Bilan lectures #48 – mai 2021

Ce mois-ci a très bien commencé mais s’est un peu terminé en eau de boudin (trop fatiguée pour lire). Je suis quand même satisfaite grâce à la première moitié du mois, j’ai pu lire un roman (le premier de la liste) auquel je voulais m’atteler depuis un moment !

Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur (Suzanne Collins)

Je m’attendais à aimer ce livre, mais sans plus. En réalité, je l’ai beaucoup aimé. C’est un préquel de la trilogie d’Hunger Games, donc ce petit avis risque de n’intéresser que celleux qui l’ont lu. Je me souviens que, quand il est sorti, il y a énormément de mécontentement quand le sujet a été révélé : on allait se retrouver de nombreuses décennies avant l’histoire qu’on connaît et le roman allait se centrer sur le méchant de l’histoire, Coriolanus Snow. Quelle est son histoire à lui, comment-a-t-il évolué pour devenir celui dont on a fait connaissance dans la trilogie de base ? Beaucoup de fans n’étaient pas contents : on s’en fiche du méchant, on veut voir Haymitch ! (le mentor de Katniss) Sans partager leur colère, je me disais aussi que j’aurais préféré que ce soit lui, mais Suzanne Collins devait avoir ses raisons d’avoir plutôt écrit sur Snow. Et des raisons tout à fait justifiées et intéressantes ! Pour résumer vite fait ce qu’il en est : Coriolanus Snow, futur président de Panem, était pourtant très mal parti. Une famille autrefois glorieuse qui se retrouvait sans le sou à cause de la guerre face aux districts… Il se retrouve en tant que mentor aux Hunger Games et s’il y voit une manière d’élever son statut, sa joie n’est que de courte durée : on lui donne comme tribut la fille du district 12, Lucy Gray. Je ne vais pas trop en dévoiler plus, juste dire ce que j’ai trouvé intéressant dans ce récit. Sans spoiler, on voit que les adultes à Panem ne sont pas dignes de confiance, dans le sens où si ce sont des personnes insensibles envers les enfants des districts, ils n’ont pas énormément d’égard pour ceux de Panem non plus (je parle de la classe dirigeante). Le cynisme est donc à l’œuvre et pas que sur ce point. Ensuite, ce livre permet de réfléchir (si ça n’a pas déjà été le cas avant de manière plus approfondie) sur la démocratie et la liberté. Coriolanus Snow va faire face à des opinions inverses, à du fatalisme sur la nature humaine, avis qu’il va partager. Je trouve (mais c’est mon avis en tant que gauchiste) qu’on voit bien, à travers Coriolanus et son éducation bourgeoise, qu’on ne peut pas faire confiance aux bourgeois, que leurs valeurs ressortiront toujours pour le pire. Heureusement, sa relation avec Lucy Gray va apaiser un peu les choses, aurait presque pu donner de l’espoir sur le développement de ce personnage, les réflexions abordées à travers ces deux personnages sont dignes d’intérêt… Ça souligne l’ambivalence à son sujet et ça le rendrait presque sympathique. Mais bon, on sait ce qu’il est advenu de lui après. Pas si simple. Bref, je ne vais pas trop m’étendre dessus mais j’ai beaucoup aimé ma lecture, je l’ai trouvé fluide et intéressante. L’autrice a su m’accrocher et je n’ai pas trouvé de longueurs. Aux personnes qui l’ont lu aussi : vous n’avez pas trouvé qu’il était un tantinet mieux écrit que la trilogie de base ? Je ne sais pas si je m’en souviens assez pour juger.

Lire la suite

Sororité, collectif dirigé par Chloé Delaume – les livres féministes #27

Ce livre a bien fait d’être construit sur la base de plusieurs textes écrits par différentes femmes. Il n’aurait pas pu en être autrement si les personnes qui ont proposé le projet voulaient un rendu juste. Une seule personne n’aurait pas pu expliquer à elle toute seule le concept de sororité. On n’est pas toutes d’accord là-dessus, alors on lui aurait sûrement dit « Tu te prends pour qui, toi, à dire que c’est ça et pas autrement ? ». On l’aurait sûrement mal pris, heureusement que c’est un livre écrit par plusieurs mains.

Liberté, égalité, sororité !

Vous avez remarqué le mot qui est remplacé par « sororité » ? On connaît tou·te·s la devise française, à moins que certain·e·s lecteur·rice·s ne soient pas de France : Liberté, Égalité, Fraternité. On entend cette devise depuis au moins l’école primaire. La partie pseudo-neutre mais qui est en réalité masculine (on connaît déjà ça dans le langage), c’est la fraternité. C’est la définition toute simple d’un lien affectif plutôt fort entre frères (et sœurs, théoriquement), et plus largement entre personnes liées par des valeurs et une passion commune, et la définition est encore plus élargie par notre République. Dans ce dernier cas, il s’agit de tou·te·s nous lier sur le point commun de faire partie de l’État français.

Lire la suite

Les personnes que j’admire #1

On admire tous des personnes. On en admire peut-être plus qui soient fictionnelles, je vais vous parler de celles qui ont existé ou existent.

Je suis très attirée par les personnes humanistes, qui ont à coeur d’améliorer le monde ou d’y participer, plutôt. On peut se dire que je dois avoir des coups de coeur assez nombreux, c’est une erreur. Je ne vais pas tomber sur le charme du/de la premier·ère venu·e, juste parce qu’iel prétendra ceci ou cela. Je suis du genre méfiante, j’observe de loin d’abord et j’en tire ensuite les conclusions.

Il se peut donc que les personnes que vous admirez me laissent de marbre, et puis il y a un aspect très subjectif derrière tout ça. Peut-être qu’iels rencontreraient une grande partie de mes critères (oui, je suis exigeante) mais que voulez-vous, parfois ça ne matche pas.

Les personnes que j’admire sont donc très rares. De plus, ce qui contribue à cette rareté, c’est aussi mon exigence : selon l’époque à laquelle a vécu la personne, le lieu géographique où elle a vécu, son origine sociale, etc, je vais être plus ou moins clémente. Bref, je suis relou, n’essayez pas de comprendre le procédé car il y a une bonne dose d’instinct derrière tout ça.

Je vais maintenant vous présenter cinq personnes que j’admire. Il y en a plus que ça mais je ne les connais pas encore très bien pour certaines, alors je vais attendre. La première n’étonnera pas les habitué·e·s. C’est parti !

Lire la suite