Bilan lectures #26 – avril 2019

Salut ! Comme vous l’avez remarqué, j’ai été complètement absente ce mois-ci, j’ai été trois semaines malade et je suis allée une semaine chez ma soeur. (comment ça, on est allées à la librairie ? Je ne vois pas de quoi vous parlez) Je n’ai pas autant lu que je ne l’aurais voulu, j’ai avancé dans aucun projet par ailleurs.

bilan-lectures-avrilMalgré tout, en ce début de mois, à défaut d’avoir un cerveau opérationnel, j’ai quand même pris une décision rationnelle : j’ai enfin abandonné Questions de sociologie de Pierre Bourdieu. Pas que je ne le lirai plus jamais le monsieur (pas comme si j’avais trois autres livres de lui dans ma PAL…) mais celui-ci est complètement hors de ma portée et je me voilais la face en me disant que j’allais le continuer un jour. Mais soyons clairs, je n’en ai pas très envie et j’avais déjà eu beaucoup de mal à en lire la moitié. C’est un livre spécialisé sur des questions de sociologie comme vous l’avez compris, et si on ne connaît pas du tout ce domaine, on peut vite se sentir perdu et ne rien comprendre. Du coup, voilà, c’est enfin officiel dans ma tête. (je vous conseille La domination masculine de cet auteur, bien que ce ne soit pas forcément le livre sur la question le plus accessible de tous, aha)

Passons à mes lectures du mois que je n’ai pas abandonné, même si ça a été assez dur d’avancer les deux premières semaines du mois, au point d’en avoir lu qu’un seul durant cette période.

les-animaux-et-leurs-langages-coverLes animaux et leurs langages (Eva Meijer)

Cet essai était assez instructif. Comme son titre l’indique, on apprend beaucoup de choses sur les animaux, leur façon de communiquer, leurs langages… qui existent ! C’est même plus complexe que ça en a l’air. Les exemples sont légion, donc impossible de dire que c’est vide. A part ce point positif qui constitue la majorité de cet essai et qui me l’a fait apprécier en grande partie, j’ai tout de même deux réserves. La première, c’est que j’ai trouvé la frontière entre communication et langage parfois pas très limpide. Est-ce parce qu’en tant qu’humaine, j’ai une vision bien trop carrée des choses ? Ou est-ce l’autrice qui s’est emmêlée les pinceaux à vouloir absolument nous montrer que les animaux ont un langage ? (je n’ai pas de doute là-dessus, mais y aura bien des chieurs pour protester, bien que je ne les imagine pas lire ce genre de livres) La deuxième réserve, c’est la partie sur l’empathie des animaux… Elle n’est pas erronée, loin de là, mais qu’est-ce qu’elle fout dans un bouquin sur le langage ? Le livre est forcément orienté en faveur des animaux (à raison) mais là, ça m’a paru bien trop flagrant alors que le thème n’amène pas forcément à parler des émotions et de l’empathie des animaux, qui relèvent plus de la communication que du langage (qu’ils peuvent utiliser, mais voilà, c’est un outil). Mais j’ai bien aimé la partie finale : la place des animaux en politique ! (bah oui, ils ont un langage et une vie sociale bien plus élaborée qu’on le croit, donc ils ont aussi des opinions) Je sais que certains ont en tête des idées farfelues (non, ils ne vont pas glisser une enveloppe dans l’urne) et même si les idées sont théoriques, elle permettent d’y réfléchir plutôt que nous, humains, décidions pour eux. Bref, un livre intéressant qui vous fera réfléchir !

nous-rêvions-juste-de-liberté-coverNous rêvions juste de liberté (Henri Loevenbruck)

