Le grand mystère des règles, de Jack Parker – les livres féministes #6

Le-grand-mystere-des-regles-coverCe livre aurait franchement pu être une très grande révélation si j’avais encore été adolescente. L’autrice nous y parle des règles, sujet hautement tabou. (vous avez sûrement dû connaître les mecs qui, à peine on effleure le sujet, nous font comprendre leur dégoût par des « beeeeh » très explicites, et certaines filles les rejoignant par solidarité) Mais même au sein de la société en général, c’est un sujet confidentiel qu’on ne doit surtout pas mentionner.

Mais qui est donc l’autrice ? Jack Parker (c’est un pseudonyme) est une ancienne rédactrice du site féminin Madmoizelle, qui avait beaucoup contribué à l’époque à mes connaissances basiques sur le féminisme blanc. Je savais donc déjà à quoi m’attendre : un rapport décomplexé sur le sujet, une cordialité présente le long des lignes.

Et même si j’avais déjà fait des recherches sur le sujet auparavant, ça fait un bien fou de lire un livre sur ça ! Bien sûr, on en parle entre filles, mais selon à qui on s’adresse, ça peut vite devenir gênant et la conversation peut rapidement s’écourter. Même entre nous, le tabou flotte au-dessus de nos têtes alors qu’il n’y a aucune raison, c’est un point commun ! (sauf pour les femmes qui n’ont pas de vagin, je ne nie absolument pas leur existence, ce n’est pas mon propos)

D’ailleurs, c’est assez surprenant de voir que dans beaucoup de cultures, la maternité est mise en valeur alors que ce qui permet de savoir qu’on est en bonne santé de ce côté-là est méprisé, voire craint…

Dans son livre, l’autrice va vous parler des règles sans condescendance, sans un ton de bonne copine comme on peut parfois en trouver dans des bouquins dits « féminins » et que je trouve plus infantilisant et stéréotypé qu’autre chose. Elle nous en parle de manière franche et puis c’est tout, elle n’en rajoute pas une couche. Le ton est familier mais elle n’essaie pas de créer une sorte de connivence en mode « hihi on est toutes pareilles » car le principe même des règles est qu’elles ne s’expriment pas forcément de la même manière chez chacune. Le sang peut s’écouler abondamment, ou alors très peu, on peut avoir d’autres effets, la douleur au bas-ventre par exemple, ou alors la détérioration de l’humeur. (ou on peut très bien ne pas les avoir, et on peut même bien vivre avec !) D’ailleurs, les sautes d’humeur sont un gros cliché qui permet à beaucoup de nous rabaisser avec le fameux « t’as tes règles ou quoi ? » dès qu’on commence à protester sur quelque chose ou à se mettre en colère. (une fois, j’ai répondu que non, mais que si je les avais, il aimerait encore moins – et pim !) L’autrice aborde d’ailleurs ce problème épineux qui remet toujours en cause notre crédibilité.

Donc, Jack Parker aborde tous les symptômes qui peuvent nous tomber dessus pendant les règles, le fameux syndrome prémenstruel (aussi connu sous l’abréviation de SPM) et aussi les protections hygiéniques ! Et ça ne se limite pas qu’aux traditionnelles serviettes et tampons. Elle aborde leurs points positifs et négatifs, sans forcément qu’il y ait de parti pris envers une protection ou une autre, ce que je trouve d’ailleurs très appréciable. J’ai personnellement connu la guéguerre entre les #teamtampon et les #teamserviette, où les premières se foutaient allègrement de la gueule des autres, comme si c’étaient des arriérées ou pire, de grosses dégueulasses… Maintenant, la guéguerre se fait entre les #teamcoupe et les #teamtampon. (je pense que les rares mecs qui lisent cet article doivent être assez sidérés) Elle rappelle d’ailleurs qu’on n’a pas à juger les protections des autres, que chacune choisit celle qui lui convient le mieux. (merci !) Elle aborde aussi le point sexualité pendant les règles et on en pense ce qu’on veut, c’est plutôt cool.

Bien évidemment, le sujet des douleurs est aussi apparu (celles qui n’en ont pas, vous êtes des petites chanceuses) et là aussi, ça varie en terme de degré. Elle donne quelques conseils pour au moins les minimiser. (à voir si ça marche ou pas selon la personne)

Mais bien évidemment, ça ne se réduit pas qu’à ça. L’autrice nous fait aussi un petit point historique, et qui ne se limite d’ailleurs pas à notre culture occidentale. Ce chapitre est essentiel car il permet de montrer à quel point l’opinion sur les règles a évolué ou pas au cours des siècles et à quel point l’hypocrisie nous guette dans notre si-glorieuse-société-occidentale. Elle parle aussi de la place des règles dans notre société, de l’image qu’on en a, des publicités absolument absurdes pour les protections hygiéniques et à quel point on est généralement mal informé.e.s ! (oui, ça touche tous les genres) Elle aborde aussi leur représentation dans la pop culture, leur prise en compte dans le sport et surtout… pourquoi on doit en parler !

Même si je savais déjà beaucoup de choses, ça m’a permis d’en apprendre quand même plus (on n’est jamais au point sur un sujet) et si elle aborde tout ça de façon générale, vu le tabou qui entoure ce sujet, c’est une très bonne introduction. Et il est toujours de bon ton de rappeler que ce n’est pas sale.

