Corset de papier, de Lucie Barette – les livres féministes #36

On sait que les magazines féminins d’aujourd’hui sont craignos mais y a-t-il une aussi grosse différence avec les premières revues du 19ème siècle ? Quel est véritablement leur rôle ?

Et à quel moment être une femme est-il devenu une spécialisation nécessitant sa propre presse ?

Une très bonne question, à laquelle n’importe quelle féministe peut répondre…

Vous vous dîtes peut-être « Mouais, ça va, on connaît » mais je ne suis pas d’accord. C’est intéressant de voir comment ça se passait au 19ème siècle comparé à maintenant. Vous allez voir qu’à part la morale religieuse (y a d’autres morales aujourd’hui), tout est quasi identique au contenu actuel. La forme change mais le fond reste. Ça s’adapte vite fait aux évolutions de l’époque mais l’objectif reste bien le même, quitte à passer sous silence certaines choses. La cible principale est toujours la même aussi : blanche et bourgeoise.

Lire la suite
Publicité

Bilan lectures #64 – novembre 2022

Un petit bilan et en plus, peu de texte à lire ! On pourrait croire que c’est la dèche, mais non, je suis contente de mon mois de lecture, même si une lecture m’a ennuyé au point que je l’abandonne…

Allez, en avant pour quelques lectures !

Leur écologie et la nôtre (André Gorz) Lire la chronique

Je l’avais commencé en octobre, fini en novembre. Un recueil de textes formidable de l’intellectuel sur l’écologie, la structure de notre société, la technique, le travail. Un potentiel révolutionnaire immense, et toujours très actuel.

Lire la suite

Le mois relecture, seconde édition !

Oui, j’avais déjà fait un premier mois relecture. On ne va pas se mentir, celui-là tombait mieux que celui dans lequel je me lance maintenant. Pourquoi ? Car je n’avais pas une PAL ÉNORME, dont l’objectif logique serait de tout faire pour la diminuer.

On va encore me dire que je me disperse. Ce n’est pas vrai. La frustration monte depuis des mois, alors grosse PAL ou pas, il faut que j’y réponde ou ça va devenir de pire en pire. Et encore, je sais que je ne vais pas relire tout ce dont j’ai envie.

J’ai déjà relu cet été Les Justes d’Albert Camus (est-ce possible d’encore plus aimer un livre après relecture ? Il faut croire) et les Actuelles I du même auteur deux mois après.

Mais j’ai envie de plus. Et par rapport au premier mois de relecture que j’avais réalisé où je n’avais relu que des romans, j’ai envie de relire pas mal d’essais aussi ! Il y aura au moins un roman quand même, faut pas déconner.

C’est parti pour la liste !

Lire la suite

Quatre petits classiques sur l’anarchisme

Bonjour ! Je vais vous présenter quatre classiques de l’anarchisme, qui datent de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle. Du coup, je ne vous les conseille pas comme premières lectures sur l’anarchisme car ils sont datés et certaines réflexions m’ont fait lever les yeux au ciel. Pour découvrir l’anarchisme, mieux vaut donc se pencher sur des ouvrages plus récents. Ceci dit, pour l’époque, je les ai trouvés très bien.

En plus, l’introduction présente les écrivains de chaque livre/textes compilés, et même quand on croit connaître un peu, ben on apprend encore des choses. C’est intéressant de voir leur parcours, on s’identifie plus à une personne qu’à une autre.

On va commencer par le petit livre d’une anarchiste que vous devez tou·te·s connaître, Emma Goldman.

Lire la suite

Les 6 ans du blog : et ça continue encore !

Même si mes lectures évoluent, ma passion de les partager est toujours la même. La fatigue est de plus en plus présente, donc j’espère pouvoir tenir comme je le fais habituellement quelques mois… Peut-être même une année de plus ! J’espère que ça vous plaît toujours (je ne sais pas trop quoi en penser vu que mes vues diminuent…)

Pour cette occasion, je vais vous montrer les cinq articles les plus lus sur mon blog, et après, je vais mettre en avant six articles de ces trois dernières années.

Mais d’abord, commençons par les plus vus ! Il y a des surprises pour moi.

Lire la suite

Leur écologie et la nôtre, d’André Gorz

Résumé

Les crises climatique et écologique occupent désormais le devant de la scène, mais la profondeur des questionnements nécessaires, quant à nos façons de produire, de travailler, de consommer et de nous épanouir, manque souvent à ce brouhaha médiatique.
Cette anthologie, la première réunissant les principaux textes d’un des plus grands penseurs de l’écologie et du capitalisme tardif, décédé en 2007, comble ce vide.
Elle offrira des repères et des perspectives solides pour les tempêtes en cours : pensée de l’autonomie et de la liberté prolongeant l’existentialisme, lecture critique des derniers avatars du capitalisme et de sa crise écosystémique. Pour Gorz, loin des mesures gestionnaires et technocratiques, l’écologie est d’emblée politique, impliquant une critique radicale des formes de domination, tant par le travail que sur la nature ou via le consumérisme.