Ce livre a été un immense coup de coeur pour beaucoup… et je n’en fais pas partie. On suit celui qu’on surnommera Bohem, un jeune garçon pauvre et pas intégré socialement, qui se trouvera trois potes dans la ville où il habite, Providence, et se font connaître comme étant les caïds du coin. Après certains évènements, ils partiront dans un road-trip en moto à la recherche du frère d’un des leurs, qu’il n’a jamais rencontré. S’ensuit des aventures où ils vont se retrouver à créer un MC sans forcément connaître les règles du milieu. Pour commencer, c’est une belle histoire d’amitié et on voit bien toute l’hypocrisie de la société, d’à quel point les personnes pas comme elle le souhaiterait sont mises à l’écart, dénigrées, méprisées. Mais le premier problème auquel je me suis confrontée, c’est que c’est stéréotypé de bout en bout. Ce qui serait un problème plus modéré si ça ne m’avait pas amené au deuxième : j’ai quasiment tout anticipé. Je savais exactement ce qui allait se passer dans les grandes lignes. Les évènements majeurs ne m’ont strictement pas étonné, je me suis donc un peu ennuyé par moments. J’ai trouvé que certaines critiques relatives à l’argent restaient en surface et que beaucoup de choses ont été très faciles. Ma soeur m’a dit que, de toute façon, j’étais une chieuse côté lectures, et je ne peux pas la contredire, car c’est ce que je pense depuis quelques mois. Le fait qu’il ait été aussi encensé m’a-t-il aussi influencé ? Possible. Lu pour le challenge 12 mois, 12 amis, 12 livres.

zéro-plastique-on-s'y-met-coverZéro plastique on s’y met ! (Pauline Imbault)

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j’ai déjà un livre sur le plastique. Ben quoi, il n’était pas bien ? Si, ce n’est pas le problème. Celui-ci est un complément à l’autre en terme d’astuces… et en terme d’objets en plastique qui ne me seraient pas forcément venus en tête. Il est donc très utile… mais a aussi soulevé des critiques que j’adressais déjà à la façon dont est pratiquée l’écologie à l’heure actuelle. Remplacer les touilleurs par des versions en métal… ok… juste arrêter d’en faire, tout simplement ? Ça me paraît vraiment être l’objet dispensable, on peut faire la même chose avec une cuillère. Les astuces qui dépendent de tes relations sociales qui polluent encore, genre récupérer des magazines ou journaux qui impriment sur du papier fabriqué en grosse production et parfois avec du plastique… Moui… Tu es écolo mais tes actions dépendent de celles moins réfléchies des autres ? Mais du coup, à part te donner bonne conscience individuellement, ça sert à quoi ? Bref, vous comprendrez que tout ne vous satisfera pas, mais qu’il y a aussi de bonnes choses à prendre. A vous de savoir prendre du recul !

zéro-déchet-manuel-d'écologie-quotidienne-coverZéro déchet : le manuel d’écologie quotidienne (Julie Bernier)

J’ai toujours beaucoup hésité à acheter ce genre de livres. Je les trouvais très souvent insuffisants, bourgeois et assez hypocrites. Oui, hypocrites, car certains sujets tabous n’y étaient pas abordés, comme… l’avion ! Et l’autrice en parle, nomdidiou. Et si elle ne vous donne pas de leçons pour ne plus prendre l’avion, elle vous donne certaines informations dessus et vous encourage à réfléchir à son utilisation de plus en plus fréquente, et à peser le pour et le contre d’un voyage en avion. Mais bref, ce livre ne parle pas que de ça, le sujet de base n’y est pas vraiment consacré. Chaque chapitre est consacré à des parties de nos maisons (et donc de nos vies) comme la cuisine, la salle de bains, le jardin, etc. Elle fait un rapide état des lieux de ce qui ne va pas et nous donne ensuite des astuces pour réduire nos déchets, notre consommation de plastique, etc. C’est comme partout, certaines solutions ne vous iront pas, mais voilà, vous n’avez qu’à trier, c’est le jeu. (j’hésite personnellement à me lancer sur le dentifrice solide au vu de mon hygiène dentaire) En plus de ces habituelles solutions individuelles, elle parle des initiatives collectives et fait intervenir d’autres blogueurs, Youtubeurs, influenceurs. L’un ne va pas sans l’autre, ce qui rend son livre honnête et intéressant. Il est très complet, ce qui me manquait pas mal chez les autres, je vous le recommande ! (et la mise en page est jolie)

paroles-des-peuples-racines-coverParoles des peuples racines (Sabah Rahmani)

