Mon bilan lectures de l’année 2017

Le voici, le fameux bilan de toutes mes lectures de 2017. Des coups de cœur, des déceptions, comme une année de lecture se doit de l’être. Mais j’ai quand même eu la chance d’avoir eu beaucoup de livres que j’ai profondément aimé, et j’ai découvert des autrices et des auteurs qui m’ont l’air formidable, et que vous reverrez peut-être cette année.

bilan-lectures-2017

J’ai aussi complété mon challenge sur les auteurs de prix Nobel, ce qui m’a permis de fantastiques découvertes. Certains d’entre eux vont d’ailleurs se retrouver dans mes livres préférés de l’année.

Et oui, comme l’année dernière, je fais un top 10 des livres que j’ai adoré et un flop 5. Pour les départager afin de pouvoir faire un classement, ce ne fut pas simple, mais j’y suis arrivée ! Contrairement au bilan précédent, je vais tout de même rédiger deux ou trois lignes sur chaque livre et ne pas vous balancer une liste et puis hop, démerdez-vous. Non non, un peu de respect.

Je suis donc très fière de vous présenter tout d’abord mes 10 livres préférés.


Top 10

10. La lettre écarlate (Nathaniel Hawthorne) – American Psycho (Bret Easton Ellis)

la-lettre-ecarlate-coverDépartager un classique et un contemporain, ce n’était pas possible ! Ils m’ont chacun marqué à leur façon. La lettre écarlate pouvait avoir un côté vieillot pour certains (je lis d’autres chroniques sur les livres que je lis après avoir balancé ce que j’avais à dire dans la mienne histoire de tester la température) et difficile à lire pour d’autres, mais ce fut tout l’inverse pour moi, je l’ai trouvé assez moderne et facile à lire. J’ai dévoré ce livre, et le relire ne me dérangerait absolument pas, c’est une histoire brillante.

american-psycho-coverQuant à American Psycho, il est effrayant de réalisme sur notre réalité contemporaine. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il faut absolument le lire car il faut s’accrocher (certaines scènes sont juste écœurantes), mais bon… Il fait indéniablement partie de ceux qui nous l’avaient bien dit, et même plus, car il dépeint sans tabou une réalité déjà existante à l’époque. (le début des années 90) Et puis bon, on y trouve Trump comme référence de Patrick Bateman, ça ne vend pas vraiment du rêve sur le personnage… Mais c’est dingue de se dire qu’en fait, les Américains savaient déjà plus ou moins la vérité sur ce sinistre personnage.

9. Autour de ton cou (Chimamanda Ngozi Adichie)

autour-de-ton-cou-coverTrès belle première rencontre avec cette autrice qui a bien commencé à faire son nid  avec Americanah (que j’ai dans ma PAL) et ses deux pamphlets féministes. Autour de ton cou est un recueil de nouvelles qui parlent d’histoires de Nigérianes à la fois au Nigeria et aux États-Unis, les deux pays où l’autrice transite. Il y a tellement de justesse, et ce sans tabou sur les discriminations, cette autrice est vraiment très intéressante.

8. Les lunes de Jupiter (Alice Munro)

les-lunes-de-Jupiter-coverUne écriture sublime ! Les mauvaises langues n’arrêtent pas de dire qu’il n’y a plus personne pour relever le niveau et que de toute façon, les femmes ne savent pas écrire, et bien je n’aurais juste qu’à dire qu’ils sont d’une mauvaise foi atterrante et qu’en plus, Alice Munro, sans en avoir lu d’autres d’elle que celui-ci, écrase pas mal de monde. En plus d’avoir réussi à me toucher comme jamais. Voilà, CQFD.

7. Love (Toni Morrison)

love-toni-morrison-coverEn voilà encore une autre qui m’a impressionnée ! Elle a une belle écriture fluide, ce qui n’empêche en rien une intelligence remarquable quand elle raconte son histoire, bien plus complexe qu’elle en a l’air au premier abord. Des tas de choses sont enchevêtrées et impossibles à dénouer, c’est dur à supporter parfois tellement la haine peut être présente, la rémanence des souvenirs… L’amour a effectivement permis tant de choses, le roman porte très bien son nom. Bref, encore une autrice à lire.

6. Le faste des morts (Kenzaburô Ôe)

Oe_faste-morts_A17962.indd

C’est comme je le disais dans mon article sur le #BookChallengeNobel, il m’est très difficile d’expliquer en quoi cet auteur m’a autant touchée. Le faste des morts est le deuxième livre que je lis de lui (après Le jeu du siècle, que j’avais tenté de chroniquer ici), un recueil de nouvelles qui m’a énormément plu. C’est tellement brillant et je n’arrive même pas à expliquer en quoi, c’est un peu dramatique. A vous de tenter sa lecture, peut-être serez-vous meilleurs que moi pour cerner ce qu’il y a tellement de bien chez cet auteur.

