Bilan lectures #53 – octobre/novembre 2021

Comme quoi, il ne faut s’attendre à rien… Je trouvais que le mois d’octobre était nul, nul, nul… Le mois de novembre a été pire (une lecture au compteur). On se retrouve donc avec un bilan mensuel à peu près normal alors que c’est un bilan bimensuel… Quelle blague.

Bon… Voici mes quelques lectures en deux mois (j’ai honte).

Dix questions sur le féminisme (Valérie Rey-Robert) Lire la chronique

Un petit guide qui apprend des choses de manière concise mais complète pour un livre pour personnes novices sur le sujet du féminisme. Oui, car si vous vous y connaissez déjà sur le sujet, vous pouvez le lire par curiosité (comme moi) mais ça ne vous apportera pas grand-chose, le public cible n’étant pas vous.

Introverti·e·s mode d’emploi (Coline Pierré et Loïc Froissart)

Comment ça, je lis des bouquins pour gosses ? Oui, ça en est un ! (plus pour les jeunes adolescents, je dirais) Je crois que c’est facilement devinable : ce livre parle de l’introversion, avec de superbes illustrations jeunesse et un propos déculpabilisant et drôle. Il y a même des tests à l’intérieur ! (que j’ai trouvé assez rigolo) C’est le genre de livres que j’aurais aimé lire plus jeune, l’introversion ayant été (et étant toujours) un motif de moqueries et de dénigrement. On le sent dès petit·e qu’on n’est pas comme il faut. Ce livre permet de se tourner en dérision et d’accepter cette part de nous contre laquelle on ne peut rien. Ce serait sûrement intéressant que des personnes extraverties et ouvertes d’esprit (oui, j’ai perdu espoir pour les autres) lisent ce livre, peut-être. Tout n’est pas forcément relié à nous, nos propres comportements et astuces pour passer inaperçu·e·s, mais souvent, on se reconnaît quand même.

La mélancolie de la nasse (Xavier Calais)

Les livres de cette collection chez les éditions du Commun sont sans prétention, peu candidats à un coup de coeur chez moi, mais tout de même cools à lire et instructifs. Dans celui-ci, l’auteur raconte comment se passent les manifestations maintenant, sans aucun frisson, aucun suspense, bien calibré pour plaire aux autorités. Autorités qui pratiquent quand même les « joies » de certaines pratiques de répression, dont la fameuse nasse, qui consiste à emprisonner un groupe qui circule pour l’immobiliser, afin que celui-ci ne se déplace plus. Réduire leur espace, grande passion des flics. On voit ces actions pour un peu tout et n’importe quoi maintenant, même quand il n’y a pas de danger réel (par contre, pour épargner ses amis fachos, pas de problème). Ce livre raconte, selon le point de vue très subjectif de Xavier Calais (mais c’est un point de vue dont on a besoin en ce moment), une expérience de manifestation avec son arrestation et l’interrogatoire lunaire qu’il a subi. C’est à la fois drôle et consternant. Une petite lecture sympathique et intéressante.

20th Century Boys, perfect edition, tome 8 et 9

On s’approche de la fin et vous l’avez sûrement constaté jusqu’à maintenant : je ne sais pas parler de l’évolution d’un scénario de manga. J’ai juste hyper hâte de voir ce que l’auteur a réservé… La fin n’a clairement pas intérêt à être décevante tellement je suis à fond. Ceci dit, je peux quand même raconter une anecdote : j’ai lu le tome 9 avant le tome 8. Comment ça se fait ? J’étais persuadée d’avoir lu ce dernier… Mais je n’ai pas capté tout de suite que c’était le cas (j’ai dû vérifier pour ça). Quand j’ai lu le tome 9, je ne comprenais rien à ce qu’il se passait (qui sont ces gosses, bon sang ?) et je me disais que j’avais vraiment une très mauvaise mémoire. Non, c’était pire que ça : j’ai zappé le tome 8… J’ai eu très honte et j’ai commandé celui-ci en ligne histoire de ne pas passer pour une abrutie en retournant à ma librairie (j’étais rouge de honte rien que d’imaginer y retourner). Du coup, j’ai relu le tome 9… après avoir lu le tome 8 (tout s’explique !).

Journalisme (Olivier Villepreux) et Petit Manuel critique d’éducation aux médias (Collectif La Friche/EDUmédias) Lire la chronique

Ces deux livres montrent les dérives autour du journalisme aujourd’hui mais donnent aussi une touche d’espoir, surtout le deuxième (il n’y a pourtant pas de quoi se réjouir). Difficile de résumer deux livres en quelques lignes, je vous conseille donc de lire l’article.

Le poids des secrets, tome 3 : Tsubame (Aki Shimazaki)

Pour l’instant, le meilleur des trois livres que j’ai lu de cette saga (il y a cinq tomes). Une percée historique à la fois sur le tremblement de terre de Tokyo de 1923 qui avait ravagé la ville à l’époque, mais aussi sur la discrimination des immigrants coréens. Des personnes malveillantes ont profité du tremblement de terre et de la catastrophe humaine qui s’ensuivit pour persécuter les Coréens et les tuer. La femme qui est le personnage principal du roman est en danger de mort à ce moment-là (elle a 12 ans et a des origines coréennes), sa mère la laisse dans un orphelinat pour la protéger. On la retrouve dans le futur alors qu’elle est grand-mère et qu’elle se pose la question de la pertinence de partager ce passé avec son fils et ses petits-enfants, sachant que les Coréens sont toujours discriminés à ce jour et que cette révélation risque d’être plus un fardeau qu’autre chose. Étant un livre court comme les autres tomes, je ne peux pas trop en dire mais l’histoire autour du nom Tsubame qui a été choisi comme titre du livre m’a pas mal ému. Bref, je suis contente de l’avoir lu, il a remonté mon estime de cette saga qui frôlait pas mal l’indifférence jusqu’à maintenant.

