Bilan lectures #44 – décembre 2020

Bon, comme je l’avais annoncé le mois dernier, c’est pas terrible les lectures ce mois-ci… Beaucoup de mangas, une BD et trois essais. Ça pourrait être pire… mais ça pourrait aussi être mieux (j’ai décidé de voir le verre à moitié vide, laissez-moi).

Faire (l’)école – Un collège associatif sur la Montagne limousine (Les archéologues d’un chemin de traverse) Lire la chronique

Les écoles alternatives, soit on ne connaît pas, soit on en a entendu des rumeurs (souvent négatives d’ailleurs) mais dans tous les cas, on ne sait probablement pas grand-chose. Ce livre ne raconte pas les écoles alternatives, mais juste une en particulier. J’en ai fait une chronique pour en dire plus, avec le livre Cravirola (une coopérative), lu le mois dernier.

Magic Knight Rayearth, tome 1, réédition (CLAMP)

Je n’allais pas passer à côté de la réédition d’un manga d’un collectif que j’adore et que je n’ai jamais lu. Ça reste basique et attendu, je trouve, mais c’est du CLAMP, c’est bien dessiné, c’est beau, c’est bien construit. Tout y est : l’action, l’émotion, l’humour. J’ai un coup de coeur sur le personnage d’Umi qui n’arrête pas de râler, ça me rappelle étrangement quelqu’un de très très proche…

Bride Stories, tome 12 (Kaoru Mori)

Je suis un peu en retard pour la lecture de celui-ci (il est sorti en septembre ou octobre) et il n’est vraisemblablement pas un de mes tomes préférés mais il a toujours cet atout d’ouvrir à de nouveaux horizons, de nouvelles cultures, tout en apportant une certaine sérénité.

20th Century Boys, perfect edition, tome 3 (Naoki Urasawa)

Je pourrais me contenter de taper frénétiquement sur mon clavier des lettres au hasard tellement ce tome m’a plu et que je ne sais pas quoi en dire tellement je suis impressionnée ! Le tome 2 avait laissé percevoir de très bonnes choses (il était lui-même très bon) mais je ne m’attendais pas à un tel bond dans le temps (le spoil de l’espace) ni à ce que les évènements s’enchaînent de manière encore plus intéressante ! Les héros qui ont sauvé le monde… Je sens que ce n’est pas ceux qu’on croit… Je veux savoiiir ! Bref, très enthousiaste pour la sortie du 4ème tome !

Aria the Masterpiece, tome 5 (Kozue Amano)

Ce tome ne déroge pas aux qualités des précédents : toujours aussi apaisant et agréable à lire ! Qu’est-ce que ça fait du bien de lire ce manga ! Et attention, détail complètement superficiel : Aika a enfin les cheveux courts ! J’avais été subjuguée par son apparence sur la couverture du troisième tome mais je la voyais toujours avec les cheveux longs dans le manga… Frustration. (si c’est ça ma frustration dans cette histoire, c’est bien que le manga n’a pas de très gros enjeux et qu’il est bel et bien un bonbon à savourer)

Zaï zaï zaï zaï (Fabcaro)

Je vais décevoir tout de suite les fans de cette BD : non, ce n’est pas un coup de coeur ! Je l’ai juste bien aimé. La critique de la société consumériste et de la préservation d’un certain ordre, poussées à l’absurde (un homme poursuivi par les autorités parce qu’il n’avait pas sa carte de fidélité au moment de payer). De plus, on a aussi une critique de certaines normes sociales, qui révèle l’hypocrisie des gens en général, de leur profonde indifférence, de leur mépris quand il ne s’agit pas d’eux-mêmes. Et accompagnant tout ceci, des passages très intéressants sur ce que représentent les auteurs de BD aux yeux de cette société, qui se rapproche dangereusement de la réalité : ces derniers sont considérés comme des nuisibles, des moins-que-rien. Admettez qu’en-dehors de notre cercle de lecteurs, c’est réellement le cas. Les gens semblent juste plus francs là-dessus dans cette BD. Le style de dessin peut sembler particulier mais personnellement, je me suis vite habituée et je trouve même qu’il renforce l’absurdité de certaines situations. Pourquoi n’est-ce pas un coup de cœur ? Je le sais très bien et je vais passer pour une prétentieuse à dire ça mais ça ne va juste pas assez loin pour moi. C’est intéressant et ça m’a fait sourire mais il m’a manqué un petit quelque chose.