5. Le Silence de la mer (Vercors)

le-silence-de-la-mer-coverJ’avais déjà lu une pièce de théâtre de cet auteur (Zoo ou l’assassin philanthrope) quand j’étais en seconde, et ça avait été mon coup de cœur absolu de cette année, voulant le faire lire à tout le monde. (ma sœur sait de quoi je parle) Ce recueil de nouvelles m’a bien impressionnée aussi : si la nouvelle du même nom est remarquable, les autres nouvelles ne sont pas en reste. Il y en a même une qui m’a fait tellement réfléchir que j’ai arrêté sa lecture pendant deux jours : je n’avais pas vu ça depuis La Chute de Camus, c’est dire.

4. La ferme des animaux (George Orwell)

orwell-ferme-des-animaux-coverIl ne payait pas de mine par sa taille (assez court) et par le sujet à priori (qui peut prendre au sérieux dès le début une histoire avec des animaux de ferme ?), mais si vous avez déjà lu 1984, je pense que vous vous doutez déjà de la pertinence que l’auteur est capable d’insuffler à ce roman. Une fable politique très bien menée, d’une intelligence à couper le souffle, j’en suis ressortie avec l’impression que, oui, cet auteur fait partie des génies.

3. Petit Pays (Gaël Faye)

petit-pays-cover« Nianiania, c’est qu’un prix Goncourt des lycéens » et bien vous avez grandement tort ! Si Gaël Faye n’en comblera pas certains, il est indéniable que cette histoire est bien écrite et touchante, qu’elle a pu parfois être drôle, mais qu’elle est surtout infiniment triste. Mon cœur a fait des bonds tout le long de ma lecture, ça n’a pas été de tout repos. Prendre un enfant comme personnage principal nous touche forcément plus, et cela nous permet d’avoir sa distance enfantine avec certains évènements, que nous n’aurions pas eu si le personnage avait été un adulte… Et j’ai appris en petite partie l’histoire du Rwanda et du Burundi (que je ne connaissais pas) et le peu qu’on en voit, avec toutes les conséquences que le génocide a pu avoir sur les personnages, m’a glacé au point que je me suis demandée si tout ceci a été réel. Je me suis pris une grosse claque, et je remercie l’auteur de m’avoir ouvert les yeux sur un fait historique que la France se garde bien de raconter aux jeunes générations. La façon dont il l’a raconté ne pouvait pas être plus juste, bravo à lui.

2. La fin de l’homme rouge (Svetlana Alexievitch)

la-fin-de-l'homme-rouge-coverEn voilà un autre qui m’a filé un coup de poing dans la figure et qui a remis en question tout ce que je pensais savoir sur le sujet ! Svetlana Alexievitch a récolté des témoignages de ceux qui avaient vécu l’effondrement de l’URSS, de comment a été leur vie avant, pendant, après, avec une pluralité des opinions qui m’a sciée. J’ai mis mon temps pour terminer ce livre, mais ce fut dense et très prenant, l’autrice nous donne ces témoignages sans intervenir (sauf une fois, et je la comprends…) et on a les vécus de ces personnes à l’état brut, avec tout ce que ça peut impliquer de douloureux… J’ai découvert des choses sur cette époque, de la part de gens qui ont souvent vécu les évènements aux antipodes de ce qu’on nous raconte dans les livres d’histoire. Et pour ceux qui vont me dire « mais meuf, c’est un essai », je ne l’ai absolument pas lu comme ça… J’en étais pourtant bien consciente, mais ce livre est au-delà des classifications de mon humble avis. (oui, et c’est pour ça qu’il se trouve dans les romans, hein)

1. Germinal (Emile Zola)

germinal-zola-coverLe premier de mon classement, et sa place est incontestable ! De tous, c’est le livre qui m’a le plus impressionnée de par son écriture, sa densité, sa documentation précise, sa justesse, son réalisme… Que dire d’autre ? Certains diront « c’est bon, c’est Zola, on le connait tous » et je fais partie des personnes qui n’en avaient lu qu’un avant celui-là (Au bonheur des dames quand j’avais 14 ans), donc je redécouvrais cet auteur à un âge où il était clair que la maturité allait me permettre de mieux apprécier son œuvre. Et cette histoire fut un choc du début jusqu’à la fin ! Tout est décrit magnifiquement dans ce roman, pas de faux-semblants, la réalité crue tout simplement. Cette histoire est tellement tragique, au point qu’elle a laissé une trace indélébile dans mon cœur. Là encore, je ne l’ai pas terminé rapidement, mais bon sang, si j’avais du temps devant moi, je le relirai… Je n’aime pas dire ce genre de choses, mais à tenter au moins une fois dans votre vie ! Personnellement, j’ai toujours autant de mal à m’en remettre, c’est bouleversant.


