Manuel de résistance féministe, de Marie-Eve Surprenant – spécial FeminiBooks #9

femini-books-banAvant d’en venir au sujet principal, il faut que vous sachiez ce qu’est le FeminiBooks ! C’est une initiative de Ninon de la chaîne Opalyne, où, pendant un mois, elle propose aux Booktubeuses de faire une vidéo par jour pour parler d’un bouquin féministe ou à tendance féministe, que ce soit une fiction, un essai… D’ailleurs, vous pouvez aujourd’hui aller sur la chaîne de Il était une fois Perseneige, c’est elle qui a une vidéo à vous proposer aujourd’hui.

Et en ce mois de novembre, Opalyne a décidé de faire participer les blogueuses et blogueurs, j’ai donc naturellement décidé d’y participer, ça me semblait tout à fait en accord avec ma propre série d’articles sur le sujet. (et même sans ça, j’y aurais participé)

Voilà un des livres les plus utiles que je vous ai présenté dans ma sélection de livres féministes jusqu’à présent ! Pourquoi utile ? Vous allez le découvrir bientôt, et croyez-moi, vous allez l’adopter car il va personnellement me servir plusieurs fois au cours des prochaines années.

Tout d’abord, si vous êtes du genre à avoir une mémoire pitoyable (je ne m’aventurerai pas à insulter les poissons rouges, il paraît qu’il ne faut pas les sous-estimer) et à évoluer dans un environnement sexiste qui a voulu vous apprendre subtilement votre condition inférieure de femme et qui continue à essayer de le faire, ce livre est carrément fait pour vous.

manuel-de-resistance-feministe-coverIl est difficile de faire face à ses propres préjugés, et parfois, on tombe sur un argument qui nous fout en rogne mais… manque de bol, on ne sait pas répliquer car, certes, on n’est pas en accord avec, mais on nous a appris que c’est la vérité, et pas autrement. Et il faut donc faire face à son interlocuteur, mais aussi à soi-même ! Et ce n’est pas une tâche simple.

Ce livre va donc vous aider à y voir plus clair, à vous remémorer des choses qui ne vous semblent pas forcément évidentes, des chiffres très utiles… Oui, car vous noterez qu’on doit toujours apporter nos sources, mais les antiféministes, jamais. Ce sera très souvent à vous de faire preuve de bonne foi, de montrer que vous n’êtes pas une affabulatrice qui veut la domination du genre féminin sur le genre masculin, bouuuuh… Je caricature à peine, et c’est bien ça qui est le plus triste. Je ne vous ferai par contre pas l’affront de parler de sexe à la place de genre, et je vous conseille d’ailleurs de ne pas rentrer dans le jeu de la personne en face qui vous contredit. C’est un exercice très difficile car dans ce livre et dans les débats en général, on parle de personnes cisgenres et il est difficile de ne pas rentrer dans cette norme genrée qui définit le masculin et le féminin comme des choses naturelles en rapport avec le sexe avec lequel on naît. (c’est le poids du patriarcat) Il est préférable de ne pas donner cet avantage à son contradicteur.

Mais je ne suis pas là pour vous donner mes maigres conseils sur les débats féministes (surtout qu’on fait finalement ce qu’on peut, quand on peut), ce livre va vous fournir plein d’explications ! Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que l’autrice est québécoise et que les statistiques, les évènements… sont donc canadiens. Il vous faudra donc faire des recherches vous-mêmes sur ce qu’il se passe en France, mais je tiens à dire que la situation est très similaire.

A plusieurs reprises, Marie-Eve Surprenant nous précise d’ailleurs que le Québec, et dans une mesure plus large, le Canada, ne sont pas des terres paradisiaques libérées du carcan sexiste, bien au contraire. Elle nous parle un peu de l’histoire du féminisme dans son pays, des obstacles (la religion), des cadeaux faits au féminisme pour des raisons qui sont tout sauf humanistes (le droit de vote des femmes, accordé par pur opportunisme politique). On peut voir que les combats ont été longs et ardus, et que ça fait finalement peu d’années que ce pays a une légère avance sur la France. Alors méfiez-vous du rêve canadien pour les femmes, il y a encore bien des progrès à faire.

Elle y parle aussi des différents types de féminisme, de la socialisation genrée, mais aussi la différence entre sexisme, misogynie et antiféminisme. (et en quoi les trois sont problématiques à leur niveau) Et enfin, elle s’attelle à ce qui m’intéressait finalement le plus : détruire les arguments antiféministes point par point. Je vous en cite quelques-uns que vous reconnaîtrez très facilement :

« Les femmes n’ont qu’à quitter leur conjoint violent pour que la violence cesse ; si elles restent, c’est que ce ne doit pas être si grave… »

« Les garçons subissent autant les effets de l’hypersexualisation que les filles »

« Les hommes ont leur mot à dire sur le fait d’avoir des enfants ou non. Ce n’est pas seulement aux femmes de décider… »

Ils sont agaçants, n’est-ce pas ? Et parfois, on peut se trouver vite pris au dépourvu. Parfois, il peut y avoir une part de vérité dans le sens où c’est effectivement ce que la société veut bien nous laisser croire, mais dans les faits, dans la réalité, il y a souvent (toujours même, que dis-je !) de grosses nuances qui changent tout. L’autrice vous aidera à y répondre, ce livre est un vrai mémo pour moi. Pas que ces arguments soient des mantras à se répéter tous les jours, hein, mais ça sert de relire tout ça pour remettre les choses à plat, surtout quand on vit dans un environnement sexiste qui aura tendance à sortir tous les jours des propos et des réflexions du style, et qu’on n’est pas toujours à fond dans les milieux féministes pour être au taquet dans les débats. Si la personne en face manque juste d’empathie et fait preuve d’un individualisme à vomir soi-même son égo, abandonnez. Ne vous faîtes pas de mal pour rien.