Mais si, vous savez, ceux qu’on appelle les peuples primitifs. A tort, de mon point de vue, et je pense aussi que votre avis sera nuancé à cette lecture. Le but n’est pas d’idéaliser ces tribus (ce n’est pas mon cas, ils ont aussi leurs défauts selon moi) mais d’apprendre d’eux, de les respecter. Un point commun qu’ils ont tous alors que ces tribus viennent des quatre coins de la planète, c’est cette relation forte à la nature. Beaucoup l’appellent la Terre-Mère ! (et en ont parfois un rapport assez mystique à elle, ce qui pourra vous rebuter si vous êtes allergique à ça) Je leur ai trouvé une grande clairvoyance. On sent une incompréhension, et parfois une colère, quand ils parlent des blancs. Il y a même une tribu qui nous appelle les « petits frères », ce n’est peut-être pas démérité, aha. Cette façon qu’on a de la détruire comme nous le faisons, c’est impensable pour eux. La nature les nourrit et les protège, leur permet de vivre. Même s’ils consomment de la viande et que certains possèdent du bétail, ils n’ont pas du tout ce rapport vorace que nous avons avec la viande à l’heure actuelle. A part dans certaines régions où ils n’ont pas le choix, ils en consomment très peu et ne chassent parfois pas « sans permission ». S’ils n’ont pas rêvé d’un couple d’animaux qu’ils veulent chasser, ils n’y vont pas le lendemain ! Ils sont parfois assez ouverts d’esprit face à la technologie mais sont pour une utilisation modérée de tout ça, ils apprennent nos langues, etc. On ne peut pas dire que cette ouverture d’esprit fonctionne dans l’autre sens vu qu’on détruit leur habitat pour des questions de profit et qu’on leur nie des droits… Pas mal de femmes sont représentantes de leur tribu, et au sujet des droits des femmes, ça m’a fait rire (et un peu désolée) de voir la différence de ton entre les hommes et elles. Les premiers disent que tout va bien, qu’il y a l’égalité homme-femme chez eux, mais on n’a pas le même discours du côté de ces dernières ! Elles reconnaissent qu’il y a pas mal d’améliorations à faire sur le sujet, et pas seulement, certaines traditions cruelles doivent être remises en cause selon elles. Bref, j’ai beaucoup aimé ce livre qui apprend plein de choses sur ces peuples sur lesquels on a beaucoup de préjugés, sur leur situation (à pleurer, souvent) et qu’on devrait mieux considérer. Celui-là aussi, je le recommande ! (vous n’êtes pas entièrement convaincu par la conclusion ? Moi non plus)

accueillir-la-petite-faune-dans-mon-jardin-coverAccueillir la petite faune dans mon jardin (Noémie Vialard)

Un mignon petit livre (avec une mignonne couverture) sans prétention, c’est la base de la base sur les animaux utiles qu’on devrait accueillir dans notre jardin, leur rôle et ce qu’on peut faire pour les attirer. Très loin de l’image de la pelouse méga-propre et courte, si vous voyez de quoi je parle… J’ai appris beaucoup de choses en une soixantaine de pages, et surtout, tenez-vous bien… Je confondais les abeilles et les bourdons. Honte suprême. Le hérisson sur la couverture n’est pas là pour rien car c’est un des meilleurs alliés du jardinier !

Je vais être un peu plus occupée à partir de ce mois-ci, sans compter que j’ai la lecture pour mon challenge, une lecture pour un club de lecture, une lecture commune… Je disais que je voulais lire plus d’essais en rapport avec l’écologie et la nature, et bien ça attendra !

Le mois de mai devrait vous offrir quelques articles quand même, à moins que je ne sois de nouveau malade, croisons les doigts. (en mai, fais ce qu’il te plaît… D’expérience, je vous le dis, c’est faux)

A bientôt sur mon blog, j’espère !

Publicités

22 réflexions sur “Bilan lectures #26 – avril 2019

  1. J’espère que tu vas te sentir mieux ♥ Tu as eu quelques lectures qui ont l’air fort sympathique, Accueillir la faune dans mon jardin me fait terriblement envie, mais je n’ai pas de jardin xD Je pourrais toujours squatter celui de ma mère, mais… elle tient à ses plantes, etc.

    Aimé par 1 personne

  2. Je me découvre une passion pour le hérisson ! ♥ Il faut immensément prendre soin des petites bêtes des jardins et oui, j’avais lu qu’il faut un peu de sauvage dans les pelouses pour permettre aux différents habitants d’y trouver ce dont ils ont besoin, de se cacher, etc.
    Mon bonheur naturel suprême : croiser des crapauds dans le potager de ma mère. C’est con, mais ça refait ma journée. XD

    Concernant Pierre Bourdieu, j’avais justement parcouru « La domination masculine » il y a quelques années mais il me semble que je m’étais confrontées dans ses écrits à des considérations sur le déterminisme social qui m’avaient refroidie…