Flop 5

5. Kafka sur le rivage (Haruki Murakami)

kafka-sur-le-rivage-coverOui, je sais que votre déception est grande en voyant ce livre à cette place, mais plus j’y réfléchis et plus je me dis que ce livre m’a énormément déçue car j’avais des attentes élevées envers lui et que le scénario et les réflexions n’avaient finalement qu’un intérêt limité. Je n’abandonne pas cet auteur mais très clairement, il y a peu de chances que je le mette sur un piédestal à l’avenir.

4. Aux Cinq rues, Lima (Mario Vargas Llosa)

Vous avez vu ma chronique il y a à peine plus d’un mois, mais je fais un petit récapitulatif de mes reproches : ça laissait présager le meilleur et ça s’est finalement révélé sans profondeur.

3. Absolument dé-bor-dée ! (Zoé Shepard)

En parlant de profondeur, voilà le livre qui n’en suait pas une goutte. Je veux bien qu’elle critique l’administration publique (il y a de quoi), mais ça puait tellement le règlement de comptes puéril que ça n’avait finalement aucun intérêt.

2. Alexis Zorba (Nikos Kazantzaki)

Ce livre m’a tellement mise en colère que je lui avais réservé une place d’avance dans ce classement. C’est vraiment dommage car l’écriture était belle et l’ambiance de la Crète rendait le tout solaire et chaleureux, mais la misogynie était juste insupportable.

1. Guerre et Paix (Léon Tolstoï)

guerre-et-paix-cover2Ah, le voilà mon petit chéri ! Oui, j’ai une relation particulièrement forte avec ce livre que j’ai détesté, et que j’ai même adoré détester. (je ne suis pas folle, vous savez) Une des meilleures écritures que j’ai vu de ma vie, des descriptions magnifiques, une structure du récit remarquable, que fallait-il donc de plus ? Le reste : on devait suivre le parcours de nobles russes, et j’ai détesté tous les personnages, sans arriver à me raisonner. On m’a vendu ce livre comme « représentatif de toutes les couches sociales russes du début du 19e siècle », mais que dalle, c’est pas parce qu’on a vu quelques pauvres par-ci par-là que c’est réellement représentatif. (et ce n’était pas leur point de vue qui était représenté) Si je dois résumer ce livre en trois points :

  • les nobles,
  • le monde des nobles,
  • les préoccupations des nobles.

J’avais lu la postface de l’auteur (avant de lire le roman) que j’avais bien sous-estimée (pas très longtemps…) qui disait bien qu’il n’écrivait que sur les nobles, seule classe sociale intéressante à ses yeux. Bravo mec, t’as tout fait pour que je te déteste. Que les bourgeois/nobles soient au centre de l’histoire n’est pas un problème, les classiques de cette époque et d’avant ne tournent logiquement qu’autour d’eux, mais quand c’est autant assumé de manière pompeuse et condescendante, ça m’agace très rapidement, et lire 1200 pages de tout ça m’a juste mise énormément en colère. On m’a dit que je n’avais pas compris le livre (non mais sérieusement…), mais j’ai bien peur que si, justement, et ça n’a pas fonctionné sur moi. Bref, pas prête de relire Tolstoï, même le très connu et très apprécié Anna Karénine. Peut-être dans 20 ans.


Top de mes essais préférés

5. Nous, les Nègres (James Baldwin, Malcolm X et Martin Luther King)

nous-les-nègres-coverJe triche, ce n’est pas vraiment un essai, mais plutôt un recueil d’interviews lors d’une émission télévisée avec les trois personnes citées précédemment. Bien que différents, ils furent tous les trois très intéressants et m’ont fait réfléchir sur un pan de l’histoire que je ne connaissais que très peu et sur des problématiques qui restent très actuelles.

4. Les souffrances invisibles (Karen Messing)

les-souffrances-invisbles-cover-1Cet essai m’a fait découvrir les souffrances qui ne sont pas visibles au travail, mais m’en a aussi confirmé d’autres… Je l’ai trouvé très accessible, alors que le sujet peut faire peur, et l’expérience de l’autrice dans ce domaine (elle est ergonome) en a dit assez long sur l’évolution de sa profession et les obstacles qui sont très nombreux. Un livre enrichissant qui, s’il parle beaucoup du Canada, met les points sur les i de manière globale sur le sujet.

3. Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? (Frans de Wall)

intelligence-des-animaux-coverLa végétarienne que je suis s’est tout de suite sentie visée quand elle a vu ce livre sur les tables de sa librairie. 😀 Frans de Wall, éthologue et primatologue, nous explique en quoi notre approche pour étudier les animaux reste très influencée par notre volonté (consciente ou inconsciente) de prouver, quelque part, que nous sommes infiniment plus intelligents qu’eux et que certains attributs nous sont uniquement réservés. (spoiler : non) Et il nous explique en quoi nous avons tort. Un livre très instructif, vous apprendrez forcément quelque chose.

2. La stratégie du choc (Naomi Klein)

stratégie-du-choc-coverUn essai qui m’aura bien secouée, bien que pas tant surprise que ça par certaines choses. Naomi Klein nous raconte comment l’économie actuelle a finalement influencé l’histoire de nombreux pays, quelles horreurs ont été nécessaires à cette fin. Même quand t’en connais une partie, tu apprends des choses, tu restes gravement choqué. Quand tu ne connais pas réellement la vérité sur certaines situations, tu tombes de très haut. C’est un livre qui change ta vie, qui remet en cause de nombreuses choses, qui te fait réfléchir sur l’avenir de ton pays, sur les réformes faites pour notre « bien ». Il va falloir très certainement agir avant qu’il ne soit trop tard. (pas facile quand on habite dans une ville bourgeoise et de droite)

1. Eichmann à Jérusalem (Hannah Arendt)

eichmann-jerusalem-coverCe livre a remis bien des choses en place sur la Shoah… Il démontre comment les cours d’histoire restent très vagues sur le sujet dans le fond. Il y a des faits qui m’ont semblé très importants dans cet essai et dont je n’avais strictement aucune idée. Cette notion de « banalité du mal » n’a jamais été abordé en cours : il y a les « gentils » d’un côté (avec les Alliés) et les « méchants » de l’autre (avec les pays de l’Axe). Hannah Arendt a assisté au procès de Jérusalem et a pu observer les évènements et jaugé l’homme qu’était Adolf Eichmann, un homme qui s’est révélé extraordinairement banal, et qui fait réfléchir sur le concept de l’obéissance. (pour en savoir plus sur ce sujet uniquement, je vous renvoie ici) Eichmann n’avait rien d’un « méchant » et il a pourtant permis une des pires atrocités de l’histoire de l’humanité. Je comprends que cette histoire ne soit pas très populaire mais elle est essentielle pour comprendre ce que nous ne devons au moins pas faire à l’avenir, qu’il faut nous méfier de ce qu’il y a de plus mauvais en nous, souvent exploité par des gens qui savent y faire. Il faut qu’on soit maîtres de nous-mêmes. Un livre qui me fait encore réfléchir quasiment un an après sa lecture.


Voilà ce que j’ai donc retenu de mon année de lectures, qui fut riche en enseignements et en beauté. Concernant la fiction, je tiens à poser une mention spéciale pour les nouvelles que j’ai lu de Stefan Zweig qui a réussi l’exploit de faire en sorte que la romance (que je déteste) soit juste belle et non pas gniangnian. Sa Majesté des mouches m’avait pas mal ennuyé durant la première partie, mais très clairement, la deuxième est à la hauteur d’un très grand classique. (ce livre est assez terrifiant, vous êtes prévenus) Quant à La Passe-miroir, c’est une saga jeunesse fantasy qui vaut tellement le coup et qui était à deux doigts de finir dans le top.

Par contre, je ne m’attendais pas à ne pas aimer Kafka sur le rivage et Guerre et Paix, tout deux respectivement écrits par des auteurs encensés par tous, Haruki Murakami et Léon Tolstoï. Ma déception fut donc encore plus grande que si je n’en avais rien attendu.

Quant à mes résolutions prises l’année dernière, euh… Je me doute bien que j’ai fait des progrès, la preuve : en 2016, j’en étais qu’à 15 nationalités parmi les auteurs que j’avais lu jusqu’à présent, et je suis maintenant à 30. J’ai doublé mon score, je peux en être fière.

Cependant, j’avais aussi dit que je lirai plus d’auteurs allemands et japonais… Bon, bah à part Hermann Hesse côté allemand… Côté japonais, j’ai retenté Haruki Murakami (avec le succès que l’on connaît…), j’ai suivi la suggestion de Lemon June avec Durian Sukegawa (un bon pari) et j’ai découvert un de mes gros coups de coeur de cette année, Kenzaburô Ôe. ❤ Peut mieux faire, ceci dit.

