Clit Révolution : Manuel d’activisme féministe – les livres féministes #24

Rajoutons les noms des deux autrices (car sinon, ça faisait un titre à rallonge) : Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles. Le livre a été illustré par Alice Des. Les deux premières susmentionnées sont aussi les créatrices de la websérie, en replay sur France tv, Clit Révolution. Celle-ci décomplexifie les sujets autour du sexe féminin. Ça vous dit peut-être quelque chose maintenant.

Les autrices ont décidé de répondre à une demande croissante chez les personnes féministes : comment agir concrètement ? Quelles actions militantes entreprendre ? Comment être bien préparée ?

Elles vont donc donner des pistes d’actions, qui ne seront pas forcément applicables pour tout, mais ce sera à vous de réfléchir et d’agir en fonction. Mais avant tout, il faut, comme elles le disent, « se révolutionner soi-même ».

C’est-à-dire ? Changer d’avis sur soi-même au-delà des règles imposées chaque jour par le patriarcat (donc sur son corps, souvent). Oser s’affirmer (le plus dur, je pense que quelques-unes d’entre vous seront d’accord avec moi, c’est un travail qui peut prendre du temps). Changer aussi sa conception du consentement (on a trop tendance à faire des concessions qui tombent souvent dans la fameuse « zone grise » du viol). Bref, se changer soi et son intimité car c’est ça qui nous rendra plus forte pour militer.

Avant de s’attaquer à des mesures plutôt prises par des personnes majeures, les autrices rappellent qu’on peut commencer à agir… dès le collège ! Pour cela, il faut pouvoir se faire élire dans des conseils où se trouvent les élèves. On peut aussi choisir de bloquer son établissement ou occuper un endroit selon la cohérence avec les revendications (cela peut se faire pour d’autres lieus en-dehors du milieu scolaire et par des militants de tout âge comme un centre commercial).

Bien évidemment, bien que je ne sache pas si vous suivez bien le mouvement féministe, Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles vont parler de coller les murs. Oui : coller des affichettes pour transmettre un message féministe dans l’espace public. Les collages contre les violences domestiques et les féminicides sont les plus nombreux et les plus connus.

Dans les autres chapitres, les autrices vont parler d’investir l’espace public (quitte à changer nos façons de nous tenir, de parler, si c’est possible bien entendu), que former des groupes pour lutter est important mais qu’on peut aussi agir en solo. ainsi que les outils utiles dont on peut avoir besoin avant durant et après nos actions (slogan, communiqué, relations avec des avocates qui accepteront de nous défendre le cas échéant, etc).

Vous vous doutez bien aussi qu’aujourd’hui, Internet joue un rôle primordial et les autrices vont bien entendu parler de ce qu’on peut y faire dessus, comme lancer une campagne, dénoncer des agissement sexistes, comment se blinder face au cyberharcèlement, etc. Seulement, il ne faudra pas tout prendre pour argent comptant dans quelques années car on ne sait pas comment la communication sur Internet va évoluer. Cette partie peut donc vite devenir en partie obsolète, notamment avec les hashtags (#MeToo, vous connaissez ?).

Ce que j’ai trouvé très intéressant, c’est le chapitre sur les GAV (gardes à vue). Elles y expliquent ce qu’on a le droit de refuser ou non (sachant que la GAV, selon le contexte, peut elle aussi être refusée !), les personnes à prévenir, combien de temps ça dure, comment survivre à une GAV, etc. Les autrices proposent aussi une bibliographie de textes féministes à lire plutôt intéressante à la fin du livre.

