Bilan lectures #14 (février 2018)

J’avais dit que ce mois ne serait pas très glorieux non plus. Le mois prochain le sera encore moins…

tortues-à-l'infini-coverTortues à l’infini (John Green)

Je vais mettre les pieds dans le plat dès maintenant : John Green n’a pas su susciter l’engouement chez moi qu’il a provoqué chez beaucoup d’entre vous. Je regarde son succès à distance, ayant aimé Nos étoiles contraires sans comprendre pourquoi ce livre a une telle notoriété. Ce fut la même chose avec Tortues à l’infini : comme d’habitude, je trouve l’auteur assez juste dans sa façon de dépeindre certains aspects de l’adolescence. Quant à la maladie mentale dont il est question avec Aza, le personnage principal, il ne m’a pas semblé sonner faux non plus. (à voir avec des concernés) J’ai aussi beaucoup apprécié la fin, l’auteur a su ne pas se casser la gueule, c’était réaliste et très touchant. Je pense que si le roman ne m’a pas plus touché que ça, c’est parce que je suis à un âge où je cherche autre chose : en prenant du recul, je sais qu’il m’aurait énormément plu si je l’avais lu étant adolescente. Toutefois, ne croyez pas que je l’ai trouvé moyen, c’est un bon roman jeunesse ! Il valait quand même le coup et je l’ai en plus lu à un moment où j’en avais besoin, donc je suis assez reconnaissante envers cette lecture.

L’Art de perdre (Alice Zeniter) Lire la chronique

C’est moi qui éteins les lumières (Zoyâ Pirzâd) Lire la chronique

Lire la suite

Publicités