Et côté mangas, ce fut l’epic fail.


Mes résolutions pour l’année 2018

Oui, je m’obstine à prendre de nouvelles résolutions, alors que 2017 fut en demi-teinte de ce côté-là. Je vais peut-être arrêter de dire que je vais lire plus d’auteurs de tel nationalité, ça sent une nouvelle fois l’échec.

La première résolution, je suis sûre de la tenir, la prise de risques est très basse : lire James Baldwin. (en fait, c’est déjà fait à l’heure où je publie cet article) Mon obsession nouvelle ne se terminera que quand j’en aurais lu plein de lui. Sa personnalité est un gros coup de coeur, il y a intérêt à ce que ce soit la même chose avec ses romans. (je dis ça, mais on a vu ce qu’il s’est passé avec Modiano, autre gros coup de coeur vis-à-vis de la personnalité, mais pour le reste…)

J’essaierai de lire un livre de Kenzaburô Ôe cette année (tellement prévisible…) et de Svetlana Alexievitch. Pour le reste, chaque chose en son temps. Oui, c’est une résolution dans le sens où je sais que question argent et temps, ça peut être plus tendu que d’habitude cette année. (j’en sais rien, mais comme ce sera assez imprévisible…)

Je compte aussi lire au fur et à mesure le deuxième et le troisième tome des oeuvres complètes d’Albert Camus (en fait, je vais les acheter demain) : il se peut donc que ça me ralentisse dans mes autres lectures. (c’est même pas une résolution, ça, j’essaie de leurrer qui ?)

J’aimerais bien aussi diminuer ma PAL. Je ne me fixe pas d’objectif particulier, mais si je pouvais passer sous la barre des 50, voire des 40, ce ne serait pas de refus.

J’aimerais lire aussi plus de polars/thrillers et j’en ai déjà quelques-uns sous le bras, alors pourquoi pas m’organiser un mois spécialement consacré à ça ? A suivre…


Voilà pour mon bilan qui fait des kilomètres. (mon article le plus long à ce jour, je crois) Bien sûr, vous n’étiez pas obligé de tout lire (et je vous comprends) et juste vous contenter des classements n’est pas plus mal, surtout si vous connaissez déjà mes chroniques. (j’aurais peut-être dû dire ça avant, tiens…)

Je publie ça après tout le monde, j’espère que ça ne vous a pas assommé !

Publicités

41 réflexions sur “Mon bilan lectures de l’année 2017

  1. Que du bon dans ton top 10 ! Il est plein de livres que je veux lire. Je suis contente de voir Zola en première position.
    Le prix Goncourt des lycéen c’est pour moi une valeur sûr, plus que le prix Goncourt classique ! Il récompense généralement de très bons livres.
    Tes résolution semblent totalement accessibles. Un mois entiers à lire des thriller peut être bien (j’en ai plein dans ma PAL aussi) mais j’aurais peur de devenir angoissée tout le temps et de faire des cauchemars… 😀
    Belle année de lecture à toi

    Aimé par 1 personne

    • Aha, Zola m’a subjuguée aussi 😀
      Je n’ai jamais trop lu les prix Goncourt, à de très rares exceptions, et je dois avouer que Chanson Douce n’est pas à la hauteur de Petit Pays selon moi… J’espère aimer L’art de perdre, mais pour L’ordre du jour, ce ne sera pas pour tout de suite, alors je ne pourrai pas comparer tout de suite.
      Aha, je n’y avais pas pensé, j’espère ne pas faire des cauchemars alors 😀
      Et belle année de lecture à toi aussi 🙂

      J'aime

  2. Whaou, beaucoup de lectures qu’il me reste à découvrir 🙂 pas de grosses surprises vu que j’ai suivi les chroniques au fur et à mesure, mais c’est chouette de tout rassembler pour donner des idées 🙂 beau bilan en tout cas, avec semble-t-il de jolies découvertes et je suis épatée de la diversité de tes choix ! Il faudrait que je varie un peu plus les nationalités aussi… Bref, très sympa à lire comme d’habitude!