Chronique

Un coup de cœur, ce livre (ce n’est pas ce qui manque cette année). Si, très clairement, je ne recommanderais pas Métamorphoses du travail à tout le monde, Leur écologie et la nôtre est plus accessible. C’est un recueil de textes d’André Gorz, avec aussi des interviews, qui synthétise bien à mon sens la pensée de l’auteur.

Il a renforcé mon incompréhension face aux personnes qui se revendiquent de lui en parlant de l’écologie… mais pas du reste, notamment son analyse du travail à l’heure actuelle. L’aspect révolutionnaire de sa pensée est pourtant moindre ainsi, et de plus, c’est comme si on amputait sa pensée d’un membre essentiel. Ça n’a plus aucun sens, c’est indissociable.

Lire la suite

Bilan lectures #63 – octobre 2022

Un bilan correct, mais sans romans. La seule fiction présente, ce sont des mangas. Et il y a trois essais. André Gorz continuera d’être là le mois prochain, vous êtes prévenu·e·s.

Go !

Le racisme est un problème de Blancs (Reni Eddo-Lodge) Lire la chronique

Parce qu’il faut que les choses soient dîtes. Simplement, de manière accessible, mais franchement aussi. Je vous laisse consulter l’article, qui parle d’un autre livre lu le mois dernier sur le même sujet.

André Gorz et l’écosocialisme (Françoise Gollain)

La maison d’édition Le passager clandestin fait une collection un peu particulière : les précurseurs de la décroissance. Je vous conseille d’aller y jeter un oeil si quelqu’un vous intéresse. L’ouvrage ci-présent en fait partie. Le livre est divisé en deux parties : le commentaire de l’autrice sur l’auteur (surtout une retranscription de ses idées) et des extraits de certains de ses textes. Ces livres sont dans le but de vulgariser la pensée d’un intellectuel. On va dire que c’est à moitié réussi dans le cas d’André Gorz : ses idées sont bien rapportées pour le peu que j’en sais. Quant à l’accessibilité : il faut bien garder en tête que certaines formulations de l’auteur sont présentes et que le mec, bien qu’il n’était pas le plus incompréhensible du monde, n’était pas le total inverse non plus. Et puis même, il faut réfléchir, et même quand c’est rédigé par quelqu’un d’autre, ça remet des choses en question. Quant aux textes, je suis contente car je ne les ai pas trouvés dur à lire. Je me demande si, quand ce sont des textes plus courts, ses réflexions ne sont pas plus abordables que quand c’est un texte plus long, comme Métamorphoses du travail qui est un livre. Bref, c’est un livre intéressant mais si vous vous attendez à ce que tout coule de source, vous allez être déçu·e.

Lire la suite

Deux livres pour débuter sur le sujet du racisme

Aujourd’hui, je vous présente deux ouvrages qui expliquent le racisme en-dehors des clichés qu’on entend sans arrêt à la télé ou à la radio. Ce qui est difficile, c’est de trouver des ouvrages qui ne comportent pas un point de vue américain : le racisme aux États-Unis, on connaît ! Il paraît qu’il n’y aurait que dans ce pays qu’il y en aurait de toute façon (lol non). L’actualité française aime en parler, sûrement parce que ça permet de se voiler la face sur nos propres problèmes… Ahem.

Le contexte ne sera français qu’avec un livre. L’autre est britannique. Dans le cas de ces deux pays, les responsables essaient de mettre le racisme sous le tapis et leurs yeux accusateurs se tournent opportunément vers les États-Unis.

Mais les deux ouvrages que je vais vous présenter remettent les pendules à l’heure, et de façon accessible ! Si vous vous y connaissez sur le sujet, ça peut être de bonnes idées cadeau !

Lire la suite

Précis de culture féministe pour briller en société patriarcale – les livres féministes #35

L’autrice, Sabrina Erin Gin, est surtout présente sur Instagram sous le pseudonyme de @olympereve mais vous pouvez aussi la trouver sur Twitter. Mais l’essentiel de son travail se trouve sur Instagram.

Je vous avoue être un peu méfiante des publications d’influenceuses sur Instagram. Pas que j’en n’ai pas déjà acheté, hein, mais la qualité n’est pas toujours très bonne (sauf La révolution du potager, héhé, et d’autres que j’oublie sûrement) donc je ne savais pas encore trop si j’allais l’acheter. Puis je me suis dit que Sabrina fait un travail remarquable, et puis je savais déjà ce dont elle est capable, ayant lu son texte dans Nos amours radicales. Et puis le concept du livre avait l’air intéressant.

Des anecdotes historiques mais aussi contemporaines sur des faits (occidentalo-centrés) qui montrent à quel point le patriarcat nous enferme, et pas que dans le passé. Mais aussi, comme le titre du livre l’indique, on montre à son interlocuteureuse qu’on connaît des trucs. Adieu le « on n’a plus besoin du féminisme aujourd’hui » !

Lire la suite