Manifeste contre la normalisation gay (Alain Naze)

Je tournais autour à la librairie depuis des mois mais le titre me paraissait louche (c’est toi qui est louche, Ada) jusqu’à ce que je vois une personne donner son avis dessus sur Instagram, et je me suis dit pourquoi pas. Hé ben c’était vachement intéressant ! J’ai beau n’être qu’hétérosexuelle, ça te fout quelques petits uppercuts dans la tronche : ça te rappelle que tu es la représentante de relations normées et restreintes (au cas où t’aurais oublié). L’auteur y explique pour quelles raisons les homosexuels ont pu virer vers la droite (tout en se prétendant encore de gauche mais cette critique peut largement être faîte en-dehors du cercle LGBT+). Mais en fait, c’est beaucoup plus compliqué que ça : le plus important, ce sont que les valeurs homosexuelles se sont calquées sur les valeurs hétérosexuelles, dont le mariage pour tous en est le plus brillant exemple. En effet, la focalisation des organisations gays sur le mariage homosexuel a aussi dissous toute prétention à d’autres formes de relations, comme c’était le cas dans les années 70. Cet élan utopique a complètement disparu, d’autant plus que la route prise par les mouvements mainstream reflètent aussi d’autres défauts, dont une certaine forme de colonialisme. Il y aurait aussi un autre point que l’auteur aurait pu aborder : le fait que les hommes gays pensent que c’est bon, ils ont tout « eu », et qu’ils peuvent se permettre d’être oppressifs avec les autres (lesbiennes, transgenres, etc) mais cet élément est passé à la trappe. Deux critiques à émettre : le premier, j’ai des doutes dessus, donc je ne vais pas trop expliciter. Il s’agit de la question du coming-out et de sa nécessité. Je ne suis pas complètement d’accord avec l’auteur, et Alice Coffin exprime un avis opposé dans le livre, avec lequel je ne suis pas en accord non plus. Donc bon… Ensuite, parler de « pauvreté » quant à des relations monogames… Parler de « relations restreintes » au pire, mais ce modèle de vie peut correspondre à certains, et pas du tout à d’autres… Ce n’est pas une question de « pauvreté ». Je ne comprends pas trop l’utilisation de ce terme (qui m’a l’air d’exprimer une certaine aigreur et un certain jugement, déso pas déso) car l’auteur est bien pour l’ouverture à d’autres formes de relations, il ne parle pas de supprimer les classiques qu’on connaît. J’espère qu’il y réfléchira… En tout cas, ce livre a été très intéressant à lire, sans lourdeur dans le propos. Il m’a permis, en tant que femme hétérosexuelle, de réfléchir à ce que je pouvais représenter et à toutes les infimes possibilités que les personnes LGBT+ peuvent apporter à notre société, une remise en question salutaire.

La terreur féministe : petit éloge du féminisme extrémiste (Irene)

Je vous en parlerai plus dans une chronique (ce livre mérite bien ça). Ça aidera peut-être à le faire publier plus massivement, héhé… (c’est de l’auto-édition d’une campagne KissKissBankBank)


Même si ce n’est clairement pas le bilan le plus tip top de l’histoire de ce blog, il faut dire une chose : les mangas m’ont fait beaucoup de bien. A défaut d’avoir pu lire comme je l’aurais voulu (putain d’angoisse de merde), j’ai eu au moins quelques lectures qui m’ont apaisé, chacune à leur manière. L’essai contre la normalisation gay a aussi été très intéressant à lire, ça m’a aussi fait du bien d’avoir ce genre de lectures où je ne bloquais pas.

