Bilan lectures #34 – décembre 2019

Me revoici, avec du retard cette fois-ci ! Il faut dire que je n’étais quasiment pas chez moi des vacances de Noël…

bilan-lectures-décembre

martin-eden-coverMartin Eden (Jack London) Lire la chronique

Un magnifique roman ! C’est l’histoire de Martin Eden, un marin, qui va tenter de transcender ses origines sociales afin de séduire Ruth Morse, notamment en voulant devenir écrivain. Mais le chemin sera plein d’embûches… Des réflexions très pertinentes sur la différence de classe, un personnage principal attachant, des descriptions magnifiques… Une de mes meilleures lectures de l’année !

dreamland-tome-19-coverDreamland, tome 19 (Reno Lemaire)

Ce tome est officiellement la fin de la première partie de l’histoire. L’auteur est toujours dans la continuité logique de son univers et de ses personnages, avec un humour loufoque, des combats épiques… Hâte de retourner à la vie réelle car la priorité était donnée au monde des rêves, alors je voudrais savoir ce qu’il s’y passe. Bon, j’avoue, il n’y a pas que le monde réel qui m’intéresse pour la suite : hâte de voir des combats avec des seigneurs cauchemar, notamment Asmodehus, le seigneur du feu ! Un arc qui se finit en beauté !

oser-prendre-la-parole-coverOser prendre la parole (Aurore Debierre)

Ce petit livre est juste un point de départ (comme tous les livres de cette collection d’ailleurs). Je pense que j’aurais lu un tel livre quand j’ai craqué psychologiquement, je l’aurais écarté sans même lui accorder un regard. Pourquoi ? Je pense qu’il faut être un minimum prêt mentalement, sentir qu’on peut aller vers l’action, pour appliquer les conseils prodigués. Sinon, on peut se dire que ce sont juste de belles paroles… Oser prendre la parole, comme le dit le titre, n’a jamais été simple. J’y travaille mais cela reste lent. L’autrice a confirmé certaines de mes intuitions suite à mon vécu (ne rien dire de ses opinions, c’est « mourir »), que j’étais sur la bonne voie (je commence par m’adresser à peu de personnes) et le plus important, qui m’a vraiment fait un déclic… Accepter que l’on fasse parfois des erreurs. Que nos interventions orales ne soient pas toujours un succès. C’est vrai que j’ai une grosse tendance à la culpabilisation, à me mettre la pression. Ça mettra un moment mais je vais tenter de relativiser. Il ne s’agit pas que de nous sur le plan individuel. L’autrice rappelle aussi que certains contextes n’appellent pas à encourager l’intervention des personnes les plus timides ni à prendre en compte leur parole. C’est donc à certains groupes de remettre aussi en question leurs pratiques. Si vous arrivez à mieux prendre la parole qu’avant, vous êtes hautement encouragés à favoriser la prise de parole de celles et ceux qui n’osent pas encore (c’est ce que j’essaye plus ou moins de faire). Il y a aussi des ressources à la fin du livre pour aller plus loin sur le sujet (livres, documentaires, podcasts…). Bref, j’ai trouvé ce livre assez ouvert d’esprit.

Le mythe de la virilité (Olivia Gazalé)

Je pense écrire un article dessus, alors un peu de patience 😉

je-suis-une-légende-coverJe suis une légende (Robert Matheson)

Un livre qui m’a été offert par un pote pour Noël. Le héros est probablement le dernier humain sur Terre car une pandémie a transformé les autres en vampires. Qui veulent donc l’attaquer pour lui sucer le sang, hein, on sait tous ce que sont des vampires. A certains détails près, ils ne changent pas des masses selon les œuvres. On voit donc Robert Neville, le survivant, tenter de se mettre hors de portée des vampires dans sa maison, en utilisant tout un tas de protections (l’ail, par exemple) et de stratagèmes pour échapper à leurs tentatives d’intrusions. Il a un avantage non négligeable : les vampires ne sortent pas le jour car ils ne supportent pas le soleil, ce qui lui permet de faire ses petites affaires en attendant qu’ils se réveillent au crépuscule. J’ai bien apprécié ce roman, sans qu’il soit exceptionnel. Il est différent d’autres récits de vampire dans le sens où le mysticisme, les croyances, laissent la place à des explications rationnelles, scientifiques. Pourquoi les vampires sont-ils devenus ce qu’ils sont, pourquoi craignent-ils certaines choses, comme l’ail et les croix, pourquoi n’a-t-il pas été touché par cette pandémie… Toutes ces questions puiseront leurs réponses dans la réalité de notre monde et non dans les mythes. Ce livre est un bon divertissement qui offre des choses intéressantes.

