Filles + Sciences = une équation insoluble ? – spécial FeminiBooks #11

filles-sciences-coverMe voici de retour pour le FeminiBooks ! Je vous en avais déjà parlé dans cet article en novembre (j’y participais pour la première fois car les blogs pouvaient participer) et j’ai décidé de vous présenter un autre livre féministe très utile. (bien qu’il ne soit pas exempt de défauts, mais pour celles et ceux qui suivent mon blog, ils savent que j’en parlerai bien à un moment ou à un autre, aha)

Je vous présente un livre sur la présence de filles dans les études de sciences, co-écrit par Marianne Blanchard, Sophie Orange et Arnaud Pierrel. C’est un sujet qui fait encore énormément débat et sur lequel on peut parfois perdre pied car si les réponses nous semblent évidentes, on n’a pas forcément les réponses exactes, on ne sait pas trop comment se dépêtre du débat en lui-même et on finit souvent par « perdre » alors que l’autre en face a des arguments en carton, mais des arguments tout de même.

Filles + Sciences = une équation insoluble ? nous aide donc à y voir plus clair. Cet essai étudie plus précisément les classes préparatoires scientifiques.

Les autrices nous expliquent donc que les filles font donc bien leur percée dans le monde scientifique… mais pas n’importe où. Comme pour le reste des professions, on retrouve des aspirations féminines et masculines, et elles ne se construisent pas au hasard. Les parents, les professeurs, leur entourage n’y sont pas forcément pour rien.

Cela s’en ressent donc dans les statistiques qui nous sont offertes : ces dernières sont d’ailleurs égrainées tout le long du livre, ne laissant pas de place au doute sur la place des filles et des garçons dans chaque filière. Même dans la médecine, connue pour accueillir de plus en plus de femmes, des disparités s’observent. Ces chiffres sont peut-être une preuve que les hommes sont meilleurs dans tel domaine et les femmes dans d’autres, mais ça n’explique pas en quoi les femmes ont été évincées de la science durant des siècles et où les domaines où elles sont dorénavant présentes étaient auparavant exclusivement réservés aux hommes, considérés comme des métiers masculins.

Un état des lieux est donc établi, pas forcément très glorieux. Les filles ont de meilleurs résultats que les garçons au lycée, et pourtant, elles persistent à ne pas forcément aller là où leurs résultats, indépendamment de leur sexe, devraient logiquement les mener. C’est là que « l’esprit scientifique » intervient, qui aurait soi-disant trait à l’inné, à des qualités « naturelles » que ne possèdent pas les filles, bien évidemment. Une plus grande disponibilité est aussi demandé, ce qu’une fille sait qu’elle ne pourra pas donner : elle pense aussi à la vie de famille, dont elle sera la gérante la majorité du temps, si ce n’est pas la gérante tout court.

Comment les femmes ont-elles réussi à faire une percée dans certains domaines scientifiques alors ? Je ne vais pas vous donner toutes les réponses, sinon cela perdrait de son intérêt, mais vous pouvez être assurées que vous la trouverez dans cet essai. La confiance en soi est aussi un vrai problème, mais je pense que, même si le sujet a été abordé, il n’a pas été développé en profondeur. Il faut dire que ce livre se focalise sur le sujet de la place des filles dans les études scientifiques, pas sur ce que la société en général fait de nous. Je pense qu’il nous faudrait quelques centaines de pages supplémentaires sinon, et ça deviendrait vite hors sujet. Compléter ce livre avec un essai sur l’éducation genrée peut-être ?