J’ai enfin rédigé cette chronique sur Le génie lesbien d’Alice Coffin que j’ai lu en… octobre (admirez le rythme de publication).

J’ai quand même plus bossé sur mon blog comme je me l’étais fixée. Y a au moins un truc dont je peux être fière ce mois-ci… Bon, j’espère ne pas retomber dans le travers de « 1 article par mois », surtout que ce n’est même pas satisfaisant pour moi.

A l’année prochaine !

7 réflexions sur “Bilan lectures #44 – décembre 2020

  1. Je n’ai toujours pas lu le 3e tome de 20th CB tout simplement car j’ai tardé à l’acheter et du coup je me suis dir que je pouvais attendre encore un peu lz temps d’avoir le 4e pour les enchaîner. Je pense pouvoir le prendre la semaine prochaine pour me les lire du coup.

    Zai Zai de Fabcaro est un titre dont je n’entends que du bien du coup c’est toujours particulier d’avoir un avis moins dithyrambique que d’habitude, mais c’est d’autant plus intéressant.

    Je profites aussi de ce passage ici pour te souhaiter une bonne année 2021 (essaie de lire ce message 1h30 après sa publication du coup pour être davantage dans le mood).

    Aimé par 1 personne

  2. Tant pis si Zaï Zaï Zaï Zaï n’est pas un coup de coeur : une bonne lecture c’est déjà bien ! Idem pour les mangas qui ont également constitués la majorité de mes lectures du mois. Personnnellement, j’ai lâché l’idée de bilan dans le sens où il faut avoir lu plein de livres, et des gros romans (ou des essais), c’est mieux, comme si ça comptait plus. En ce moment, je lis très peu, je n’ai pas la tête à ça et c’est ainsi. Si je prends plus de plaisir à jouer qu’à lire, ce n’est pas grave, je trouve ça déjà cool d’avoir quelque chose qui me fasse du bien. Par contre, ma PAL me pourrit un peu cette réflexion à venir me rappeler que j’ai plein de livres à lire : du coup, en janvier, elle va avoir droit à un gros tri, histoire de m’alléger l’esprit ! Bref, gros racontage de vie juste pour te dire, fais ce que tu veux et lis ce que tu veux !
    L’essai sur la normalisation gay a l’air très intéressant, même si je ne suis pas sûre que je serai d’accord avec tout (comme l’histoire de la pauvreté des relations monogames).
    Bonnes lectures avec ton challenge (et à côté aussi d’ailleurs) !

    Aimé par 1 personne

    • Oui, faut que je relativise sur le fait que j’ai juste aimé cette BD que tout le monde a adoré.
      Pareil que toi, du mal à lire… Mélange d’actualité et de vie perso anxiogène. Et je n’hésite pas à avoir des lectures « moins sérieuses ». Là, par exemple, je lis « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen, ça me change les idées (pas de spoil !).
      Et tu as raison, je me demande si j’ai toujours envie de lire certains livres dans ma PAL… Je devrais faire comme toi, tiens !
      Oui, alors je l’ai peut-être pris mal ce point-là dans cet essai mais c’est ce qu’il m’a semblé…
      Bonne année et bonnes lectures 😊

      Aimé par 1 personne

      • De mon côté, c’est plutôt le boulot qui m’oblige à des lectures saccadées dont je n’avais plus l’habitude qui m’empêche de m’y mettre vraiment, mais le résultat est le même. Du coup, je lis ce que j’ai envie, même si c’est très peu et très lent et je m’accorde d’autres loisirs qui me tentent davantage !
        Oh, alors, qu’en penses-tu ?

        Aimé par 1 personne

      • Ah oui, ça m’était arrivée à une époque ça, de pas pouvoir lire comme je voulais à cause de la fatigue du boulot.
        « Orgueil et Préjugés » ? Pour l’instant, c’est sympa !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s