    Aimé par 1 personne

    • J’ai hâte de voir ce qui t’intéresse le plus 😉
      En fait, j’avoue que j’ai varié les nationalités sans même m’en rendre compte ! C’était pourtant un objectif que je voulais atteindre mais je n’ai pas tellement regardé… Merci beaucoup pour tes compliments, ça me fait très plaisir 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. La lettre écarlate et la Ferme des animaux font partie de mes livres préférés ♥ American Psycho me fait très envie depuis pas mal de temps, il faut que je me décide enfin à me lancer dedans, ainsi que Love. Je vais garder ton article sous le coude pour piocher des idées de lectures quand j’aurais passé ma période light fantasy du moment x)

    Aimé par 1 personne

    • Je ne suis pas étonnée que tu aimes La ferme des animaux, mais je ne connaissais même pas La lettre écarlate de réputation, et ça m’a bluffée ! Je comprends qu’il fasse partie de tes livres préférés, il est vraiment très bien. Pour American Psycho, ça passe ou ça casse, gros TW violence et sexe, tu es prévenue. Love, c’est beaucoup moins difficile à ce niveau-là déjà x)
      En tout cas, merci beaucoup ! C’est quoi de la light fantasy d’ailleurs ? En quoi ça diffère de la fantasy ?

      Aimé par 1 personne

      • J’avais lu les extraits les plus trashs d’American Psycho pour les étudier en littérature, j’avais bien aimé, j’espère que ce qu’il y a autour donne de la matière. Mais si tu as aimé je ne m’inquiète pas trop !

        La light fantasy c’est de la fantasy humouristique. C’est genre Terry Pratchett ou bien les Poisons de Katharz ! 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Oh bah si tu sais déjà à quoi t’attendre… N’empêche, je ne pensais pas qu’ils vous faisaient étudier ça en littérature 😮

        Oh d’accord, je n’en ai pas du tout lu, et bien que je connaisse Terry Pratchett de nom, je ne savais pas du tout que c’était ce genre-là ! Merci d’avoir approfondi ma culture gé 😉

        Aimé par 1 personne

  4. J’avais vraiment accroché à La lettre écarlate mais détesté American Psycho (enfin, il m’avait viscéralement repoussé même si je vois pourquoi il a des qualités, je crois que je supporte très mal l’extrême violence, surtout quand elle est « gratuite » -même si ici c’est tout le propos de l’auteur-)
    Je suis contente, j’ai pu tomber sur tes chroniques de début 2017 que je n’avais pas lue et rajouter Autour de ton cou dans ma liste d’envies, merci 🙂
    Bon, comme toi, La fin de l’homme rouge a été une des lecture les plus forte (et terrible) de mon année. J’en parle à tout le monde depuis, merci encore pour la découverte :3

    Et bim Tolstoï x) Je ne savais pas du tout qu’il avait dit ça, c’est dingue ! En général je crois que je donne beaucoup trop le bénéfice du doute aux auteurs, je suis pas encore assez misandre mais je termine toujours déçue :p Je me suis encore faite piéger en voyant la misogynie d’un personnage comme du second degré de l’auteur (justifié par le fait que tout le personnage est con et passe ton temps à dire n’importe quoi du ton le plus sérieux, en étant moqué par le narrateur) alors que noooope, d’après la préface l’auteur (Sôseki pour ne pas le nommer) est juste un gros misogyne ! Youpi !
    Je ne suis pas fan non plus de Murakami, de lui j’ai aimé uniquement La Ballade de l’Impossible dont tout le monde me dit que c’est son roman le plus éloigné de son style habituel…

    Je rajoute aussi la Stratégie du choc, que j’avais loupé comme tous les articles de décembre mais ça a l’air fascinant (et déprimant aussi). Merci aussi pour le Harendt, je voulais livre ce livre (je connaissais le principe de la banalité du mal et le contexte dans lequel l’essai avait été écrit) depuis longtemps sans me souvenir ni de l’autrice, ni du titre… Tu me sauve la mémoire !

    Merci pour tout ce bilan et cette année de chroniques, j’ai pris beaucoup de plaisir à te lire ♥

    Aimé par 1 personne

    • Pour American Psycho, je te comprends, toutes les scènes de violence sont horribles, en particulier une vers la fin qui est insoutenable… De ce côté-là, le livre n’est pas évident, c’est pour ça que je ne le conseille pas vraiment. Autour de ton cou, si tu aimes bien les nouvelles, est vraiment très intéressant, je pense qu’il pourrait te plaire.
      Aha, j’avais cru comprendre pour La fin de l’homme rouge. Je n’ai pas assez de lecteurs dans mon entourage, alors je compte sur toi pour le prosélytisme 😉

      Oui, Tolstoï le dit dans sa postface, je l’avais lu avant le roman, et optimiste et aveugle comme je l’étais (et le suis toujours), je pensais qu’il plaisantait… Pas du tout ! Plus j’avançais dans le livre, plus j’en trouvais des preuves, plus je repensais à ça, et plus j’étais en colère. La même chose que toi avec Sôseki, en fait. (merci pour l’avertissement sur lui, d’ailleurs…)
      Ah, bon beeen… Murakami à confirmer donc.

