Love, de Toni Morrison

love-toni-morrison-coverQuatrième de couverture

Dans les années quarante, Bill Cosey possédait un hôtel pour Noirs fortunés sur la côte Est des États-Unis.
En 1971, à sa mort, tout bascule ; l’ancien lieu idyllique se transforme en un champ de bataille où s’affrontent des femmes obsédées par son souvenir. Désormais âgées, liées par la jalousie et la douleur, May, Christine, Heed, Vida – et même L – ne peuvent oublier cet homme charismatique et monstrueux, qui a incarné leurs désirs de père, mari, amant, protecteur et ami.

Critique

Je savais que Toni Morrison, une des plus grandes écrivaines de la littérature contemporaine américaine (j’invente rien, elle a même eu le prix Nobel en 1994 !), n’allait pas me décevoir. De là à imaginer que son livre serait un coup de coeur… J’en étais bien loin !

Avec la quatrième de couverture, je m’attendais aussi un peu à une banale saga familiale, grossière erreur que je serai probablement destiné à refaire car j’ai déjà eu un préjugé quelconque envers un livre qui a été démenti plusieurs fois. On peut noter que ça ne m’a jamais servi de leçon.

Pourtant, j’aurais dû le savoir après cette brillante chronique de La viduité sur ce livre, et j’aurais peut-être mieux fait de la relire avant cette lecture, mais d’un autre côté, je me suis pris une grosse claque, comme avec tous ces livres qui te narguent parce que tu les as quand même un peu sous-estimé, hein. Et j’aime me prendre des gifles par des livres. (c’est mon côté masochiste littéraire) Je pensais très sincèrement que je n’accrocherai pas au phénomène, malgré une interview impressionnante de lucidité et d’intelligence dans le numéro un de la revue America. Mais après la déception vécue avec Modiano, je restais sur mes gardes.

Lire la suite

Publicités

Foire du Livre de Brive 2017 : récit et bilan

Ce fut intense mais génial ! J’ai pu y aller seulement en toute fin d’aprem vendredi, et puis samedi. Durant tout ce temps, j’ai pu rencontrer les auteurs que je voulais (j’en avais déjà parlé ici) et même être présente pour deux rencontres. Par contre, je vais tout vous raconter. (même les trucs qui m’ont énervée)

20171112_085450.jpg

Mon principal problème était tout d’abord de surmonter ma timidité et mon gros manque d’aisance sociale quand je suis angoissée eeeeeet… je n’ai pas réussi dès la première autrice. Ce fut Alice Zeniter (qui est gentille, là n’est pas le problème) mais il a fallu que je passe encore mon temps à m’excuser (de quoi ? Personne ne le sait) et que je vive aussi un moment de solitude qui a dû, là encore, me faire passer pour la fille bizarre de la journée. (je n’en dirai pas plus, inutile de demander)

Lire la suite

C’est un miracle, mais le blog a un an !

minions-gif

J’ai beaucoup hésité à faire cet article. Je ne savais pas si j’étais vraiment légitime pour le faire : je ne suis pas forcément très connue et je me suis dit que ça avait peut-être un intérêt moindre, sans compter que je le fais un peu au dernier moment. Ça ne fait pas des semaines que j’y pense, c’est en voyant celui de La Récolteuse de mots que je me suis dit « Hé, moi aussi, c’est bientôt l’anniversaire de mon blog ! » avant de me dire que ça n’en valait pas la peine. Je vous laisse imaginer les tourments qui ont eu lieu dans ma tête pour qu’apparaisse cet article.

Bilan statistique

Alors, me voici ! On va commencer par un petit bilan statistique, de novembre 2016 à octobre 2017. (aucune originalité sur ce blog)

  • Vues : 3417
  • Visites : 1358
  • J’aime : 587
  • Commentaires : 836
  • Nombre d’abonnés : 77
  • Nombre d’articles : 78

Pour vous, ça ne représente pas grand-chose, mais pour moi, c’est assez incroyable. Il faut dire que les débuts de mon blog se passaient assez mal et que c’était principalement ma faute. Normalement, pour se faire connaître, il faut visiter les blogs des autres (et j’en connaissais quasiment aucun) ou éventuellement, essayer de se faire connaître sur des plateformes dédiées au sujet de notre blog. Si je me bornais les deux premiers mois à publier des articles sans avoir de lecteurs…

bob-l'éponge-gif.gif

Forever alone.

… je me suis enfin bougé le cocotier à partir du mois de janvier, et j’ai commencé à publier des messages sur Livraddict et à me créer un compte Twitter. N’aimant pas trop faire mon auto-promo, ça n’a duré qu’un temps, durant lequel j’ai découvert l’absence d’un sujet sur Albert Camus sur le forum Livraddict et où j’ai réparé cette infâme erreur.

