Bilan lectures #46 – février/mars 2021

Difficile, ces deux mois. J’ai fait un bilan bimensuel parce que la réunion de ces deux mois en un seul article ressemble à un bilan mensuel classique plutôt moyen. Bien sûr, il y a mes problèmes personnels, mon angoisse (qui s’allie avec les premiers), mais aussi cette gestion sanitaire détestable, insupportable. J’en parle très peu car « ça ne se dit pas », « ça ne sert à rien d’en parler », « rien ne changera ». Sûrement. Mais c’est pesant pour le moral. Après le contenu de mon article, vous pouvez râler un peu sur le sujet en commentaire si vous le voulez. Je crois qu’on en a tous besoin.

Démocratie (Samuel Hayat)

Comme je l’avais dit le mois dernier, les livres de cette collection sont abordés dans un unique article que j’ai publié en février ! Lire l’article.

Du libéralisme autoritaire (Carl Schmitt et Hermann Heller) Lire la chronique

Un essai que j’ai adoré, que j’ai trouvé très à propos dans notre actualité politique actuelle. Vous avez l’impression qu’on privilégie beaucoup en ce moment l’économie néolibérale au détriment du reste, quitte à utiliser des pratiques dignes d’une dictature ? Ce livre va rappeler que ce n’est pas la première fois dans notre histoire que ça a eu lieu… et que c’est la porte ouverte au fascisme. Et que ce n’est pas un problème pour le néolibéralisme, bien au contraire.

L’homme le plus flippé du monde, tome 2 (Théo Grosjean)

J’avais adoré le premier tome, et le deuxième est lui aussi un enchantement ! Là encore, l’angoissée que je suis s’y est largement reconnue. Les trois quarts des dessins, une nouvelle fois, c’est ma vie… ou plutôt, en partie. Avec le temps, j’ai réussi à surmonter certaines peurs (et mention spéciale à mon antidépresseur aussi), donc tout n’est plus forcément d’actualité, mais cela résonne encore fortement en moi. J’ai vécu certaines des anecdotes, plusieurs fois parfois. Celle qui m’a fait le plus rire (et dont je peux encore parler au présent), c’est celle du corps tendu, dont on ne se rend même pas compte tellement c’est notre état normal. Quand notre corps est détendu (par une intervention extérieure), on trouve cela limite contre-nature, inquiétant. Les gens ne comprennent pas ça, combien de fois on m’a dit « Ben détends ton corps ! » et que je répondais, un peu agacée et décontenancée, « Mais je suis détendue ! » (non, pas du tout). Bref, encore des barres de rires sur cette BD. Comme je le disais la dernière fois, il faut être capable d’en rire. Sinon, ça peut rassurer de voir qu’on n’est pas seul·e·s aussi.

20th Century Boys, Perfect edition, tome 5 (Naoki Urasawa)

… Pfiou, je me répète mais c’est génial, encore génial, toujours génial. Je ne sais même plus pourquoi j’en parle. Je reste clouée à mon tome à chaque fois.

Fullmetal Alchemist, Perfect edition, tome 6 (Hiromu Arakawa)

Là aussi, je ne sais plus pourquoi j’en parle. Si on connaît FMA, on sait ce que ça vaut (et si on ne connaît pas, on sait au moins la réputation du manga).

Aria The Masterpiece, tome 6 (Kozue Amano)

Encore une bonne dose de détente, c’est agréable. Je vous avoue que ce mois-ci, j’en ai eu besoin. Encore des petites histoires bien fraîches avec nos habituelles protagonistes féminines.