A quasiment chaque chapitre qui énonce et décrit un moyen d’action, les autrices mentionnent souvent 3 exemples concrets de ce qui a pu se passer dans la vraie vie qui illustre le point qu’elles développent. La rappeuse afghane Sonita Alizadeh, les suffragettes au Royaume-Uni, le hashtag #MeToo, la marque Mauvaise Compagnie d’Anaïs Bourdet, les Guerilla Girls de New York…

Seulement, même si ce livre est sympathique, il faut aussi rester sur ses gardes en le lisant. N’oubliez pas qu’il y a DES féminismes et que les autrices expriment leur vision. Personnellement, je vais être assez cash : c’est bien de sembler ouverte d’esprit, de vouloir accueillir tout le monde en étant les plus inclusives possible, mais il faut être un peu cohérente dans les paroles et les actes. Elles ont fait partie des Femen ? Ok, cela a représenté leur début dans l’activisme féministe, on peut comprendre qu’elles en parlent. Marguerite Stern (qui a fait partie des Femen et a lancé les collages qu’on connaît) est leur amie, ok. Mais du coup, ça ne tient plus avec les valeurs qu’elles véhiculent soi-disant dans l’introduction de leur livre. Les Femen sont islamophobes, Marguerite Stern est transphobe. En parler comme si c’étaient les meilleures personnes du monde me posent un problème.

Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles nous appellent à mettre de côté nos tensions et à toutes se respecter, qu’on avancera mieux, et à cibler d’autres actions plus spécifiques à part quand on est en désaccord. Je ne crois pas, non. Je ne m’allierai pas avec une femme parce qu’elle est une femme si celle-ci opprime d’autres femmes pour des raisons fallacieuses. Je ne trahirai pas mes soeurs pour d’autres aux valeurs douteuses. C’est tout ce que j’ai à dire.

Autre point négatif : les personnes handicapées, ce livre ne vous servira à rien. Il est motivant, il donne la pêche, aucun souci. Pour les personnes valides, ceci dit. Ce sera à vous, personnes handicapées, de trouver comment exprimer vos protestations. Selon votre handicap, vous ne pourrez peut-être pas appliquer tout ce qui est recommandé dans cet essai. C’est encore à vous de trouver votre propre voie.

Ce livre, malgré ses défauts, a l’avantage de nous rebooster, d’effacer nos doutes, d’inciter à une certaine solidarité entre femmes (mais pas à n’importe quel prix me concernant) pour mieux se regrouper et agir. Il fait pas mal de bien, il explique les choses clairement et m’a permis d’éclaircir des éléments dont je n’étais pas sûre, voire de m’apprendre carrément des évènements, des faits. Il est très accessible, tout en ne survolant pas. La présentation est aérée, colorée. Comme vous le voyez, il a donc ses qualités comme ses défauts. Concernant ces derniers, ne pas mettre ce guide sur un piédestal surtout. Mais il peut peut-être vous aider.

(vous pouvez lire la chronique de Rivages Incertains sur cet essai pour compléter)

3 réflexions sur “Clit Révolution : Manuel d’activisme féministe – les livres féministes #24

  1. Ça me fait plaisir de lire ton avis sur ce manuel ! Je suis d’accord avec toi sur tous les points. Je ne sais pas si les autrices font encore partie de Femen, mais quoi qu’il en soit ce mouvement est connu pour son islamophobie et sa grossophobie, donc elles auraient du en parler. Là on a l’impression que tous les mouvements sont beaux et légitimes, même ceux qui excluent certaines femmes…
    Merci de mettre en avant le validisme de ce texte !! Pour tout te dire, je n’y avais même pas pensé… alors qu’il est clair que ce manuel n’est pas du tout fait pour les personnes handi. D’ailleurs je ne sais même pas si elles sont évoquées, ne serait-ce qu’une fois dans le manuel.

    Aimé par 1 personne

    • De rien ! Ravie que ça t’ait plu !

      Maintenant que tu en parles, je sais même plus si elles parlent des femmes handicapées dans leur intro qui se veut inclusive… Peut-être, je ne voudrais pas dire de bêtises. Mais pour moi, il est très clair que ce n’est qu’une façade pour dissimuler le fait que c’est loin d’être aussi inclusif qu’elles le disent.

      J'aime

  2. Pingback: Bilan : Été 2020 – Rivages Incertains

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s