Lire la suite

Manuel de résistance féministe, de Marie-Eve Surprenant – spécial FeminiBooks #9

femini-books-banAvant d’en venir au sujet principal, il faut que vous sachiez ce qu’est le FeminiBooks ! C’est une initiative de Ninon de la chaîne Opalyne, où, pendant un mois, elle propose aux Booktubeuses de faire une vidéo par jour pour parler d’un bouquin féministe ou à tendance féministe, que ce soit une fiction, un essai… D’ailleurs, vous pouvez aujourd’hui aller sur la chaîne de Il était une fois Perseneige, c’est elle qui a une vidéo à vous proposer aujourd’hui.

Et en ce mois de novembre, Opalyne a décidé de faire participer les blogueuses et blogueurs, j’ai donc naturellement décidé d’y participer, ça me semblait tout à fait en accord avec ma propre série d’articles sur le sujet. (et même sans ça, j’y aurais participé)

Voilà un des livres les plus utiles que je vous ai présenté dans ma sélection de livres féministes jusqu’à présent ! Pourquoi utile ? Vous allez le découvrir bientôt, et croyez-moi, vous allez l’adopter car il va personnellement me servir plusieurs fois au cours des prochaines années.

Tout d’abord, si vous êtes du genre à avoir une mémoire pitoyable (je ne m’aventurerai pas à insulter les poissons rouges, il paraît qu’il ne faut pas les sous-estimer) et à évoluer dans un environnement sexiste qui a voulu vous apprendre subtilement votre condition inférieure de femme et qui continue à essayer de le faire, ce livre est carrément fait pour vous.

Lire la suite

Quartier perdu, de Patrick Modiano

quartier-perdu-coverQuatrième de couverture

Un dimanche de juillet, Ambrose Guise arrive à Paris. Personne. Sauf les statues. Une ville fantôme, lui semble-t-il, après un bombardement et l’exode de ses habitants. Auteur de romans policiers anglais, il vient rencontrer son éditeur japonais. Mais il va profiter de ce voyage pour élucider les mystères de son passé, du temps où il était français et s’appelait Jean Dekker, il y a vingt ans. Il fait alors surgir dans un Paris crépusculaire, halluciné, des lieux étranges : une chambre secrète rue de Courcelles, en face d’une pagode ; un grand rez-de-chaussée donnant sur un jardin, place de l’Alma. Il réveille les spectres de Georges Maillot, au volant de sa voiture blanche, de Carmen Blin, Ghita Wattier, des Hayward… Tout un quartier perdu de la mémoire est ainsi revisité, et délivre le secret de ses charmes, et de ses sortilèges.

Critique

Je suis très embêtée.

J’ai aimé ma lecture… mais sans plus.

Ma chronique sera assez courte car je suis encore dans l’incompréhension, la gêne la plus totale.

J’ai commencé à lire Modiano car il entrait tout à fait dans le cadre du #BookChallengeNobel. (il a obtenu le prix Nobel de littérature en 2014) On me l’avait conseillé sur Twitter et l’homme me paraissait très sympathique. (on aura l’occasion d’en reparler) Les sujets de ces livres en général me semblaient très intéressants. Et j’ai lu ce livre et… je n’ai pas compris.

Lire la suite

Les lunes de Jupiter, d’Alice Munro

les-lunes-de-Jupiter-coverQuatrième de couverture

Comment vider des dindes peut marquer à jamais une jeune fille de 14 ans… Comment un cadeau simple et doux comme un sac de petites algues peut réchauffer un coeur désespéré… Douze nouvelles composent des portraits de femmes qui, sous une apparence fragile, cachent souvent un caractère étonnant et courageux. Avec lucidité, elles affrontent la vie, ses joies et ses peines, ses luttes et ses déceptions.

Critique

Alice Munro m’était complètement inconnue jusqu’à ce que je trouve un livre d’elle pendant une expédition à Emmaüs. Alors que Celestine-Aude n’avait même pas encore abordé l’idée du #BookChallengeNobel sur Twitter, j’avais été attirée par le bandeau rouge la mentionnant comme le prix Nobel de littérature de 2013. En plus de m’être bien rendue compte que j’étais une grosse inculte et que je ne suivais décidément pas assez l’actualité littéraire, j’ai aussi bien réalisé que je réagissais plutôt bien au marketing la vantant comme ayant obtenu le plus grand prix littéraire du monde. Je ne la ramenais pas trop, quoi.

Au milieu de ces informations superficielles s’en trouve une plutôt intéressante : cette autrice est prix Nobel de littérature 2013. Vous allez vous dire « Mais elle recommence, là » mais je n’ai pas fini. Un détail me semble avoir son importance : Alice Munro est la première autrice (et auteur, en fait) qui écrit exclusivement que des nouvelles à avoir remporté le prix Nobel. Voilà, voilà, et maintenant je m’incline. (ce n’est quand même pas rien)

Lire la suite