Un autre livre est sorti sur le sujet, et je sais que ce n’est pas le seul mais j’ai oublié, n’hésitez pas à les mentionner si vous les connaissez : Ceci est mon sang d’Elise Thiébaut, aux éditions La Découverte. (et je pense qu’on est tou.te.s d’accord pour dire que ce titre est parfait)

Donc, voilà, en résumé : abattons le tabou !

Publicités

20 réflexions sur “Le grand mystère des règles, de Jack Parker – les livres féministes #6

  1. Je me sens bien renseignée sur le sujet mais c’est super important que des livres comme ça existe. Encore beaucoup de personnes n’osent pas en parles, même entre femmes ayant leurs règles c’est parfois compliqué. Je suis contente d’évoluer dans un milieu ouvert mais clairement je vois parfois des familles à la médiathèque où on n’aborde pas certains sujets et les livres sont faits pour pouvoir les aborder! Merci pour cette chronique du coup! 🙂

    Aimé par 2 people

  2. Chouette que ce livre existe, effectivement ! Je pense aussi que j’en apprendrais assez peu en le lisant mais il faudrait le distribuer dans les écoles, les ados en ont sûrement bien besoin (filles ET garçons) ! Quand un homme fait la grimace si j’aborde ce genre de sujets, j’aime assez lui rappeler que c’est pas forcément un truc que nous les femmes trouvons super fun, sauf que nous on a pas eu le CHOIX de s’y intéresser alors les mimiques de dégoût c’est gentil mais ça aide vraiment pas 😉
    (Perso je suis passée à la cup et quand je l’ai dit à mon homme il était mi-curieux mi-effaré, en mode « mais quand tu dis cup.. c’est la taille d’un mug ?!? » Ouiii bien évidemment… 😛 )

    Aimé par 3 people

  3. J’ai beaucoup ri à la remarque sur madmoizelle, tu n’étais franchement pas obligée de rayer le blanc même :p (bon, après c’est une très bonne porte initiation qui m’a bien aidée quand je sortais du lycée mais c’est clair qu’il ne faut pas chercher plus)
    Bientôt dans la guéguerre on pourra rajouter la #teamculottesmenstruelles je pense (que j’aimerai bien rejoindre si j’avais des sous, ça a l’air tellement cool) !

    Ça serait tellement bien que le livre soit disponible dans les collèges et lycée, il y a un tel manque d’information et tabou sur la question ! Je suppose que quasiment chaque ado doté.e d’un vagin a un jour du subir la « honte ultime » de réaliser que les règles sont arrivées et ont tâché les fringues… Ou bien juste l’excursion aux toilettes en faisant tout pour cacher sa serviette ou son tampon sous peine de déclencher des remarques et autres « beurk ».
    Bref, on a encore du chemin à faire, mais ça a l’air d’évoluer dans le bon sens tout de même avec toutes ces parutions.
    Merci pour cette chronique qui me donne encore plus envie de lire le livre 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ce n’était pas mon but de les enfoncer, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire une petite pique. Et comme tu le dis, ça a été une bonne portée d’entrée au sujet, donc je ne m’en plains pas trop, mais une fois qu’il faut aller plus loin, il faut aussi aller ailleurs.
      Quant aux culottes menstruelles, je dois avouer que si j’avais le budget ou si je savais coudre, j’y songerai très sérieusement.

      Ah oui, je me souviens de tout ça ! Alors attention, j’ai un dossier qui n’en est plus un aujourd’hui car je suis passée au-dessus aujourd’hui et j’en rigole mais c’était la honte suprême à l’époque. J’avais bien bien tâché mon pantalon (jusque là, rien de surprenant) et j’avais attachée une veste autour de la taille pour plus qu’on voit et… Ca a traversé la veste aussi. xD (elle était blanche) Bizarrement, dans une classe de vingt filles, y en avait aucune qui avait de protection mais comme je n’étais clairement pas appréciée, je me demande parfois si elles n’ont pas juste voulu me laisser dans la merde…
      Bref, les joies du lycée.
      Et j’espère que le livre te plaira alors ! 😉

      Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Hors-série : 4 confessions documentaires

  5. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #7 – Histoires vermoulues

  6. Ou alors quand les mecs piquaient les serviettes hygiéniques dans nos sacs au collège :’). Ah que des bons souvenirs (non).
    Et j’ai trop rigolé pour madmoizelle, bon j’avoue ça m’a quand même pas mal aidé au début de ma « sensibilisation », maintenant c’est sûr que je ne retournerai plus sur ce site ;).
    Je suis heureuse de voir ces livres disponibles de nos jours, il était temps. On peut désormais dire adieu Au dico des filles… (j’espère)

    Aimé par 1 personne

    • -_- Ils avaient vraiment que ça à foutre…
      Disons que pour ce qu’on appelle le féminisme 101, ça va, mais pour aller plus loin, fuyons… Oui, j’ai pas pu m’empêcher de clasher un peu. x)
      Moi aussi ! C’est les adolescentes en priorité qui devraient les lire… J’ai un Dico des filles, mais c’est pas celui des éditions Fleurus… C’est ce dernier que tu critiques ?

      Aimé par 1 personne

      • Mais les garçons faisaient que des trucs cons pour emmerder les filles de toute façon –‘. Insupportable.
        Haha ça fait toujours du bien de clasher un peu ;).
        Hmmm, je sais pas, j’avais un Dico des filles aussi, je l’aimais beaucoup mais en relisant une fois adultes c’est parfois assez problématique. Après pour être honnête, il ne m’a pas aidé tant que ça.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s