Pour une littérature combattante (Simone Weil)

Ceci est un petit livre (40 pages à peine) qui contient des textes rédigés par Simone Weil avec pour thème commun la littérature. Si le premier texte parle de la pièce de théâtre Antigone d’une manière accessible à tous, les autres sont plus politiques. Dans le deuxième texte, la philosophe rappelle quelles sont, selon elle, les responsabilités de l’écrivain, qui a perdu la notion de valeur (et pas que lui d’ailleurs). Pas qu’ils aient non plus à être des « professeurs de morale », mais ils doivent décrire la condition humaine. Le troisième est une lettre adressée à Jean Giraudoux, qui a prétendu durant une allocution que la France a des liens autres que la subordination et l’exploitation avec ses colonies. Quand on connaît l’implication qu’a eu Simone Weil dans un de ses écrits sur le sujet, cette réaction est peu étonnante. « Et bien que ce soit mon admiration pour vous qui m’oblige à vous écrire, ce n’est pas de l’admiration que je viens vous exprimer » : autant d’indulgence couplée à son intransigeance, peu sont capables d’encaisser ça avec leur orgueil malgré la gentillesse. Mais c’est quand même admirable. Le dernier texte est consacré à la morale et la littérature. Elle fait la distinction philosophique entre le bien et le mal et le bien et le mal fictifs. Rien de compliqué à comprendre, c’est, au contraire, très limpide. Il est évident que c’est de la dernière catégorie dont il est question pour la littérature. Un texte difficile à retransmettre en quelques mots, mais passionnant. Elle n’hésite pas, là encore, à faire preuve d’intransigeance : tous les auteurs, quelle que soit leur intention, ne sont pas capables de bien (fictif) dans leurs écrits. Il y a les génies et puis les autres. Ça, c’est fait. Bref, des textes courts intéressants qui, toujours avec elle, amènent soi-même à la réflexion, sans forcément qu’on soit toujours d’accord avec elle.

Celui qui pourrait changer le monde (Aaron Swartz)

Dans ce livre sont rassemblés des textes que l’activiste Aaron Swartz a écrit sur son blog, un peu ailleurs aussi. Il y parle des sujets qui l’animent, en rapport avec Internet et la « culture libre ». On y voit en plus une face qu’on connaît moins, celle d’un homme qui parlait aussi politique, des médias, de livres, de culture et de non-scolarisation. J’ai adoré cet homme et j’explique pourquoi dans l’article qui paraîtra le mois prochain.


Je n’ai pas lu grand-chose mais le dernier livre de la liste m’a tellement enchanté que ce n’est pas grave. Qu’il est motivant, ce garçon !

J’espère tout de même faire un vrai bilan mensuel le mois prochain (il y aura sûrement beaucoup d’essais). A bientôt !

17 réflexions sur “Bilan lectures #46 – février/mars 2021

  1. Je ne vais pas trop rebondir sur tes lectures (à part que j’ai toujours un tome de retard sur 20th CB, j’ai acheté le 5 que je n’ai pas encore lu et je n’ai pas encore pris le 6 ; et j’ai désormais deux tomes de retard sur FMA mais j’avoue ne pas accrocher autant que je le pensais…), mais je voulais quand même commenter en souhaitant sincèrement que ça aille quand même ppour le mieux compte tenu de la situation actuelle.

    Personnellement j’en retire ce qu’on peut retirer de positif (moins de boulot par exemple), et j’essaie de ne pas trop voir le négatif et ça passe pas trop mal.

    Un bon mois d’avril à toi !

    Aimé par 1 personne

  2. Plein de soutien à toi ! Je ne vois les mesures que de loin (chez nous ça fait le yoyo aussi, mais c’est quand même beaucoup moins restrictif) mais je te crois volontiers quand tu dis que c’est rude. C’est un joli bilan en tout cas, même s’il couple deux mois 🙂 Et je me réjouis de lire ton article sur ta dernière lecture que tu as déjà bien teasée sur insta héhé !

    Aimé par 1 personne

  3. Ahah mais le coup de « ah mais vous êtes vraiment tendue hein » – « Moi mais non pas du tout » – « Heu si vos muscles sont tout contractés » c’est un grand classique, je l’ai vécu tellement de fois! Il faut peut-être que je lise ce bouquin aussi, je suis sûre que je me reconnaîtrais pas mal.
    Bonnes lectures, et bon courage pour cette période pas simple…

    Aimé par 1 personne

  4. Tiens moi j’avais jamais lu ni vu FMA et j’ai regardé tout le premier animé en début d’année, maintenant je regarde Brotherhood ! Je suis à deux doigts d’acheter les bouquins…
    (Mais j’ai entamé Hunter x Hunter aussi en parallèle, gros retour inattendu aux animés japonais^^)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s