Bilan lectures #15 (mars 2018)

Encore un bilan lectures très loin d’être positif ! Comme vous allez le voir, Camus aura été la star de ce mois-ci, c’est bien le seul que j’arrivais à lire un peu. (avec une exception aussi à la fin du mois)

Si vous n’êtes déjà pas saoulés par avance, c’est parti !


albert-camus-pléiade-2-coverActuelles, chroniques 1944 – 1948

Si vous ne l’aviez déjà pas compris, c’est un recueil de chroniques, d’éditoriaux et d’interviews, souvent publiés dans Combat (journal résistant et puis libre de l’époque susmentionnée), sinon ailleurs. Parfois on a juste l’opinion de l’auteur sur des faits d’actualité, et parfois une réponse à l’opinion de quelqu’un d’autre. (Mauriac, pour ne citer que lui) A la fin du deuxième tome de La Pléiade, on trouve des notes pour chaque article, ainsi qu’une mise en contexte qui n’était clairement pas de trop. C’était un bordel sans nom à la Libération, les politiques étaient les mêmes qu’aujourd’hui, alors que l’époque aurait voulu un semblant d’intégrité. Camus était très honnête, il a choisi de publier des chroniques qui exprimaient des opinions qui n’étaient plus les mêmes que celles qu’il avait au moment de la publication de cet ouvrage, il n’est pas courant d’assumer ce genre de choses. Le plus marquant est son altercation avec François Mauriac (écrivain lui aussi détenteur du prix Nobel en 1952) à qui il finit par donner raison concernant l’épuration : une fois que Camus remarqua la débâcle et la justice qui n’en était pas une condamner les personnes qui ont collaboré (ou soupçonnées de collaboration) pour tout et n’importe quoi, il changea d’avis sur la question, lui qui était pour une justice sévère. Il finira par signer la pétition des écrivains réclamant la grâce de Robert Brasillach (écrivain collabo qui sera quand même exécuté) aux côtés de ce même Mauriac. (en précisant bien qu’il vomissait un tel être, mais que la peine de mort, c’était trop) Il aurait pu se taire et n’en rien faire, histoire de ne pas se donner la honte de donner raison à quelqu’un d’autre que lui, comme c’est très courant de le faire, surtout aujourd’hui. Mais il a reconnu ses torts, et c’est ce qui témoigne d’une certaine grandeur d’esprit. Je ne sais pas si c’est moi mais j’ai remarqué qu’il avait pas mal d’ennemis… alors que ce qu’il disait était l’évidence même ! Mais on me dira que je ne suis pas objective.

Lire la suite

Publicités

Le mois polar/thriller

Je n’ai quasiment pas été là du mois mais vous devriez m’apercevoir un peu plus souvent le mois prochain car j’ai décidé de me fixer un objectif !

Je n’y connais strictement rien dans certains genres, et les polars et les thrillers en font indéniablement partie. Ce ne sont pas des genres qui m’attirent (je crois qu’on aura compris mes références), mais ils ne me rebutent pas non plus à priori. Le dernier polar que j’ai lu, ce fut Mort sur le Nil d’Agatha Christie. Je l’avais lu pour un club de lecture et tout le monde avait deviné le coupable, sauf moi… C’est un peu la honte mais je pense donc que je serai une bonne cliente.

Ayant peu de ces deux genres dans ma PAL, j’ai décidé de réunir les deux. Ce sont des livres assez populaires pour la plupart et que vous avez certainement déjà lu, ça vous rappellera donc des souvenirs. Ça peut aussi vous saouler si vous comptiez découvrir des livres…

Voici donc la liste (pas très longue, j’en ai peu comme je l’ai dit) que je me réserve pour ce mois d’avril :

carrie-coverCarrie (Stephen King) : c’est assez surprenant mais je n’ai jamais lu de Stephen King ! Je vois absolument tout le monde qui en parle, c’est l’auteur préféré de beaucoup, alors il y a intérêt à ce que ça vaille le coup. (pression sur vous) Ce sera enfin le moment de le découvrir.