      Ah mais ces deux livres sont déprimants ! Mais aussi essentiels… Et de rien !

      Et merci beaucoup, ça me fait aussi très plaisir de lire tes articles aussi 😉

      Aimé par 1 personne

      • Eh bien figure toi que j’ai déjà converti deux lectrices à Svetlana Alexievitch et qu’une troisième ne va pas tarder à s’y mettre !
        Le prochain sur ma liste c’est mon frère, héhéhé

        C’est insupportable ça, je ne comprend pas comment ce sont des thèmes qui ne sont presque jamais abordés dans les émissions / critiques / cours. C’est pourtant assez important de savoir si des auteur·ice·s sont raciste/sexistes/homophobes et j’en passe il me semble.

        Aimé par 1 personne

      • Très beau travail, je suis fière de toi 😛

        Oui, je trouve ça nul, on sait que Céline est antisémite, ça nous empêche pas de lire ses livres (bon, sauf ceux qui le sont un peu trop et je trouve ça très limite de la part de Gallimard d’avoir voulu les ré-éditer). Je me demand si le but n’est tout simplement pas de garder ces grands auteurs classiques sur un piédestal inatteignable, mais c’est à la fois dangereux et stupide. On peut critiquer un auteur classique tout en gardant en tête que s’il était oppressif sur certains sujets, c’est l’époque qui voulait ça… Albert Camus n’est pas parfait non plus, mais j’aurais l’occasion d’en reparler 😉

        Aimé par 1 personne

  5. Super bilan, c’est marrant parce que moi je n’ai jamais pu finir American Psycho, je trouvais que le scénario et je bloque complètement sur le mode de narration, alors que j’avais adoré Kafka sur le rivage 😀 par contre du même auteur j’avais lu 1Q84 si le premier tome était vraiment génial, je n’ai jamais terminé le 2e.
    et je ne compte as lire la saga du passe-miroir, j’adore la fantasy mais bon l’intrigue ne me motive pas plus que ça.

    Aimé par 1 personne

    • Pour être honnête, je ne pensais pas pouvoir lire American Psycho, vu que je peux être assez sensible à la violence, mais là, ça me semblait à la fois très réel et surréel, c’était très bizarre, mais c’est peut-être ça qui m’a permis de passer outre. Mais je comprends que tu ne l’aimes pas, c’est assez dur à lire.
      Pour 1Q84, vous me stressez tous, vous avez tous la même opinion, j’ai déjà les 3 tomes en plus xD
      Oui, si le scénario de La Passe-miroir ne te dit rien d’emblée, ça ne sert pas à grand-chose de te forcer. Succès ou pas, l’important c’est de se faire plaisir en lisant ce qu’on veut ! Si tu n’es déjà pas emballée, tu le seras encore moins durant la lecture.
      Merci beaucoup pour ton commentaire en tout cas !

      Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est un livre à part, peut-être qu’un jour je tenterais de nouveau mais là ce n’est pas la priorité. C’est bizarre, il me semblait avoir lu beaucoup de critiques positives sur la trilogie 1Q84, mais ne te décourage pas car le tome 1 est absolument génial, tellement que j’ai juste trouvé le tome 2 pas à la hauteur du tout. Ca ne veut as forcément dire que tu vas détester, ça dépendra de tes attentes.

        Aimé par 1 personne

  6. Je ne peux pas rebondir sur tout ton article, j’espère que tu ne m’en voudras pas! Tu m’as donné envie de découvrir Svetlana Alexeivitch et Tony Morrisson, tes chroniques sont vraiment convaincantes!
    Je n’ai pas lu Guerre et Paix et je ne suis même pas sur que ce soit un livre que je voudrai vraiment lire un jour. Mais j’ai lu Anna Karénine et ça a été pour moi une merveilleuse expérience de lecture. Je ne sais pas si j’en ai eu une comparable un jour. Ca n’est pas mon livre préféré, mais ça restera mon meilleur moment de lecture!
    J’ai aussi découvert Bladwin cette année et j’ai beaucoup accroché! Je ne sais pas si tu lis en anglais? Si tu as le temps tu pourrais peut-être jeter un oeil sur cette interview de lui? http://mocada-museum.tumblr.com/post/73421979421/revolutionary-hope-a-conversation-between-james
    Ca ne remets pas en question mon intérêt de le lire, mais ça m’a un peu calmée et je crois que y a des choses auxquelles je ferais plus attention à l’avenir.
    Bonne année 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Aha, pas de soucis, je suis déjà bien contente de t’avoir donné envie avec Svetlana Alexievitch et Toni Morrison ! 🙂
      Tout le monde me dit qu’Anna Karénine est génial, mais je dois t’avouer que Guerre et Paix m’a refroidie. :/ Mais si t’as déjà apprécié un livre de l’auteur, tu peux peut-être apprécier plus que moi. (et je te le souhaite !)
      Je jetterai un coup d’oeil ce weekend. Si ça t’a calmée, ça veut dire qu’il a dit un truc déplaisant… Je garde la surprise pour ce weekend, j’ai pas envie d’être frustrée ce soir x)
      Bonne année et merci de prendre du temps pour me laisser un commentaire 🙂