Le Chevalier d’Olmedo (Félix Lope de Vega, adaptation moderne d’Albert Camus)

Bon, vous vous doutez bien de pourquoi je l’ai lu. C’était dans une des Pléiades qui réunissent les œuvres complètes de Camus, mon auteur préféré. Il n’est pas l’auteur de cette pièce mais en est l’adaptateur moderne. Hé bien… j’ai bien aimé lire cette pièce. Sans l’avoir trouvé exceptionnelle, je pensais m’ennuyer un peu. Cela n’a pas été le cas. Pourtant, le synopsis de base semble assez classique (et barbant à mes yeux). Une jeune dame de haute dignité est courtisée (pourquoi je dois utiliser cet euphémisme ? Aujourd’hui, on dirait ‘draguée’) par un monsieur pas très en mal de ce point de vue-là non plus (et très apprécié par le père de la jeune fille) mais elle n’est pas intéressée. Par contre, elle tombe sous le charme d’un chevalier lors d’une balade incognito. Les sentiments sont réciproques… Bon, vous vous doutez bien qu’il y aura quelques péripéties. Et il y a sûrement des choses très anticipables… C’est même certain. Je me suis fait embarquée, que voulez-vous. Bravo à l’auteur original de cette pièce de théâtre (après, il n’a pas inventé la poudre) et à Camus d’avoir su l’adapter au point de ne pas m’ennuyer.

La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! (Christophe Gatineau)

Un livre nécessaire dans cette période d’urgence écologique que nous vivons. Au début, l’auteur nous parle de ce qu’est la méthanisation agricole et de ce que la production de ce gaz de cette manière implique, appuyé par des sources scientifiques fiables. Il faut bien avouer que c’est un peu flou, tout ça… A part nous dire que c’est la technologie miracle… (qui nous sauvera tou·te·s – comment ça, j’exagère ? C’est pour toutes les fameuses technologies sensées nous aider contre le changement climatique que c’est dit par les supercitoyens néolibéraux… eux, crédules) Quoi, le gouvernement ? Les grandes entreprises ? Des emmerdeurs, ceux-là, on le voit d’ailleurs dans ce livre. Bon, comme je suis sympa, je vais nuancer ce que je viens de dire : ils ne savent pas ce qu’ils font, n’y connaissent rien, ne font pas d’effort véritable. C’est encore pire ? Je ne suis peut-être pas si sympa que ça alors… Bien sûr, toute cette affaire n’est pas la seule nocive pour notre avenir et celui de nos descendants : l’auteur parle d’autres choses. Il rappelle certaines choses qui nous attendent et il explique aussi le fonctionnement du sol, qu’il faut le nourrir, nourrir ses (très nombreux) habitants, dont les vers de terre, les fameux, les seuls, les uniques. Tout ceci est au coeur de pourquoi la méthanisation agricole est une fausse bonne idée… en plus des conséquences sociales, youpi youpi. L’auteur remet aussi les choses au clair sur des idées reçues, notamment celle de l’utilité du fumier qui, selon les promoteurs de la méthanisation agricole (mais pas que, ça date de l’avènement de l’agriculture chimique), ne serait qu’un simple déchet… Utilisable pour leur technologie miracle, heureusement. Alors qu’en fait, la terre en a grand besoin pour se nourrir. Bref, un livre essentiel car les méthaniseurs sont installés sans nous demander notre avis, appuyées par des études biaisées et réalisées avec les pieds. Il est urgent de se pencher sur le sujet.


Bon, sans parler d’avoir honte, je suis extrêmement frustrée et insatisfaite d’avoir aussi peu lu ces deux derniers mois. J’espère me rattraper en décembre, zut de zut.

Au mois prochain, en espérant mieux !

PS : Tellement blasée que j’en oublie de dire que c’était les 5 ans de mon blog le 13 novembre et que j’ai fait un article-FAQ pour l’occasion.

13 réflexions sur “Bilan lectures #53 – octobre/novembre 2021

  1. Il me semble que tu m’avais déjà dit pour les 20th Century Boys lus dans le désordre XD
    De mon côté j’ai acheté le tome 10 mais j’ai pas trouvé le 9 (je crois qu’en fait, ils pensent l’avoir mais c’est le 6 de l’ancienne édition qu’ils ont mis à l’envers… j’ose pas leur dire).
    Mais comme de toute façon j’ai lu que jusqu’au 5 et que je reprendrai à zéro quand tout sera sorti, c’est pas bien grave !

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne le trouve pas si nul ce bilan ! Après, je comprends que tu puisses en être frustrée, mais je ne le trouve pas pitoyable pour autant. On fait ce qu’on peut, quand on peut, comme on peut !
    Le petit livre sur l’introversion semble intéressant !
    J’avais lu Le poids des secrets il y a une dizaine d’années, mais zéro souvenir…
    Passe un meilleur mois de décembre !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s