Bilan lectures #33 – novembre 2019

Encore un mois où j’aurais finalement peu lu mais je vais objectivement mieux, même s’il y a eu des moments de moins bien.

bilan-lectures-novembre

J’espère tout de même accélérer un chouïa le mois prochain. Malgré un bilan court, je suis satisfaite car j’ai eu un coup de coeur, qui plus est un roman !

La mère de toutes les questions (Rebecca Solnit) Lire la chronique

Avec Ces hommes qui m’expliquent la vie, je vous ai récapitulé dans un article l’intérêt de ces deux recueils d’articles et comment ils montrent avec brio la violence envers les femmes et comment elle est légitimée grâce au silence.

dracula-coverDracula (Bram Stoker)

Une très bonne surprise ! Inutile que je vous fasse un topo de ce que peut être l’histoire, vous la connaissez peut-être, et sûrement mieux que moi avant de commencer ce livre. Et c’est justement ma quasi-ignorance qui a joué dans mon appréciation du roman. Je connaissais un peu l’histoire dans le château en Transylvanie… et je me suis rendue compte qu’à part ça, je ne savais rien ! A part un passage que j’ai trouvé ennuyeux mais qui sert surtout de transition, j’ai trouvé la suite passionnante et je n’ai pas rechigné à reprendre ma lecture quand je pouvais me poser. C’était trépidant et un peu angoissant (mais juste ce qu’il fallait pour la personne angoissée que je suis). Je confirme que c’est pas mal comme lecture pour Halloween, même si je suis grave en retard du coup… Les personnages sont sympathiques et intéressants, note spéciale pour le docteur Van Helsing dont la moindre des paroles me fascinait. J’ai trouvé ce roman très bien construit, probablement une de mes meilleures lectures de l’année. Si j’avais eu un peu plus la foi de rédiger des articles, je vous en aurais fait une chronique… L’auteur écrivait vraiment bien, c’est même surprenamment fluide je trouve. Il y a quand même un passage dont je ne comprends pas vraiment l’intérêt, alors que je trouvais ça très intéressant de base… Bref, malgré ce défaut, vous pouvez tenter le coup !

Lire la suite

Le silence (forcé) des femmes dans deux livres de Rebbeca Solnit – les livres féministes #17

Non, ce n’est pas le titre du livre dont je vais vous parler – ou plutôt, des deux livres que je vais vous présenter. Rebbeca Solnit est surtout connu pour son livre de recueils d’articles (souvent publié dans le Harper’s Magazine) Ces hommes qui m’expliquent la vie mais un nouveau est sorti, La mère de toutes les questions. Ce sont ces deux-là que nous regarderons de plus près dans cet article.

rebecca-solnit-livres

On va commencer par Ces hommes qui m’expliquent la vie. Naïve (j’avais pourtant lu l’avis de Flo lectrice !), je pensais que la majorité de son livre serait basé sur ce qu’on appelle le mansplaining (quand un homme nous explique un sujet qu’on connaît mieux que lui, souvent avec condescendance). Mais c’est une erreur : cela semble même plutôt futile comparé au reste de ce qui est abordé. Mais pas tant que ça : on verra que le mansplaining n’est finalement qu’une continuité logique du pire et qu’il sous-tend les autres violences faîtes au genre féminin.

Lire la suite

3 ans du blog – comme quoi !

Je ne l’aurais pas cru si on me l’avait dit quand j’ai commencé ce blog. J’ai cette tendance assez facile au découragement, donc il aurait été plutôt logique que je n’atteigne même pas les 1 an à la base. Mais je me suis accrochée aux livres, et donc à mon blog. Trop de choses dans ma tête sur mes lectures, il fallait que j’extériorise. Et donc, 3 ans que je déblatère mes opinions.

3-ans

Malheureusement, je n’ai pas eu trop le temps de penser à faire cet article, à ce que j’allais y écrire, et pourtant, ça se fête dignement, les 3 ans ! Mais ça attendra la prochaine fois, s’il y en a une…

J’ai décidé de revenir sur mes articles passés, ceux dont je suis fière. (ceux dont j’ai honte me viennent plus facilement en tête…) Avoir ce genre de recul peut me permettre de voir que je ne suis pas une complète naze car très clairement, j’ai eu le temps de me dire ces derniers temps que j’étais inadaptée à tout.

Donc je vais faire une recension, sans forcément les classer parce que je suis incapable de juger de manière aussi précise. Ou plutôt si, mais assez sévèrement, et j’aimerais lâcher du lest en ce moment.

Lire la suite

Braves bêtes – Animaux et handicapés, même combat ?, de Sunaura Taylor

braves-bêtes-coverQuatrième de couverture

Petite fille, Sunaura Taylor entend des enfants dire qu’elle marche comme un singe, mange comme un chien et que son handicap la fait ressembler à un animal. Elle, qui aime tant les animaux, s’étonne que cette comparaison soit péjorative car, après tout, l’être humain est un animal.

Bien entourée par sa famille pendant toute son enfance, Sunaura Taylor désire ardemment se mettre en lien avec le monde et vivre sa vie. Mais atteinte d’arthrogrypose, une maladie congénitale qui affecte les articulations, elle va s’apercevoir que la société est pensée par et pour les bien-portants, les seuls qu’elle valide et légitime.

Qu’est-ce qui nous autorise à déconsidérer certains êtres vivants jusqu’à parfois les déclasser ? Militante de longue date pour la cause animale, Sunaura Taylor montre combien la discrimination envers des personnes non valides procède du même mécanisme social et culturel que la maltraitance et l’exploitation des animaux. Personnes handicapées et animaux sont vus comme des êtres incapables, des fardeaux, dépourvus des facultés qui donneraient sa valeur à l’existence.

En partageant son expérience, nourrie par un corpus de connaissances, Sunaura Taylor signe un premier livre récompensé en 2018 par l’American Book Award et pour la première fois traduit en français.

Critique

Voilà un livre essentiel pour le raisonnement antispéciste. Pourquoi donc ? Les militants antispécistes ont tendance à reproduire des oppressions en voulant défendre les animaux. Quand ils sont validistes en plus de ça, ils ne défendent pas aussi bien les animaux qu’ils le croient.

Le sous-titre est parlant : est-ce que les droits des personnes handicapées et des animaux non-humains sont liés ? Pour quelle raison ?

Lire la suite