutient l’auteure. Pour combler ce « fossé empathique » qui empêche les scientifiques d’orienter correctement leurs recherches, il est primordial d’écouter attentivement les travailleurs et travailleuses parler de leurs difficultés et de tenir compte de leur expertise. Karen Messing plaide également en faveur d’une pratique scientifique davantage interdisciplinaire.

Lier l’intime au politique, voilà le vaste défi auquel nous invite Karen Messing dans cet essai très personnel qui devrait interpeller autant les employeurs et les scientifiques que les syndicats et le grand public.

Critique

Comme d’habitude, j’ai vu ce livre dans une librairie et je me suis dit « Oh, ça a l’air intéressant ! » et j’ai laissé tomber tous les achats que j’avais donc prévu. Et effectivement, ça l’était. Karen Messing est une ergonome, dont le métier est de faire de la prévention contre les accidents au travail et d’améliorer les conditions dans lesquelles les employés travaillent. Vous l’avez deviné, ce n’était pas facile. (et ça l’est même encore moins aujourd’hui, ce qui est carrément flippant, les syndicats patronaux sont au taquet)

Avant tout, remettons les choses dans leur contexte : Karen Messing est canadienne. Elle a principalement bossé au Canada et parle donc majoritairement de son expérience et de la situation dans ce pays, et ce n’est pas sa toute petite expérience avec la SNCF qui contrebalance vraiment les faits ou prouve quoi que ce soit quant à la situation en France. Avant qu’on ne me rétorque que le Canada est un pays bien plus libéral que la France et qu’on ne peut pas comparer, il serait naïf de croire que la situation est idyllique en France : on a bien dû rencontrer le même type de difficultés. (on vit dans le même monde capitaliste après tout) Mais gardez quand même bien à l’esprit qu’elle parle du Canada.

Lire la suite

Ce que vos lectures disent de vous

Bon, en fait, c’est le nom d’un test sur le site Psychologies.com, je ne me suis pas foulée. J’avais partagé mon résultat sur Twitter et j’avais envie d’en parler de façon plus « développée ». (ça m’a fait… réfléchir – vu mon résultat, ça me ferait presque penser à un gag) Voici d’ailleurs le test, je suis assez curieuse de connaître vos résultats, savoir si c’est en accord avec votre vision des choses ou pas du tout, et si vous voulez aussi discuter de la description de votre résultat.

lecture-au-lit.jpg

Alors, je ne vais pas faire un article sauce Lemon June qui s’énerve sur les tests en ligne (et elle a raison) mais je trouve que la description de mon résultat est assez réductrice. Si l’intitulé est bon, le reste l’est beaucoup moins.

J’ai donc eu « Lire pour… réfléchir », ce qui s’apparente effectivement bien à ma façon de lire. Je ne lis pas que dans ce but, mais c’est principalement ce qui me guide dans le choix de mes lectures. Parfois, je ne le fais pas vraiment exprès, et pour d’autres, c’est l’échec. Ceci dit, pour ces derniers, selon les qualités du livre en question, je peux tout à fait le considérer comme étant génial, divertissant, ce qui n’est pas un mal, bien au contraire. (comme le disait Lemon June ici – encore elle) L’exemple de La Passe-miroir est d’ailleurs assez parlant : cette saga finira très sûrement dans mon top de l’année, bien qu’elle n’ait pas les qualités requises à la base dans mon petit cerveau. J’ai juste pris un énorme plaisir à suivre les personnages et à me plonger dans l’univers, c’est tout, et je n’ai pas forcément à me justifier.

Lire la suite

Le grand mystère des règles, de Jack Parker – les livres féministes #6

Le-grand-mystere-des-regles-coverCe livre aurait franchement pu être une très grande révélation si j’avais encore été adolescente. L’autrice nous y parle des règles, sujet hautement tabou. (vous avez sûrement dû connaître les mecs qui, à peine on effleure le sujet, nous font comprendre leur dégoût par des « beeeeh » très explicites, et certaines filles les rejoignant par solidarité) Mais même au sein de la société en général, c’est un sujet confidentiel qu’on ne doit surtout pas mentionner.

Mais qui est donc l’autrice ? Jack Parker (c’est un pseudonyme) est une ancienne rédactrice du site féminin Madmoizelle, qui avait beaucoup contribué à l’époque à mes connaissances basiques sur le féminisme blanc. Je savais donc déjà à quoi m’attendre : un rapport décomplexé sur le sujet, une cordialité présente le long des lignes.

Et même si j’avais déjà fait des recherches sur le sujet auparavant, ça fait un bien fou de lire un livre sur ça ! Bien sûr, on en parle entre filles, mais selon à qui on s’adresse, ça peut vite devenir gênant et la conversation peut rapidement s’écourter. Même entre nous, le tabou flotte au-dessus de nos têtes alors qu’il n’y a aucune raison, c’est un point commun ! (sauf pour les femmes qui n’ont pas de vagin, je ne nie absolument pas leur existence, ce n’est pas mon propos)

D’ailleurs, c’est assez surprenant de voir que dans beaucoup de cultures, la maternité est mise en valeur alors que ce qui permet de savoir qu’on est en bonne santé de ce côté-là est méprisé, voire craint…

Lire la suite

Bilan lectures #9 (juillet 2017)

De retour de vacances cette dernière semaine, j’ai eu quelques lectures ! Pas forcément toujours de bonnes surprises d’ailleurs, je vous en parle tout de suite. J’ai quand même lu mes deux coups de cœur en début de mois et j’ai heureusement pu les chroniquer. 🙂

Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? Lire la chronique

badine-pas-avec-amour-musset-coverOn ne badine pas avec l’amour (Alfred de Musset)

Cette pièce de théâtre n’a pas tellement fait son nid chez moi. Elle était sympathique à lire mais sans plus. Il y avait quand même un certain humour qui ne m’a pas déplu et je dois admettre que le dénouement à la fin était assez original. Elle peut peut-être paraître exagérée mais j’ai beaucoup aimé, je l’ai au contraire trouvée assez pertinente. La manière dont est traité la relation entre les deux cousins est pas mal, ça change quand même un peu de ce qu’on lit d’habitude. Une lecture somme toute agréable.

Petit pays (Gaël Faye) Lire la chronique

la-honte-annie-ernaux-coverLa honte (Annie Ernaux)

Je crois que je suis définitivement habituée à lire les livres d’Annie Ernaux car je n’ai eu aucune surprise. Ses bouquins sont principalement autobiographiques pour celles et ceux qui ne la connaissent pas. D’ailleurs, elle y raconte une partie de son enfance, sa douzième année. Je me suis quand même un peu reconnue : la honte d’être vers le bas des couches sociales. Une lecture sympathique, mais qui ne restera pas comme une de mes œuvres favorites de l’autrice.

Lire la suite