de-sang-froid-coverDe sang-froid (Truman Capote) : ça, c’est le classique que tout le monde me conseille en mode super mystérieux, avec cette unique phrase « Ça va te plaire, c’est un chef-d’œuvre ». N’en sachant pas plus, je vais juste me diriger vers lui avec l’idée que c’est un bon livre. (ne dîtes rien !) J’ai lu des chroniques sur ce roman, en faisant bien en sorte de tout oublier après…

la-fille-du-train-coverLa fille du train (Paula Hawkins) : celui dont je me méfie le plus dans la liste. Vu la quantité d’avis mitigés que j’ai pu lire par-ci par-là, j’ai franchement très peur d’être déçue.

lontano-coverLontano (Jean-Christophe Grangé) : celui-là va faire sourire un certain Anthony, je l’ai gagné grâce à un de ses concours. 😛 Je ne sais même plus quel est le résumé, je vais y aller à tâtons, en ne m’attendant à rien. Je ne relirai sa chronique qu’après l’avoir lu !

Lire la suite

Filles + Sciences = une équation insoluble ? – spécial FeminiBooks #11

filles-sciences-coverMe voici de retour pour le FeminiBooks ! Je vous en avais déjà parlé dans cet article en novembre (j’y participais pour la première fois car les blogs pouvaient participer) et j’ai décidé de vous présenter un autre livre féministe très utile. (bien qu’il ne soit pas exempt de défauts, mais pour celles et ceux qui suivent mon blog, ils savent que j’en parlerai bien à un moment ou à un autre, aha)

Je vous présente un livre sur la présence de filles dans les études de sciences, co-écrit par Marianne Blanchard, Sophie Orange et Arnaud Pierrel. C’est un sujet qui fait encore énormément débat et sur lequel on peut parfois perdre pied car si les réponses nous semblent évidentes, on n’a pas forcément les réponses exactes, on ne sait pas trop comment se dépêtre du débat en lui-même et on finit souvent par « perdre » alors que l’autre en face a des arguments en carton, mais des arguments tout de même.

Filles + Sciences = une équation insoluble ? nous aide donc à y voir plus clair. Cet essai étudie plus précisément les classes préparatoires scientifiques.

Les autrices nous expliquent donc que les filles font donc bien leur percée dans le monde scientifique… mais pas n’importe où. Comme pour le reste des professions, on retrouve des aspirations féminines et masculines, et elles ne se construisent pas au hasard. Les parents, les professeurs, leur entourage n’y sont pas forcément pour rien.

Lire la suite

TAG – Pile à lire

De ma part, c’est assez surprenant que je fasse ce TAG car je ne suis pas trop du genre à déballer les livres de ma PAL sur le blog (vous verrez plutôt mes nouveaux achats sur les réseaux sociaux) mais j’ai trouvé celui-ci sympa. Il a été créé par le blog Une vie, des livres. (rendons à César ce qui est à César)

Vu que ça sera un peu le vide intersidéral sur le blog ce mois-ci, je vous l’ai préparé en avance. Ça vous permettra aussi de voir les livres que je vais chroniquer ou non plus tard. Un joli jeu de devinettes, même pour moi !


1. Combien de livres comporte ta PAL ?

Livraddict me dit 60… mais il y en a probablement trois ou quatre de plus qui n’y sont pas pour une raison x ou y. Sans compter les e-books… Bon, on va passer à la question suivante, hein.

limite-ticket-valable-cover2. Quel classique de ta PAL as-tu le plus envie de lire ?

Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable de Romain Gary. Cet auteur est d’ailleurs une évidence, vous savez que si un de ses livres se trouve dans ma PAL, je me frotte toujours les mains à l’avance à l’idée de le lire. Je ne conçois pas l’idée qu’il puisse me décevoir un jour. (ou alors je relativiserai)

millenium-tome-1-cover3. Le premier tome d’une série/saga/duologie/trilogie, etc.

Le premier tome de la saga Millenium, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes. Je le lirai d’ailleurs prochainement, mais on aura l’occasion d’en reparler. 😉 Je ne suis pas très séries, je préfère les romans en un volume, je trouve ça compliqué de s’investir. (dit la fille qui s’est investi sans problème avec La Passe-miroir, mais c’est une exception)

4. Le dernier tome d’une série/saga/duologie/trilogie, etc.

Le troisième et dernier tome de 1Q84, de Haruki Murakami. D’ailleurs, je l’ai dans un tout autre format et édition que les deux premiers tomes… Ça fait tâche dans ma bibliothèque mais que voulez-vous…

Lire la suite