      J'aime

      • Oui, je voulais rien spoiler!
        Je verrai peut-être un jour pour Guerre et Paix, mais y a tellement de livres que je voudrai lire avant celui-là. J’ai même prévu une relecture d’Anna Karénine cette année, possiblement. Et Je dirai plutôt qu’Anna Karénine est spécial, y a tout a fait moyen de mourir d’ennui en le lisant!

        Aimé par 1 personne

      • Aha, je te comprends, tellement de classiques qu’on te recommande, mais d’un autre côté, pff… Tellement d’autres livres à lire !
        Peut-être que je lirai vraiment Anna Karénine dans 20 ans alors. x) Que je vois au moins s’il est différent de Guerre et Paix !

        J'aime

    • C’est justement parce que j’ai des lacunes à combler qu’on peut trouver des classiques dans la liste. Très curieuse d’avoir ton avis dessus !
      C’était peut-être insensible de ma part de dire ça… Et puis toi, tu les as classés par thème, donc on savait pourquoi ils se trouvaient là, donc t’as pas rien fait !

      Aimé par 1 personne

  7. Booouhhh tu me donnes envie de tout lire ! 😥 En fait j’aimerais lire tout tes tops (sauf pour La ferme des animaux que j’ai lu au lycée et c’était génial, ce livre m’a marqué). Franchement, ce serait cool de me lancer un challenge « Lire le top 10 d’Ada » haha .
    J’aime bien Haruki Murakami mais c’est vrai que ses œuvres sont assez spéciales.
    Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? Celui-là je suis sûr à 100% de le lire en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  8. Quelle belle année ! Je te souhaite autant de bonheur de lecture en 2018.
    Je suis contente de voir certains titres dans ton top, qui font partie de ma bibliothèque idéale…mais pour certains lus il y a plus de 10 ans (alors merci pour le coup de vieux !)
    J’aimerais vraiment lire tous les autres !!!
    J’ai hâte que tu lises Americanah pour en discuter avec toi… mais tu as sûrement eu raison de commencer par ses nouvelles.

    Aimé par 1 personne

    • Et je te souhaite aussi de très bonnes lectures 😉
      Oh, c’est lesquels dans ta bibliothèque idéale ? (il me semble que c’est le cas de Petit Pays)
      Je t’avoue que j’ai eu Americanah avant Autour de ton cou, aha, mais j’ai finalement lu ce dernier avant l’autre. Mais j’espère bien pouvoir le lire cette année en tout cas !

      J'aime

  9. Super article! Il y a quelques livres dont tu as parlé que j’ai lus, comme la ferme des animaux que j’ai beaucoup aimé. La lettre écarlate et autour de ton cou sont dans ma PAL, donc ton avis me rassure! Quand on a fait la lecture commune d’Alice Murno, j’ai beaucoup aimé ses nouvelles, moi aussi, merci d’ailleurs pour cette découverte, c’est grâce à toi! Ça n’a pas été un coup de cœur, mais cette autrice a un grand talent et réalise de beaux portraits de femmes. Le silence de la mer fait aussi partie de mes coups de cœur de cette année, j’en parle un peu dans mon bilan en vidéo, mais Vercors écrit très bien, je trouve que sa plume est assez reconnaissable, et ce récit est puissant. J’espère pouvoir lire Eichman à Jérusalem cette année, il est dans ma PAL lui aussi!

    Aimé par 1 personne

    • Oh, merci, et de rien pour t’avoir fait découvrir Alice Munro, c’était une découverte pour moi aussi 😉
      Oh, ça me fait penser que je n’ai pas encore regardé ta vidéo, je vais aller la voir tout de suite ! Je connais encore très peu de Vercors à part Le Silence de la mer et la pièce de théâtre dont je parlais, j’aimerais bien relire ses autres oeuvres.
      Et j’espère également qu’Eichmann à Jérusalem te plaira autant qu’à moi 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s