Mais ce n’est pas du tout le bémol sur lequel je voulais m’arrêter. Cela s’est passé à deux reprises et ça m’a fait tiqué : durant l’enquête, on a demandé leur avis à deux filles (les seules qui ont accepté ?) et leurs réponses ont permis aux autrices d’affirmer des choses. Alors là, je dis non. On ne peut rien conclure du témoignage de deux personnes, ce n’est pas sérieux. Il aurait fallu une enquête complète… J’ai donc pris mes distances. Ça n’enlève rien à la véracité du reste, mais j’ai viré les conclusions tirées de ces deux témoignages de mon raisonnement. On se doute que c’est sûrement vrai, mais ça reste des hypothèses, on ne peut donc rien en tirer. Malgré l’utilisation du conditionnel, j’étais très gênée de voir que les autrices ont pris ça pour argent comptant.

Bien qu’imparfait, ce livre reste intéressant quant à certaines clés sur le sujet. Il fait une petite centaine de pages (c’est pour ça que je n’en dis pas plus) et est vraiment très accessible. Je trouve que c’est une bonne introduction pas très longue au sujet des études scientifiques.

Ravie d’avoir pu participer une nouvelle fois !


Quelques liens pour la suite :

Les contributions du 10 mars

  • La vidéo de L’apprenti sorcier des livres (que je trouve intéressante car c’est un homme qui nous explique comment il en est venu au féminisme à travers la figure d’un personnage féminin provenant de la pop culture, et ça montre aussi qu’il n’y a pas besoin d’être élitiste dans ses références pour s’intéresser au sujet – je l’ai trouvé très passionné, ça fait plaisir)
  • Le blog de Le café des étoiles

La vidéo du 11 mars

Où aller le lendemain

Publicités

13 réflexions sur “Filles + Sciences = une équation insoluble ? – spécial FeminiBooks #11

    • Oh merci, c’est très gentil ! J’ai essayé de ne pas l’enfoncer car bon, je l’ai quand même apprécié, mais j’avais quand même peur qu’on ne se méprenne sur mes intentions. Selon toi, ce n’est pas le cas, j’en suis très contente, merci 🙂

      J'aime

  1. Pingback: Un essai révoltant et passionnant pour le #Feminibooks

  2. Ayant entendu parler partout de ce livre sur internet, je croyais que c’était une somme incontournable sur la question !… Quand les sites ne montrent qu’une image de la couverture on ne se rend pas compte que le livre est aussi fin qu’un journal….

    Aimé par 1 personne

  3. Ah, forcément ça m’intéresse !! Je dois dire que je ne me suis jamais trop laissée impressionner par les préjugés sur les filles en sciences, et je suis probablement tombée sur des bons profs encourageants et dans des bonnes classes bienveillantes. Mais j’en entends de belles autour de moi, et c’est parfois effarant ! A ma remise de diplôme par exemple, mon école a fait venir une ancienne diplômée qui a bossé avec la NASA et qui a fait des trucs de fou furieux dans le domaine de la physique, l’animatrice de l’événement lui a posé trois questions, et je te le donne en mille, la troisième c’était « et comment vous avez fait pour élever vos enfants en faisant tout ça ? ». Ca m’a atterrée de voir qu’avec toute la recherche qu’elle avait fait, dans un événement qui est là pour délivrer des diplômes à des étudiants qui ont TOUS travaillé dans des domaine scientifiques, on ne trouve pas d’autre question à lui poser que « et les gamins alors, comment ? ». Mais bon, elle a donné la seule réponse possible, en transmettant un message d’espoir et d’encouragement aux jeunes filles, en disant que c’est pas simple mais qu’on peut y arriver, donc ça a remonté le niveau… C’était quand même un peu déprimant ^^

    Aimé par 1 personne

    • Oui, ça reste vraiment très réduit sur un seul petit sujet (la présence des filles dans les classes préparatoire scientifiques – ils ne mentent pas, c’est le sous-titre !), mais ça peut faire une petite intro sur le sujet vite fait.

      Aimé par 1 personne

    • Je pense que je le vends trop bien alors, aha, il n’est pas ouf, mais je trouve que quand on ne s’intéresse pas forcément au domaine scientifique (comme moi), ça fait une petite approche qui n’engage à rien. Je lui ai quand même trouvé ses défauts, à lire en prenant du recul.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s