Je vais juste vous donner un petit aperçu de ce à quoi ça ressemble :

20171102_092329.jpg

La photo est pourrie, on est d’accord.

Un livre qui sert donc de mémo et qui va peut-être vous faire penser à des arguments auxquels vous n’aviez pas réfléchi ! De plus, comme on a les arguments antiféministes en gras avec les arguments pour les contrer point par point, ça permet une certaine visibilité. On peut tout trouver par thématique, ce qui permet de les retrouver facilement dans le sommaire si on cherche un sujet en particulier.

Et puis bon, c’est bien mignon, mais les chiffres sont canadiens, les sources aussi… On peut très bien vous répliquer qu’on ne peut pas comparer, et que ça ne veut dire en rien que c’est la même chose en France… A part balancer que le Canada est meilleur que la France au niveau de la lutte pour les droits des femmes, que c’est de notoriété publique et que, par conséquent, ça ne peut qu’être pire chez nous, je vais vous filer quelques liens utiles.

Liens – liste non exhaustive

  • L’observatoire des inégalités (pas que sur le sexisme d’ailleurs…)
  • L’INSEE (un classique)
  • Le blog de Crêpe Georgette, où elle aborde différents sujets avec statistiques et études à l’appui (y en a qui râlent, c’est que c’est de la bonne)
  • Le blog de Genre ! (ou l’autrice de cette BD) qui aborde des questions sur le… genre (Captain Obvious, à votre service)
  • Pour rester dans l’actualité, un article sur l’impunité des hommes célèbres sur le blog de Mirion Malle
  • Simonae, site féministe inclusif
  • Violence femme infos, le numéro : 3919
  • Sos Viol femmes informations : 0800 05 95 95

Et comme je fais tout ça de tête, j’en oublie, mais croyez-moi, y en a un paquet, les antiféministes n’ont qu’à bien se tenir.


Mais la découverte de nouveaux livres inspirants sur le sujet continue !

Où vous rendre demain pour la suite :

 

Publicités

14 réflexions sur “Manuel de résistance féministe, de Marie-Eve Surprenant – spécial FeminiBooks #9

  1. Tu vas refaire mon éducation féministe et je vais pouvoir en parler moi même comme ça \o. J’ai adoré ton article, j’ai cliqué sur tous les liens et je vais mettre ce livre dans ma wish list (quand j’aurai une maison je vais véritablement avoir une bibliothèque dans toutes mes pièces).

    Aimé par 1 personne

    • Contente que ça t’ait plu ! J’irai pas jusqu’à dire que je vais refaire ton éducation féministe car on a toutes notre propre chemin pour y arriver, mais si tout ça peut t’aider, ça me fera très plaisir 🙂
      Et pour tes bibliothèques, je ne doute pas qu’elles existeront un jour ! 😛

      Aimé par 1 personne

    • Oui, le problème de savoir gérer dans un débat peut être problématique… Finalement, c’est pas tant celle ou celui qui aura raison ou tort, mais la personne qui aura le plus d’aisance à l’oral, et c’est bien dommage… J’espère que ce livre t’aidera alors 🙂

      J'aime

  2. Cette chronique était géniale. Les « fameux » débats sur le féminisme, il y a aussi quand u sors des statistiques à la personne et que celle-ci te répond « ouais mais les sondages, c’est pas fiableuh!!!!!! ». Et cette même personne qui m’a demandé des sources pour appuyer mes arguments. Bref, ce livre a tout de même l’air super intéressant, par contre attention à ne pas trop idéaliser le Canada: depuis des années, il y a des femmes amérindiennes qui disparaissent sans que les autorités interviennent, même si c’est en train de changer, le nombre de disparues est élevé, très élevé et ça me fait froid dans le dos de penser à ce qui a pu leur arriver. Surtout que justement comme tu le dis le Canada est super bien avancé dans les droits des femmes (en comparaison avec la France), donc avec le nombre des disparitions, ça laisse penser qu’il y a un côté sinistre dont on ne sait pas grand chose.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup, ça me touche ! 🙂

      Non mais les débats remplis de mauvaise foi… Plus que « savoir comment y répondre », ce serait plus « comment la terminer »…

      Oui, c’est que l’autrice disait, elle parlait justement des amérindiennes ! Ca m’a agréablement surprise d’ailleurs, mais oui, elle en parle. (elle n’en parle pas en long, en large et en travers, mais elle existent dans son livre, quoi)
      Je dois avouer que c’est très inquiétant leur situation d’ailleurs, ça laisse présager le pire :/

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: C’est le 1er, je balance tout! (bilan de novembre 2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s