    Beau bilan en tout cas ! 😀 Je te souhaite de beaux challenges à venir ainsi que le retour d’une santé de fer ! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Je vois des hérissons écraser par chez moi, je suis trop triste 😦 La journée, ça va, mais je pense que les gens profitent de la nuit pour rouler vite et faire n’importe quoi, et comme les hérissons sortent la nuit…
      (j’ai jamais vu de crapaud pour de vrai…)

      Je ne pourrais pas te dire, j’ai lu ce livre il y a des années…

      Merci ! J’ai jamais eu une santé de fer mais je vais croiser les doigts x)

      J'aime

  3. Bon, ce challenge des 12 mois ne t’offre pas de coup de coeur pour l’instant on dirait, mais ça reste intéressant d’ouvrir ses horizons! 🙂
    Je vois pas mal passer « Zéro déchet », il m’intéresse beaucoup !! Et totalement d’accod, c’est top si elle aborde la question de l’avion (on en avait déjà parlé ensemble d’ailleurs, je crois 😉 )
    Plein de bonnes ondes pour mai ! ❤

    Aimé par 1 personne

    • Aha, tu as bien suivi, en effet, pas de coup de coeur pour le moment ! (si ça peut te rassurer, celui que tu m’as donné à lire est celui que j’ai le plus aimé pour le moment 😀 )
      Oui, même si tout n’est pas à prendre, c’est le plus complet que j’ai trouvé, et dieu sait que je suis chiante. A compléter avec un ou deux autres livres du genre ? Reste à trouver lesquels.
      Merci, à toi aussi, je suis contente que tu te sois reposée pendant tes vacances 😉 (plutôt que de te mettre la pression pour le blog)

      Aimé par 1 personne

  4. Je constate que le Meijer ne t’a pas déçue globalement, même si tu n’arrives pas à me faire regretter de l’avoir lâchement abandonné.
    Pour l’absence de coups de cœur avec ton challenge 12 mois, cela ne m’étonne pas vraiment car tu lis des livres choisis par d’autres alors les risques sont quand même assez élevés il me semble (dans ce genre de circonstances, je n’ai eu de coups de cœur que lorsque la personne qui me recommandait les livres connaissait parfaitement mes goûts de lectrice) . J’aurais pensé que tu profiterais d’être chez ta sœur pour lire le Hustvedt (oui, j’attends ton avis sur celui-là avec impatience, tout en étant convaincue que tu n’auras pas de coup de cœur 😉 ).

    Aimé par 1 personne

    • Sachant que tu as pas mal de connaissances, c’est probablement pas une lecture qui te manquera de toute façon.
      En effet, et c’est même pire, il n’y a même pas de livres que je trouve juste très bien. « Les Somnambules », c’est un peu l’OVNI, ce cas est un peu plus particulier.
      Pour le livre d’Hustvedt, je le lirai probablement cet été ! Pourquoi tu penses que ce ne sera pas un coup de coeur ?

      J'aime

      • Hustvedt : je peux me tromper mais d’après ce que j’apprends de toi et de tes goûts au fil de tes billets notamment, je pense que tu vas aimer mais sans plus (avec un peu de chance, tu le trouveras quand même « très bien » ce qui sera un progrès 😉 ). En tout cas, tu me confirmes que ce genre de challenge n’est pas pour moi.

        Aimé par 1 personne

      • Ahaha, noté. (ça m’évitera de me dire d’avance que c’est un très bon livre, une pression en moins).
        Ben disons que ce genre de challenge est un peu risqué, je pense… De toute façon, les challenges ne sont en général pas pour moi, aha. (mais je m’obstine, comme tu le vois)

        J'aime

      • C’est sûr aussi que lorsqu’on démarre un bouqui avec l’idée que ça va être génial, les risques de déception sont plus grands (et ça m’arrive tellement souvent). Déjà que je n’arrive pas à compléter les challenge où JE choisis les livres, imagine si on les choisit pour moi 😉

        Aimé par 1 personne

  5. Déjà, je suis déçue pour Nous rêvions juste de liberté. Je fais partie de l’immense majorité pour qui ce livre a été un coup de coeur ! Mais bon, c’est comme ça, tant pis !
    J’adore ce que tu dis sur le jardin avec la pelouse propre et courte me parle bien, c’est un peu un débat récurrent chez moi entre mon copain qui aime quand c’est propre et moi qui préfère quand ça part dans tous les sens. Après, je reconnais que trop de hautes herbes, avec un chien… le terrain deviendrait vite un champ de mine. Bref, on fait des compromis, mais les hérissons ne sont pas pour tout de suite… ^^
    Le livre Zéro déchet : le manuel d’écologie quotidienne me fait envie, j’en ai un peu entendu parler ces derniers jours, mais je pense que j’attendrai de le trouver en bibliothèque.
    Même si j’ai 15 jours de retard sur ce coup-là, j’aime toujours autant tes bilans même s’ils présentent plein de livres que je ne lirai sans doute jamais ! ^^