pas-de-fusils-dans-la-nature-coverPas de fusils dans la nature : une réponse aux chasseurs (Pierre Rigaux)

Un très bon livre qui m’en aura appris sur le monde de la chasse et la mentalité actuelle qui y règne. Le constat est assez glaçant : les chasseurs sont prioritaires en quasiment tout point. Oui, je dis « quasiment » car ils leur restent quelques barrières minimes à détruire (notamment sur les espèces protégées) et ils sont motivés. Vous pouvez aussi traduire ce terme par « on a du pouvoir et de l’argent » car ce sont ces deux leviers qui leur permettent une place aussi prépondérante dans le politique et ses décisions vis-à-vis de la biodiversité. Les associations écologistes font bien pâle figure parce que des moyens financiers, elles en ont justement peu… Parlons-en justement, de la biodiversité ! Je vais être beaucoup moins polie que l’auteur sur ce coup-là : ils en ont rien à foutre. A part se donner une belle image derrière la sauvegarde des sentiers et la régulation des espèces (arguments démontés par l’auteur), ils sont bel et bien là pour le « sport ». Comprenez : tuer des animaux pour leur prestige viril. Autrement dit : pour rien. S’ils veulent bien aider à ce que des espèces renaissent de leurs cendres (qu’ils ont eux-mêmes exterminé à la base), c’est pour pouvoir en avoir un nombre conséquent à abattre à nouveau dans le futur (le changement climatique n’arrange pas toujours leurs affaires mais bon, ce qui compte, c’est les trophées de chasse). Bien sûr, c’est un peu plus détaillé dans le livre. Merci à l’auteur pour son travail titanesque, surtout quand on sait que certaines informations ne peuvent être que recoupées avec d’autres pour les obtenir… car vous savez, si on n’a pas telle information, c’est que ça n’existe pas, on ne peut rien prouver (stratégie vieille comme le monde, ça). Et merci à ma sœur de me l’avoir prêté.

nous-l'europe-coverNous, l’Europe : banquet des peuples (Laurent Gaudé)

Un recueil de poésie une nouvelle fois très bien de la part de Laurent Gaudé… à part que j’en attendais plus de celui-ci et qu’il m’a manqué quelque chose. L’auteur a voulu célébrer l’Europe à travers ses poèmes en prose. Il est donc partie du milieu du XIXème siècle jusqu’à nos jours. Il a choisi une année qu’il trouve importante pour le concept d’Europe, 1848, et il a continué de manière chronologique à retranscrire les évènements majeurs, comme les guerres mondiales, mais aussi notre développement économique, la création de l’UE, etc. Il appelle à un apaisement, à une véritable solidarité, à une ouverture entre nous, Européens (de l’UE, on ne va pas se mentir). J’ai trouvé certains poèmes très beaux, je les relirai. Quelques-uns avaient un bon rythme, Laurent Gaudé a su trouver les bons mots pour telle situation. Alors, quel est le détail qui m’a légèrement refroidi ? J’avais l’impression que ses poèmes pouvaient parfois isoler certaines histoires sans qu’on ressente que le destin des Européens étaient liés par quelque chose de plus fort que les seules raisons politiques et économiques. Et je sais que ce n’était pas son objectif. Citer Camus, c’est bien… mais ce dernier reste toujours le meilleur à ce niveau-là avec Lettres à un ami allemand. Je sais que je finis sur une note pas vraiment agréable alors que j’adore cet auteur et que j’ai beaucoup aimé ce recueil de poèmes. Mais en-dehors de la beauté de certains, je suis un peu restée sur ma faim.