    Aimé par 1 personne

    • Aha, désolée…
      Je peux t’indiquer un truc pour ton copain et toi : une partie de votre jardin que vous laissez un peu vivre, et l’autre qui soit propre. Ca permettra à une partie de la biodiversité de votre jardin d’être un peu tranquille. (après, je sais pas si votre jardin est assez grand pour faire ça…)
      Oui, je te conseille d’y jeter d’abord un coup d’oeil avant de te jeter dessus ! On n’est pas tous pareils, on n’a pas les mêmes exigences, donc peut-être qu’un autre livre te conviendra mieux.
      Merci beaucoup, ça me touche :3

      Aimé par 1 personne

      • C’est déjà ce qu’on fait par endroit, notamment entre les arbres ou sous les buissons, on laisse l’herbe et les petites fleurs (ça a été mon argument, « non mais regarde toutes ces petites fleurs, c’est joli, et puis il faut les laisser pour les abeilles et les autres insectes ! ») pousser librement et il tond le reste. Mais les zones « sauvages » servent plus de cachettes pour notre fauve que pour la faune sauvage, je pense. ^^ Mais j’aimerais bien avoir un jour un terrain assez grand pour vraiment laisser une vraie partie « sauvage ». Mais pas ici (si tout va bien, dans neuf mois, on part de toute façon).
        Ce n’est pas tant ça que j’ai pris mes distances avec le zéro déchet. Je m’étais bien emballée pour le truc quand j’avais lu La famille presque zéro déchet, mais au final, je me suis plus mise une pression inutile qu’autre chose. J’ai encore des trucs que j’avais achetés pour faire ma lessive ou ce genre de chose et que je n’ai jamais utilisés. Je fais des choses, pas mal de choses même si je pourrais faire plus évidemment, mais je suis plus dans une consommation réfléchie, le minimalisme, que le zéro déchet. Genre la lessive, un bidon me dure des plombes, alors est-ce vraiment un point sur lequel j’ai envie de me prendre la tête à faire des tambouilles dont je risque d’être déçue ? Je relativise, j’améliore des choses, mais je sais que je ne serai jamais parfaite. Donc j’aimerais y jeter un oeil pour voir ce qu’elle dit, mais pas le posséder.

        Aimé par 1 personne

      • Ahaha, le chat profite donc de tes avancées pour la biodiversité dans le jardin 😛 Oui, si tu as un jardin plus grand, ça pourra le faire ! Ma soeur a laissé des zones où elle ne tond plus du tout dans son jardin ! (ok, elle a un très grand jardin)

        T’as cru que j’avais acheté du maquillage vegan alors que j’ai toujours pas fini l’autre ? 😛 (vu la fréquence à laquelle je me maquille, j’en ai encore pour une dizaine d’années) Pour la lessive, je comprends donc. J’essaie de pas me mettre la pression, surtout que j’habite chez mes parents et que je n’ai pas la main sur tout, donc je fais ce que je peux. Comme je suis difficile pour la nourriture, j’achète souvent de la nourriture emballée dans du plastique… Ahem… Faut pas se prendre la tête, on en fait quand même pas mal, ça se fait progressivement ! (j’aimerais bien t’y faire jeter un coup d’oeil, mais bon… x) )

        Aimé par 1 personne

      • Ahah, oui, voilà, c’est un peu la même idée pour le maquillage (sauf que vu que je ne me maquille pas, je n’ai strictement rien de ce genre chez moi, mais on se comprend).
        Autant je ne suis plus chez mes parents, autant je ne vis pas toute seule, donc je n’ai pas non plus le contrôle sur tout. Je suis obligée de faire des compromis (surtout que je suis déjà assez chiante au quotidien). C’est clair que je polluerais beaucoup moins en étant toute seule ! ^^ T’inquiète, j’y jetterai un oeil ! Je l’ai mis dans ma liste des livres à emprunter en bib (comme celui sur la faune dans le jardin d’ailleurs !), mais apparemment, personne ne les a encore achetés sur le réseau…

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s