Une année qui s’achève ! Ce mois aura été satisfaisant, pas sûre que j’ai le temps de lire pour janvier par contre, surtout que j’aimerais en relire trois pour pouvoir lire un quatrième tome… Vous verrez bien du coup !

Sinon, j’ai aussi publié mon bilan du challenge 12 mois, 12 amis, 12 livres ! J’ai tout lu, à un livre près.

Le bilan de mes lectures de l’année sera là dans une semaine, je pense 😉

14 réflexions sur “Bilan lectures #34 – décembre 2019

  1. « Oser prendre la parole » a l’air bien fichu. Je te recommande aussi de « t’entraîner » auprès de personnes bienveillantes pour prendre confiance. Quand j’avais des présentations orales à faire à une époque où c’était vraiment horrible pour moi ce genre d’exercice, j’avais pour habitude de tourner mon regard régulièrement sur une telle personne présente dans le public (il y en a toujours une ou une qui te fait penser à quelqu’un que tu connais et/ou qui t’inspire confiance) et j’y puisais de la force, du réconfort. Souvent, la personne ainsi ciblée, consciente ou pas de ta « détresse », va t’adresser un signe de tête, un sourire encourageant et, mine de rien, ça aide. Il faut aussi apprendre à se décentrer : on a souvent l’impression qu’à la moindre boulette, au moindre « bafouillement », on va perdre toute crédibilité alors que les gens n’y font pas attention, n’y attache pas d’importance. En fait c’est notre ego qui nous fout la pression (inutilement). Bon mois de janvier (occupé si je comprends bien).

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! C’est ce que je compte faire, même si les personnes bienveillantes ne sont pas légion non plus et qu’elles ont aussi leur vie… Mais en effet, tu as raison ! Regarder quelqu’un dans une assemblée qui a l’air plus sympa que les autres, c’est limite un réflexe chez moi x). Et quand le petit bafouillement se transforme en gros bafouillement à cause de l’angoisse ?

      J'aime

  2. Bilan honorable, celui de l’année aussi. J’avais beaucoup aimé le Matheson pour l’inversion de regard qu’il propose. J’avoue, pas trop motivée pour le Gaudé, en revanche j’attends ton retour sur Le mythe de la virilité 🙂
    Belle année à toi, et bonnes lectures.

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! Le bilan de l’année devrait sortir dans une semaine.

      Le recueil de poésie de Gaudé est très bien mais pas indispensable à mon sens.

      Bonne année ! (et bonnes lectures évidemment 😉 )

      J'aime

  3. Martin Eden fait indubitablement partie des livres que je veux absolument lire un jour !
    J’avais beaucoup aimé Je suis une légende alors que je ne m’y attendais pas du tout (sans doute la faute au film que j’avais trouvé super nul) et notamment cette fin qui m’avait bien marquée !
    J’aimerais beaucoup lire Pas de fusils dans la nature mais ma bibliothèque ne l’a pas et je suis convaincue d’être bien énervée après une telle lecture (déjà que ça me saoule profondément de ne pas pouvoir promener ma chienne sans entendre des coups de fusil autour de nous…).
    Toujours un plaisir de te lire !

    Aimé par 1 personne

    • Je te le recommande vivement !
      T’es pas la seule à me dire que le film est nul… Je crois qu’avec tout ça, je ne le regarderai jamais xD. Le film est différent du livre, non ?
      Je te confirme que tu vas être super énervée : je ne l’ai pas dit mais quand je le lisais, ça me faisait ça. Envie d’en découdre avec les chasseurs dans le coin de chez ma soeur (elle habite à la campagne).
      Merci beaucoup ! ❤

      Aimé par 1 personne

      • Oh oui, très différent. Ils ont complètement changé la fin, ça n’a plus rien à voir. Ça devient juste un film de zombies/vampires bien américain (du coup, qui gagne à la fin ?…) Mais je l’ai vu et détesté avant de lire le livre, sans même savoir que c’était une très mauvaise adaptation.
        J’espère que je le trouverai en bibliothèque un jour !

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s